Recherche d'articles

 
 
Actualités Edition du

Prêt logement : quelles tendances en ce printemps de l’immobilier ?

prêt immobilier achat logement
Alors que les taux d'intérêt sont stables en ce printemps, des pistes existent pour mieux boucler le financement d'un achat immobilier.

Tags : Crédit immobilier, prêt immobilier, primo-accédant, taux d'intérêt, Crédit Logement, Empruntis, Vousfinancer.com, Cafpi


Alors que débute le printemps de l’immobilier, comment se porte le marché du crédit immobilier et comment évoluent les taux d’intérêt pour le fameux projet d’une vie : devenir propriétaire ?

C’est parti pour le printemps de l’immobilier 2018 : cette période où les envies de déménagement et d’achat immobilier sont plus nombreuses et où se tiennent la plupart des salons de l’immobilier dans les grandes villes. Une période où les établissements bancaires jouent des coudes pour remplir leurs objectifs commerciaux.
Dans un contexte où la demande de logements semble ralentir après une année 2017 exceptionnelle, les banques restent donc très prudentes dans leur évolution des taux d’intérêt.
Un calme apparent qui cache pourtant bien une baisse constante de la demande ces derniers mois, « d’abord dans le logement ancien et depuis le début de l’année, avec les réformes du PTZ, des APL Accession entre autres, également dans l’immobilier neuf », d’après le courtier Cafpi.
Dans le même temps, au terme du mois de février, l’observatoire Crédit Logement / CSA du marché du crédit immobilier montre un nouveau recul du taux moyen : 1.47 % contre 1.48 % en janvier. Un recul entamé depuis août dernier, d’environ 2 points de base chaque mois et qui permet aux taux d’intérêt de retrouver leur niveau de février 2017. Des taux très attractifs mais qui ne « compensent plus la hausse des prix de l’immobilier », précise tout de même l’observatoire.
D’où les efforts des banques pour améliorer leur offre de crédit. Pour preuve, au mois de mars, parmi les barèmes reçus par le courtier Empruntis, c’est le statu quo qui domine avec des taux moyens stables sur les durées les plus demandées : 1.50 % sur 15 ans, 1.70 % sur 20 ans et 1.90 % sur 25 ans. Autre piste pour compenser les prix en hausse : l’allongement de la durée de prêt.

Le retour des prêts immobiliers sur 30 voire 35 ans !


C’est ainsi qu’un autre courtier, Vousfinancer.com annonce un retour des prêts sur 30 et même 35 ans ces derniers mois. Pas qu’ils avaient totalement disparu, mais le courtier observe un allongement des durées de prêts avec un retour des prêts sur plus de 25 ans grâce à des taux à nouveau attractifs proposés par certaines banques y compris sur 30 et 35 ans et ce, afin de resolvabiliser les primo-accédants dans ce contexte de hausse des prix de l’immobilier.
« Ces offres sont réservées plutôt aux primo-accédants qui profitent de cet allongement des durées pour emprunter davantage, mais aussi à des investisseurs ou multi-propriétaires qui ne veulent pas trop alourdir leurs remboursements mensuels… La grande nouveauté est que les taux ont beaucoup baissé sur ces durées longues, rendant à nouveau attractifs ces financements qui reviennent sur le marché », explique Sandrine Allonier, directrice des relations banques du courtier.
Concrètement, cette année, l’écart de taux entre les prêts sur 25 et 30 ans a considérablement baissé pour atteindre moins de 0,15 % dans certaines banques ! Il est par exemple possible d’emprunter à des taux compris entre 1,6 et 1,8 % sur 25 ans et à des taux compris entre 1,75 % et 2 % sur 30 ans, et même 2,55 % sur 35 ans.
De quoi permettre, selon les calculs de Vousfinancer.com, d’augmenter sa capacité d’emprunt de presque 33 000 € pour une mensualité de 1 000 € ou alors de faire baisser sa mensualité de presque 100 € pour un crédit de 200 000 €, pour un coût supplémentaire de « seulement » 15 000 € environ. De quoi parvenir à boucler son financement.  
Cet allongement des durées de prêt se constate déjà dans les profils d’emprunteurs du courtier. Début 2018, les primo-accédants empruntaient en moyenne 151 713 € sur 22 ans et 2 mois, contre 141 860 € sur 21 ans et 10 mois au premier trimestre 2017 ; et ce avec moins d’apport mais des revenus stables…
Il existe donc des solutions pour boucler son budget : faire jouer la concurrence, mais aussi en accordant des contreparties en matière d’assurance-emprunteur ou de l’assurance du futur bien immobilier et là, les courtiers semblent les mieux placés pour monter un meilleur dossier de prêt.

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2018

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2018

Simulation gratuite PTZ
bot