Recherche d'articles

 
 
Actualités Edition du

La maison intelligente et connectée devient réalité

maison connectée
7 Français sur 10 estiment que la maison connectée sera la norme dans 10 ans, selon une enquête Promotelec. © Stocklib

Tags : Immobilier neuf, logement neuf, logement neuf connecté, innovation, Promotelec


C’est bien grâce aux usages que les objets connectés feront leur entrée dans la maison intelligente de demain, selon une enquête de l’observatoire Promotelec sur les mutations dans l’habitat. Éclairage.

70 % des Français pensent que la maison connectée sera la norme d’ici 10 ans ; mais d’ici là, il va falloir lever certains freins car on compte aussi 12 % de réfractaires complets à cette technologie dans l’habitat, voilà ce que montre l’observatoire des mutations de l’habitat porté par Promotelec dans une étude baptisée « Les objets connectés dans l’habitat ». Dans un sondage interrogeant plus de 1 600 personnes, Promotelec et l’institut Sociovision ont tenté de mettre en lumière les différentes typologies d’utilisateurs que les constructeurs doivent désormais prendre en compte pour passer du concept de la maison intelligente à la réalité du foyer.

L’idée d’un habitat connecté est positive !


L’étude a révélé que l’appréciation à l’égard des objets connectés dans l’habitat est largement positive. Une période charnière est en train de s’ouvrir, où ces objets sortent de la science-fiction pour entrer dans l’ère du quotidien. Désormais, si une partie des Français se dit prête à basculer, l’adoption massive va-t-elle se faire pour autant ? S’interroge Promotelec. « Tout dépendra de leur capacité à se rendre vraiment utiles à leurs yeux », peut-on dire d’après les résultats de l’enquête. En effet, aujourd'hui, si 43 % des Français sont plutôt ouverts aux objets connectés dans leur maison, la même proportion de Français y est plutôt fermée.


Les freins à lever sont clairement identifiables : le facteur prix, réel ou supposé car 83 % pensent qu’ils sont réservés aux gens qui ont les moyens ; les craintes liées à l’espionnage, aux ondes ou encore à l’autonomie, et enfin leur utilité parfois remise en cause, certains sondés évoquant des « gadgets »…
Pour échapper à l’impression de gadgétisation et convaincre une majorité de Français, les objets connectés dans l’habitat devront répondre à de vrais besoins, c’est-à-dire s’appuyer sur ce que les Français font chez eux, et surtout sur ce qu’ils souhaitent y faire plus, mieux ou plus vite.
 

Connecter les Français à la maison intelligente


Aujourd’hui les fabricants d’objets connectés, que ce soit pour la maison ou dans d’autres domaines, se concentrent avant tout sur la performance technologique des produits qu’ils proposent. L’innovation reste au cœur d’un discours qui s’adresse encore à un public d’initiés, de geeks. Or, l’histoire des innovations le confirme, les technologies ne s’imposent jamais à nous, elles prennent la place qu’on veut bien leur laisser, à condition d’y voir un bénéfice évident. Pour qu’une nouvelle technologie investisse le marché et rentre dans les mœurs, elle doit donc apporter un réel bénéfice consommateur. Les Français attendent que leurs objets connectés apportent de nouveaux usages en matière d’énergie, de vieillissement ou de tâches ménagères... Le sentiment prédominant est qu’ils doivent leur faire « gagner du temps », grâce notamment au pilotage à distance ; sans oublier que cela doit aussi permettre de réaliser des économies pour 46 % des sondés.
L'étude Promotelec vient également confirmer que les objets connectés ne sont pas seulement attendus autour de bénéfices rationnels : gain de temps, sécurité, économies…, mais aussi autour de bénéfices-vie/bénéfices émotionnels qui contribueront à donner le sentiment d’une « qualité de vie augmentée ». L’enjeu pour les constructeurs d’objets connectés est donc désormais de savoir construire des imaginaires attractifs pour que chacun puisse facilement se projeter dans sa maison du futur.

Quelles sont les typologies d’utilisateurs de ces objets connectés dans l’habitat ?


Promotelec a classé les utilisateurs d’objets connectés dans l’habitat dans trois grandes catégories.
- Les ouverts : 43 %
On compte parmi eux : 5 % d’« early-adopters » : suréquipés en objets connectés, ils en plébiscitent le côté « futuriste ». Pour eux, les objets connectés leur permettent de « vivre plus » et la maison est un lieu où ils ne passent pas beaucoup de temps.
23 % d’enthousiastes : déjà équipés en objets connectés et rêvant d’en acquérir davantage, ils sont excités à l’idée de les utiliser dans leur maison. Pour eux, les objets connectés permettent surtout de contrôler leur maison à distance.
15% de pragmatiques : plutôt moins équipés que la moyenne en objets connectés, ils se montrent plutôt intéressés face aux objets connectés, à condition qu’ils leur simplifient la vie : prise en charge des tâches ménagères par exemple, et améliorent leur confort au quotidien.
- Les fermés : 43 %
Ils comptent parmi eux 31 % de Sceptiques pour qui ces objets représentent avant tout un danger. Ils se sentent dépassés et peu intéressés par la technologie et n’ont aucune intention d’équipement à court terme. Leur vie est calme, centrée sur le foyer, en harmonie avec la nature.
12 % de réfractaires qui ne veulent pas en entendre parler. Ils savent à peine ce que sont les objets connectés. Ils n’en ont pas et ne souhaitent pas s’équiper. Pour eux, la maison est un lieu pratique où ils ne passent pas beaucoup de temps… sauf pour bricoler.
- Les indifférents : 14 %
Aux 43 % d’ouverts et 43 % de fermés aux objets connectés, il faut ajouter à ceux-là les 14 % d’indifférents. Ni pour ni contre, bien au contraire, et qui attendent de voir. Ils constituent une marge de manœuvre à faire basculer chez les « ouverts » pour inverser la tendance. Familiers des objets connectés, ils ne les utilisent pas toujours personnellement. Pour eux, le plus important est de passer du temps avec leurs proches et leur famille.

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2019

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2019

Simulation gratuite PTZ
bot