Recherche d'articles

 
 
Actualités Edition du

Besoin d'un environnement institutionnel plus favorable pour le logement neuf

construction immeuble neuf
Le logement neuf fait grise mine, ce qui impactera à terme l'activité du BTP, d'où l'appel à un environnement plus favorable de la FFB.

Tags : Immobilier neuf, construction neuve, logement neuf, BTP, FFB, PTZ, Jacques Chanut


Au terme du premier trimestre 2019, le BTP, à travers sa principale fédération, la FFB, réclame un environnement institutionnel plus favorable pour le logement neuf. De quoi relancer un secteur en chute depuis l’an dernier. Explications.

Des carnets de commande pleins pour les six prochains mois, 50 000 créations d’emplois en deux ans, le BTP enregistre une situation immédiate plutôt satisfaisante et pourtant, dans son dernier point de conjoncture, la Fédération Française du Bâtiment porte toujours sa principale inquiétude du côté du logement neuf.
Avec des permis de construire et des mises en chantier qui se replient respectivement de 6,9 % et 11,1 %, en glissement annuel sur trois mois à fin janvier 2019, des ventes de maisons individuelles qui abandonnent 10 % en glissement annuel sur douze mois, des mises en vente des promoteurs qui se sont repliées de 3,9 % en 2018, dont 15,3 % en zones B2 et C, la FFB a de quoi être inquiète.

Vente de logements neufs en baisse : quelles régions touchées ?


Les ventes de logements neufs chutent aussi dans certains régions plus que d’autres. En termes de ventes des promoteurs, de forts replis, au-delà de 10 %, sont déjà enregistrés en Corse et sur la façade atlantique. Seules quatre régions ressortent encore en hausse : l’immobilier neuf en Ile-de-France : + 10,1 %, la Normandie : + 8,2 %, le Grand-Est : +2,7 % et la Bretagne : +1,4 %.
Du côté des ventes des constructeurs de maisons individuelles, toutes les régions, hormis les Pays de la Loire, s’inscrivent en baisse en 2018. Si la Corse, PACA et Bourgogne-Franche-Comté limitent la casse avec des replis de 2 à 3 % ; l’Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes et la Normandie voient leurs ventes de maisons individuelles plonger de plus de 16 %.
C’est, selon son président, Jacques Chanut, « les conséquences directes de la dégradation de l’environnement institutionnel depuis le 1er janvier 2018 : suppression de l’APL Accession, réduction de moitié de la quotité de PTZ neuf en zones B2 et C, suppression de l’accès au Pinel en zone B2, mise en place de la RLS et hausse de la TVA à 10 % dans le logement social… ».

Des mesures concrètes pour le logement neuf


D’où cet appel lancé pour un « environnement institutionnel plus favorable au logement neuf ». Si un manifeste sera bientôt envoyé aux candidats et futurs députés européens à l’approche des élections de mai ; la FFB milite déjà pour des mesures concrètes de soutien comme le recalibrage du PTZ comme avant 2018, c’est-à-dire avec une quotité ramenée à 40 % en zones B2 et C, jusqu’à la fin 2021.


Autre piste envisagée : une éligibilité au dispositif Pinel selon un zonage de projet, comme l’expérimentation lancée en Bretagne. La FFB souhaite une mise en œuvre rapide d’un plan d’investissement volontaire d’Action Logement, qui a annoncé 9 milliards d’euros supplémentaires pour construire du logement intermédiaire notamment.


Outre la clarification attendue sur le CITE pour la rénovation-amélioration des logements, la FFB craint donc toujours un « choc d’offre négatif » pour la fin de l’année 2019 et 2020 en raison des élections municipales ; mais espère une « happy-end » si les pouvoirs publics acceptent de revoir l’environnement institutionnel.
Par Céline Coletto

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2019

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2019

Simulation gratuite PTZ
bot