Recherche d'articles

 
 
Actualités Edition du

Trop de contrastes pour l’immobilier neuf lyonnais

immobilier neuf Métropole de Lyon
L'immobilier neuf lyonnais est en recul en 2017 mais reste proche des records, malgré le manque de renouvellement.

Tags : Immobilier neuf Lyon, immobilier neuf Grand Lyon, prix immobilier neuf, FPI


Si l’année 2017 se termine par un recul des ventes de logements neufs dans la Métropole de Lyon, la tendance reste pourtant très bonne sur le long terme. Le manque d’offres semble toujours pénaliser le marché de l’immobilier neuf lyonnais.

Oui, les ventes de logements neufs sont en recul dans la Métropole de Lyon en 2017, mais cela reste tout de même une très bonne année pour l’immobilier neuf à Lyon. D’après les chiffres du Cecim, présentés en début de semaine par la FPI de Lyon, Fédération des Promoteurs de Lyon, 6 186 logements neufs se sont vendus en 2017 dans la métropole lyonnaise en collectif, maison individuelle, résidences avec services, soit un recul de 14 %.
Pour ce qui est du collectif seulement : la baisse est de 10 % avec 6 081 réservations enregistrées, soit tout de même + 61 % en 10 ans. On reste largement au-dessus de la moyenne de long terme qui se situe sous les 5 000 ventes annuelles.
Dans les faits, la Métropole de Lyon est attractive, et ce, depuis plusieurs années, avec un solide socle d’acquéreurs occupants, qui représentent 2 386 réservations soit 39 % des réservations faites en 2017. Ce qui en fait la deuxième meilleure année sur le long terme. Les ventes à TVA réduite ont constitué 34 % de ce marché soit 728 lots. Le Plan 3A, dispositif métropolitain qui vise à aider les ménages à revenus modestes et moyens à devenir propriétaires d’un appartement neuf dans le périmètre du Grand Lyon a également contribué à la quasi-stabilité des ventes aux acquéreurs occupants : - 2 %.

Fort recul des investisseurs dans la Métropole de Lyon


En revanche, les ventes aux investisseurs reculent de 24 % en un an, loin des records des années 2010 et 2016. Ils représentent 35 % des réservations. Record pour les ventes en bloc, qui représentent 1 574 logements, soit 26 % des contrats signés au cours de l’année 2017 et 36 % de la production du logement social. Elles ont augmenté de 11 % l’an dernier.
En étudiant la production en fonction du zonage, on observe que les ventes reculent surtout dans Lyon et Villeurbanne, la zone A, en parallèle d'une sérieuse diminution de l’offre : - 20 %, tandis que cela progresse légèrement, + 2 %, dans le reste de la métropole. D’autant que dans le même temps, les ventes ont augmenté de 6 % à l’extérieur de la métropole, grâce à un doublement des mises en vente. Au total sur l’aire urbaine de Lyon, les réservations atteignent 7 192 logements neufs vendus, soit un recul de 8 % en 2017.

Trop peu de logements neufs mis sur le marché


Après avoir été proche des 7 000 mises en vente en 2016, le marché lyonnais peine à se renouveler en 2017 avec moins de 5 200 logements neufs commercialisés, soit un recul de 22 %. Cette insuffisance s’explique par « la difficulté d’acquérir des terrains et à l’allongement des délais de pré-instruction des autorisations à construire. À cela s’ajoute les recours abusifs qui, fréquemment, retardent l’arrivée de nouvelles opérations sur le marché voire bloquent, pour de longues périodes, les projets », le tout dans un contexte de révision du PLU-H, Plan Local d’Urbanisme et de l’Habitat au cours de laquelle certaines communes pourraient être tentées d’utiliser les sursis à statuer, ce qui « ne facilitera pas le renouvellement de l’offre », explique la FPI.
Du coup, l’offre disponible recule de 18 % et sur la Métropole de Lyon, la durée prospective d’écoulement de l’offre disponible est de 9 mois quand un marché équilibre offre au moins 12 mois de DPE. De ce fait, le marché lyonnais se tend et l’augmentation des prix se ressent depuis le dernier trimestre 2016. Le prix moyen a subi une augmentation de 2,5 % par rapport au 31 décembre 2016 et se fixe aujourd’hui à 4 218 €/m². Cela représente une hausse de presque 10 % en trois ans.

Découvrir les prix de l'immobilier neuf à Lyon et sa métropole

Dans le détail, il faut compter 4 925 €/m² pour acquérir un logement neuf à Lyon, 4 230 €/m² à Villeurbanne, 4 387 €/m² à Caluire. Le 2ème arrondissement de Lyon est le plus cher à 6 408 €/m², le 9ème le plus abordable à 4 079 €/m².
Du coup, pour l’année 2018, le principal indicateur à surveiller sera celui du renouvellement de l’offre. « Ce dernier sera indispensable pour éviter une pénurie de logements et donc une incapacité à répondre à la demande favorisant toujours plus la hausse des prix », conclut la FPI. En effet, la demande semble toujours là avec 4.43 réservations pour 1 000 habitants dans le Grand Lyon en 2017, la métropole lyonnaise fait mieux que celle de Grenoble : 2.70, ou Chambéry : 3.51. Seule l’agglomération d’Annecy enregistre en Rhône-Alpes une plus forte pression de 5.42 réservations pour 1 000 habitants.

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2018

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2018

Simulation gratuite PTZ
bot