Recherche d'articles

 
 
Actualités Edition du

Pas de rupture majeure pour l’immobilier neuf en 2018

logements neufs 2018
Pas de rupture nette mais un atterrissage en douceur est prévu pour l'immobilier neuf en 2018, par les experts de Xerfi.

Tags : Immobilier neuf, prévisions 2018, Xerfi


Oui, le marché immobilier, dans le neuf comme dans l’ancien, risque d’atterrir cette année, mais aucune rupture nette est à prévoir, selon les experts du cabinet Xerfi. Explications.

Après une année dernière record, avec près d’un million de transactions immobilières dans l’ancien et 158 000 logements neufs vendus en 2017, à quoi s’attendre pour l’immobilier en 2018 et après et notamment pour l’immobilier neuf ? C’est à cette question que tente de répondre l’expert de Xerfi, Vincent Desruelles dans une étude intitulée : « L’immobilier de logements en France et en régions - Quelles perspectives pour les marchés du neuf et de l’ancien à l’horizon 2019 ? »
Selon lui, les moteurs de l’immobilier sont toujours les mêmes entre « des conditions de financement exceptionnelles et l’importance des aides à la pierre pour l’accession à la propriété ou l’investissement, comme par exemple le Prêt à Taux Zéro et le dispositif Pinel. Le retour de la confiance des ménages a fait le reste ». Mais le vent pourrait bien tourner, même si aucune rupture majeure de tendance n’est à prévoir en 2018. Le changement d’approche de l’Etat vis-à-vis de l’immobilier pourrait par exemple peser davantage sur le marché en 2019, selon l'expert de Xerfi.

Une simplification administrative, plutôt que des aides à la pierre


Les pouvoirs publics souhaitent en effet réorienter l’épargne des Français vers l’économie réelle. C’est le sens de la mise en place de l’impôt sur la fortune immobilière IFI. L’Etat souhaite aussi construire davantage et moins cher, en privilégiant les simplifications administratives, (cf. la future loi Elan en préparation) au détriment des aides financières directes.
Le dispositif du PTZ, qui doit être évalué dans le courant de l’année, ne devrait selon toute vraisemblance pas rester en l’état, compte tenu de son coût. Quant au Pinel, il est censé rester en vigueur jusqu’en 2021. « Toutefois, les professionnels concernés seraient inspirés de limiter leur dépendance à ce dispositif qui soutient artificiellement leur activité », de l’avis des experts de Xerfi.
Dans ces conditions, le segment du neuf sera affecté. Après un bond de 15,6 % en 2017 et une hausse limitée à 1 % en 2018, les mises en chantier reculeront de 2,3 % en 2019, selon les prévisions des experts de Xerfi. Les ventes de logements des promoteurs accuseront d’ailleurs le coup : - 2,7 % en 2019 après tout de même  + 2 % en 2018, toujours selon Xerfi.
Outre le changement d’approche des pouvoirs publics à l’égard de l’immobilier, d’autres mutations semblent hautement probables. En premier lieu, il ne faut pas s’attendre à un assouplissement des conditions d’octroi des crédits de la part des banques. Cela ne permettra donc pas de re-solvabiliser la demande.

Lire aussi - Marché du crédit : quelles tendances en ce printemps de l'immobilier ?

Compte tenu du niveau plancher des taux d’intérêt, il y a fort à parier qu’ils se stabiliseront ou remonteront. D’ailleurs, les flux de crédits nouveaux commencent déjà à ralentir. Bref, le marché de l’immobilier se dirige vers un atterrissage en douceur.

Comment les promoteurs préparent cet atterrissage en douceur ?


Pour rester dans la course et prendre le virage du numérique, les différentes professions ne ménagent pas leur peine.
Les promoteurs intègrent ainsi peu à peu le numérique à tous les niveaux de leur activité, de la conception à la commercialisation des biens. Cet axe de développement est le plus répandu parmi les principaux groupes et fait figure de priorité stratégique. Les applications les plus fréquentes sont par exemple l’utilisation de la maquette numérique dans le cadre de la conception, l’utilisation d’outils de navigation 3D et de réalité virtuelle à des fins commerciales ainsi que l’intégration de la domotique dans les logements.
Entre autres exemples, le leader Bouygues Immobilier a ainsi généralisé les solutions domotiques à l’ensemble de son offre et cherche par ailleurs à capter l’innovation à travers des collaborations ou prises de participation dans des start-ups.

Lire aussi - Les succès du promoteur Bouygues Immobilier

Depuis plusieurs années, de nombreux constructeurs de maisons neuves en CCMI ont diversifié leur activité. La profession s’est notamment positionnée dans les métiers de l’aménagement foncier : acquisition de terrains pour réaliser des lotissements dans une logique de revente des lots à bâtir ou de la promotion : achat de terrains et développement d’un programme de construction de maisons individuelles.
De quoi améliorer leur offre ou se diversifier et ainsi mieux traverser la période de flottement qui s’amorce pour l’immobilier neuf.

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2018

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2018

Simulation gratuite PTZ
bot