Recherche d'articles
 
 
Les informations de l'immobilier neuf : tout savoir de l'immobilier neuf
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
  • Constructeurs
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Actualités Edition du

Crédit immo : confirmation des conséquences néfastes du HCSF dans les chiffres

marché crédit immobilier
Il n'y a pas que le confinement qui a eu des conséquences sur le marché du crédit immobilier, les mesures restrictives du HCSF également. © Shutterstock

Tags : Crédit immobilier, taux d'intérêt, Crédit Logement, HCSF


Il n’y a pas que le confinement et la crise économique qui en découle qui a perturbé le marché du crédit immobilier depuis le début de l’année. La preuve avec les derniers chiffres de l’observatoire Crédit Logement / CSA sur le crédit immobilier.

Après le plus bas historique de fin 2019, les taux d’intérêt ont légèrement augmenté depuis le début de l’année en raison de la crise du Covid-19 et les incertitudes économiques liées ; mais pas seulement. Durée raccourcie à 25 ans minimum, taux d'endettement strictement limité à 33%... les recommandations plus restrictives du HCSF, Haut Conseil de Stabilité Financière, prises fin 2019 et confirmées en cette rentrée 2020 ont aussi leur importance dans le recul du marché du crédit immobilier : presque - 20 % du nombre de prêts accordés depuis le début de l’année.

Des taux de prêt immobilier qui restent bas


Pourtant, il y a toujours des taux de crédit immobilier très attractifs au terme du troisième trimestre 2020, rapporte l’observatoire Crédit Logement / CSA. En effet, sur le dernier trimestre, le taux moyen était de 1,23 % et même seulement 1,22 % sur le mois de septembre, ce qui est l’équivalent de la rentrée 2019. Après la hausse enregistrée lors du confinement, « nous assistons à un recul des taux d’intérêt depuis juin dernier pour soutenir le marché », précise Michel Mouillart, économiste et analyste de cet observatoire. 
Sur le troisième trimestre toujours, la durée des crédits diminue pour passer à 227 mois, durée en baisse grâce à l’allègement des taux d’intérêt. Comme on pouvait s’y attendre, ce sont les jeunes, les moins de 35 ans, qui empruntent sur des durées au-delà de 20 ans : ils sont 62 % dans ce cas contre seulement 4 % chez les plus de 55 ans. « Ces durées plus longues permettent aux jeunes de réaliser leur projet immobilier », détaille Michel Mouillart.

Toujours plus d’apport personnel pour emprunter


En plus de la crise sanitaire et ses répercussions sur l’économie, les nouvelles recommandations du HCSF, Haut Conseil de Stabilité Financière, ont d’autres conséquences, comme sur le niveau de l’apport personnel. Il est en hausse de 8 % depuis le début d’année, période d’entrée en vigueur de ces recommandations plus strictes, contre - 5 % l’an dernier. Ce qui exclut un certain nombre d’acquéreurs, notamment des primo-accédants. 
C’est ainsi que le marché du crédit immobilier recule de 17,9 % en volume depuis le début de l’année et 19,9 % en nombre de prêts accordés. Un recul déjà entamé sur les deux premiers mois de 2020, rappelle Michel Mouillart, conséquence donc des recommandations du HCSF. Le confinement a été un « gros choc », en gelant quasiment le marché, en recul de 42 % au deuxième trimestre. Malgré le rebond depuis juin, le marché diminue toujours de 7,7 % au troisième trimestre, en comparaison de 2019. A noter que le marché de l’immobilier neuf est plus impacté que l’ancien, rapporte Michel Mouillart. Le nombre de prêts pour acheter un appartement neuf a régressé de 28,4 % depuis début 2020. 

Quels sont les emprunteurs les plus touchés ?


Si toutes les catégories d’emprunteurs ont été touchées par le recul du marché, lié à la crise comme aux mesures du HCSF, ce sont les ménages avec le plus faible apport personnel qui ont été les plus pénalisés. « Les ménages avec moins de 3 SMIC ont vu leur part reculer de 25 % depuis le début de l’année, quand pour les ménages avec plus de 5 SMIC, la baisse de la demande est de « seulement » 10 %, sachant qu’ils représentent chacun environ 30 % du marché », précise Michel Mouillart.

Quid de l’avenir du crédit immobilier ?


Pour l’heure, l’observatoire Crédit Logement ne rapporte pas davantage d’impayés sur le crédit immobilier ; les banques ayant largement accordé des reports d’échéance quand cela était nécessaire. En marge de la publication de cet observatoire au troisième trimestre, Jean-Marc Vilon, directeur général de Crédit Logement, précise également que s’il n’y a pas eu pour le moment, de restrictions supplémentaires dans les conditions d’octroi, il y a en revanche actuellement des examens plus attentifs de certains dossiers de prêt, qui jusqu’ici auraient été traités de façon automatique. D'où l'intérêt de bien préparer son dossier de prêt et voir pour utiliser les services d'un courtier en crédit immobilier.
Par Céline Coletto

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2020

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2020

Simulation gratuite PTZ
bot