Recherche d'articles
 
 
Les informations de l'immobilier neuf : tout savoir de l'immobilier neuf
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
  • Constructeurs
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Actualités Edition du

Qu’est-ce qui grippe l’immobilier neuf en Languedoc-Roussillon ?

programme neuf Montpellier
Les mises en vente de logements neufs à Montpellier et sa région ont diminué de moitié au premier semestre 2020, un recul historique depuis 15 ans. © Fotolia

Tags : Immobilier neuf Montpellier, immobilier neuf Languedoc-Roussillon, FPI, Laurent Villaret


Les mises en vente de logements neufs à Montpellier et sa région ont diminué de moitié depuis le début de l’année, même avant la crise du coronavirus. Les promoteurs d’Occitanie Méditerranée réclament une forte réaction.

C’est un « effondrement historique des mises en vente » que connaît actuellement l’immobilier neuf en Languedoc-Roussillon. A l’image de la tendance nationale, le marché de la promotion immobilière sur le Languedoc-Roussillon recule de moitié au premier semestre 2020, avec le plus faible volume des mises en vente enregistré depuis 15 ans. 
Ce sont 1 330 logements neufs qui ont été commercialisés lors des six premiers mois de 2020, rapporte la FPI Occitanie Méditerranée. 

Programme neuf Montpellier : un fort recul


Même tendance pour l’immobilier neuf à Montpellier. Les nouvelles commercialisations dans la métropole ont diminué de 54 % avec 653 appartements neufs mis en vente, contre plus de 1 400 à la même période en 2019. 
« La crise sanitaire n’est pas seule responsable de ce manque d’alimentation du marché. Avant même l’apparition du Covid-19, tous les facteurs favorables à cette tendance étaient déjà présents sur le marché », précise la Fédération des Promoteurs Immobiliers de l’ex-Languedoc. Dès 2019, les promoteurs locaux avaient observé : 
- une forte inertie dans le montage des opérations due, notamment, à l’approche des élections municipales qui freinent les opérations d’urbanisme ; 
- un effondrement des mises en vente sur l’ensemble du Languedoc-Roussillon sur l’année 2019 = - 50 % par rapport à 2018, soit 4 307 contre 6 525 logements commercialisés en 3018. Même constat sur la métropole de Montpellier en 2019 : - 60 % comparé à 2018. 
Enfin, autre problème : 
- un manque de renouvellement de l’offre foncière. 

Stabilité des prix de l’immobilier neuf à Montpellier


En revanche, bonne nouvelle pour l’immobilier neuf en Languedoc-Roussillon : la hausse des prix a été jugulée. Ainsi, sur l’ensemble du Languedoc-Roussillon, le prix moyen au mètre carré habitable est inchangé au deuxième trimestre 2020, soit 3 879 € hors stationnement. Sur la métropole de Montpellier, la hausse est limitée à 1 %, soit 4 278 €/m², hors stationnement. 
A voir maintenant si cette stabilisation des prix se maintient malgré l’actuelle crise de l’offre. Pour rappel : entre 2013 et 2020, les prix ont augmenté de 15 % sur la métropole de Montpellier représentant en 7 ans un surcoût de 655 €/m² habitable. 

Reprise des ventes de logements neufs à Montpellier


Autre signe positif : les ventes de logements neufs en août et en ce début de septembre s’accélèrent, soit une reprise post-Covid très encourageante. « L’essentiel pour notre profession est de pourvoir satisfaire cette demande », indique Laurent Villaret, président de la FPI Occitanie-Méditerranée. 

Moins de logements neufs = moins de logements sociaux et abordables


Il faut rappeler que le PLH, Plan Local de l’Habitat de la métropole montpelliéraine recommande la production de 5 000 logements par an. En 2020, cette production ne devrait pas dépasser les 3 500 logements neufs, dont environ 2 000 logements libres et abordables et 1 500 logements sociaux. Car oui, cette crise de l’offre a un impact direct sur la production de logements sociaux et de logements abordables. Une production principalement assurée par les promoteurs qui sont à l’origine en 2020 d’environ 70 % des opérations de logements sociaux et de la quasi-totalité des opérations de logements abordables. 
D’où la nécessite, selon la FPI, de faciliter la production par la simplification administrative et la digitalisation, de prolonger les dispositifs de soutien comme la loi Pinel et le PTZ, qui arrivent à échéance en 2021, en les faisant évoluer si nécessaire. Selon Laurent Villaret, président des promoteurs languedociens, « il est encore temps de le faire dans le Projet de Loi de Finances 2021 », puisque ces annonces pour le logement neuf manquaient dans le plan de relance présenté en ce début septembre.
Par Céline Coletto

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2020

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2020

Simulation gratuite PTZ
bot