Recherche d'articles
 
 
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
  • Constructeurs
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Actualités Edition du

Les ventes de logements neufs en Ile-de-France peuvent-elles encore progresser ?

projet immobilier neuf Ile-de-France
Des Hauts-de-Seine à la Seine-et-Marne, les ventes de logements neufs en Ile-de-France progressent au premier trimestre 2019. © CD 92 / Olivier Ravoire

Tags : Immobilier neuf Ile-de-France, immobilier neuf Paris, prix immobilier neuf


Malgré un fort recul des nouveaux logements mis sur le marché, les ventes de logements neufs en Ile-de-France continuent de progresser au premier trimestre 2019, au-delà des 10 000 ventes. Tour d'horizon du marché de l'immobilier neuf francilien.

10 000 logements neufs vendus en Ile-de-France en trois mois, voilà encore un beau succès pour l’immobilier neuf francilien au premier trimestre 2019. Selon les chiffres de l’observatoire ECLAIR, dans le sillage de 2018, notamment grâce aux taux d’intérêt qui demeurent bas, le marché du logement neuf à Paris et sa région reste très dynamique. Toutefois, le stock disponible et surtout les mises en vente accusent une baisse. De quoi bientôt stopper cette évolution positive ? Peut-être ! D’autant que d’un trimestre à l’autre, les ventes de logements neufs reculent de 5 % et même de 16 % dans les Yvelines.  
Pourtant, pour le moment, les ventes régionales progressent de 6 % sur un an comparé au premier trimestre 2018. Un dynamisme qui cache tout de même de fortes disparités : - 10 % sur un an dans les Yvelines, - 5 % en Essonne et surtout - 22,5 % dans Paris. Les autres départements franciliens affichent une hausse annuelle comprise entre + 1,1 % dans le Val-d’Oise et jusqu’à + 36 % en Seine-Saint-Denis.
Ce trimestre, plus d’un logement sur quatre s’est ainsi vendu dans les Hauts-de-Seine, avec 2 139 ventes et en Seine-Saint-Denis, 2 136 lots. Plus largement, la zone centrale concentre 56 % des ventes régionales au début de l’année 2019. Les secteurs des deux et trois-pièces, qui constituent 71 % du parc des logements neufs vendus, sont en croissance de 5 % et 9 % respectivement sur un an. 

Gros recul des mises en vente de logements neufs


Reste que les mises en vente de logements neufs sont en fort recul avec seulement 6 500 logements neufs commercialisés en Ile-de-France au premier trimestre 2019, en baisse de 27 % sur un an. Les départements de grande couronne affichent les baisses les plus marquées.
En volume, les Hauts-de-Seine se démarquent en ce début d’année, avec 1 763 logements nouvellement introduits sur le marché, soit plus d’un logement sur quatre commercialisé en Ile-de-France. Le Val-de-Marne et la Seine-et-Marne sont les deuxième et troisième départements franciliens les plus attractifs, au-delà des 1 200 commercialisations nouvelles. Avec une chute des commercialisations de plus de 50 % sur un an, les Yvelines et l’Essonne ne représentent plus qu’à eux deux moins de 10 % des nouveaux logements dans la région.

Moins de 28 000 logements neufs en vente en Ile-de-France


Du coup, l’encours de logements neufs disponibles à la vente en Ile-de-France se réduit à 27 743 unités, soit - 6 % en un an ; mais là encore, avec de grandes disparités : des hausses dans les départements de la petite couronne, mais des baisses en grande couronne et dans Paris. 
À la fin du premier trimestre 2019, environ un logement disponible sur cinq se situe dans les Hauts-de-Seine, soit plus de 5 300 logements neufs, devant l’immobilier neuf de Seine-Saint-Denis. Si l’on ajoute le stock de la Seine-et-Marne, ces trois départements concentrent plus de la moitié de l’offre francilienne.
Ainsi, au premier trimestre 2019, le délai moyen de commercialisation en Ile-de-France s’établit à 8,6 mois en moyenne, de 6,9 mois pour écouler l’ensemble du stock de logements neufs en Seine-Saint-Denis tandis que ce délai monte à 9,3 mois dans les Yvelines et 11 mois en Seine-et-Marne. Pour rappel, un marché est jugé équilibré quand le stock théorique d'écoulement représente environ 12 mois.
Par Céline Coletto

Les prix de l’immobilier neuf augmentent sur un an

Faute de renouvellement massif, sur un an, les prix augmentent dans l’ensemble des départements franciliens. L’immobilier neuf à Paris connait la plus forte hausse et affiche un prix moyen pour un logement disponible en collectif environ 15 % plus élevé qu’au premier trimestre 2018 et donc le plus cher de la région : 12 986€/m². En petite couronne, les prix de l’immobilier neuf dans les Hauts-de-Seine présentent la deuxième augmentation la plus importante : + 4,8 % à 7 039 €/m², tandis qu’en deuxième périphérie, l’augmentation la plus forte touche l’Essonne : + 4,2 %, à 4 243 €/m². Seule la Seine-et-Marne se situe sous le seuil des 4 000 €/m², alors qu’avec un prix moyen de 4 747 €/m², les Yvelines se positionnent comme le département le plus onéreux de grande couronne.

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2019

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2019

Simulation gratuite PTZ
bot