Recherche d'articles
 
 
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
  • Constructeurs
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Actualités Edition du

Ni emballement, ni rupture brutale pour l’immobilier neuf

chantier logements neufs Annecy
Grise mine pour l'immobilier neuf en 2019, avec un recul des ventes de 6 %, selon les prévisions économiques du Crédit Agricole.

Loin des records de 2017, l’immobilier neuf devrait enregistrer des résultats honorables cette année, selon les prévisions économiques du Crédit Agricole. A quoi s’attendre pour le logement neuf en 2019 ?

Que ce soit dans l’immobilier neuf ou ancien, les perspectives pour 2019 sont prudentes d’après l’étude du Crédit Agricole, réalisée par Olivier Eluère. « Ni emballement, ni rupture brutale », voilà le maître-mot de l’année qui débute. Reste que pour l’immobilier neuf, malgré des fondamentaux toujours positifs, le recul de l’activité sera plus important que dans l’ancien, selon les prévisions.

Toujours de solides fondamentaux pour l’immobilier


Le prévisionniste voit toujours pour l’année à venir une demande soutenue par des taux de crédit attractifs et des facteurs de soutien structurels : « désir d’accession à la propriété, démographie favorable, phénomènes de décohabitation, préparation de la retraite, saturation du marché locatif, effet « valeur refuge » de l’immobilier ». Le tout, dans un contexte de modèle français de crédit immobilier prudent, avec des critères d’octroi assez stricts. Même si on constate une diminution de l’apport personnel et un allongement de la durée des crédits à 19,5 ans environ en moyenne en 2018, contre 18,6 ans en 2016, « les risques sur le crédit habitat demeurent contenus », détaille l’étude du Crédit Agricole.
Malgré tout, « la capacité d’achat des ménages va ainsi continuer à s’éroder en raison de la hausse des prix et d’une légère remontée des taux, ce qui, compte tenu d’un niveau de confiance médiocre des ménages, rendrait les acheteurs plus attentistes », analyse Olivier Eluère, qui pense que le marché de l’immobilier neuf souffrirait à nouveau un peu plus que celui de l’ancien, « du fait de la montée en puissance du recentrage des mesures de soutien et de l’insuffisance de l’offre ». D’où un repli attendu des ventes de logements neufs en 2019 de 6 %.

Tassement attendu pour l’immobilier neuf


Après une année 2017 exceptionnelle, le tassement engagé en 2018 : - 2.4 % des ventes de logements neufs par les promoteurs sur les trois premiers trimestres l’an dernier et - 14.1 % sur un an pour les maisons neuves à construire, devrait se poursuivre. Plusieurs facteurs de freinage expliquent cet actuel tassement : le recentrage graduel sur les zones tendues des mesures de soutien dans l’immobilier neuf, notamment le dispositif Pinel et PTZ ; mais aussi l’effritement de la capacité d’achat, lié à la remontée des prix des logements et à des taux de crédit à peu près stabilisés ; mais qui pourraient remonter légèrement en 2019. En plus de l’insuffisance de l’offre, s’ajoute, selon Olivier Eluère, un niveau de confiance des ménages médiocre.

Un manque de logements neufs à vendre


Revenons sur la faiblesse de l’offre qui est un des facteurs-clés, évoqués par les promoteurs, pour expliquer les difficultés actuelles du marché du neuf. Les mises en vente ont en effet reculé en 2017 de 2,6% sur un an et sur les neuf premiers mois de 2018 de 5,4%. C’est notamment le cas en zone B1, c’est-à-dire principalement dans les grandes agglomérations, avec une baisse des mises en vente de 7,3 % sur un an sur les neuf premiers mois de 2018, après - 7,5 % sur un an en 2017.
Une faiblesse de l’offre nouvelle qui se répercute sur le nombre de transactions. Ce déficit de logements commercialisés en zones tendues s’explique par la rareté du foncier, le poids des normes de construction, les recours abusifs, les délais d’obtention des permis… rappelle Olivier Eluère. Si la loi ELAN propose une série de mesures pour réduire ces contraintes, construire plus et à un moindre coût. Le Grand Paris et les JO 2024 devant également stimuler à terme l’offre de neuf, « l’effet sur la construction et la vente de logements de ce choc d’offre sera très graduel et très mesuré à l’horizon 2019 », analyse l’économiste du Crédit Agricole.


Pour 2019, le scénario central prévoit donc « pas d’emballement spéculatif ou de rupture brutale », dans un contexte de marché qui reste à la fois sain et soutenu. Même si le neuf sera plus touché que l'ancien, le marché « atterrit en douceur, affichant des performances très honorables, mais en deçà des records historiques de 2017 », conclut Olivier Eluère.
Par Céline Coletto

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2019

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2019

Simulation gratuite PTZ
bot