Recherche d'articles
 
 
Les informations de l'immobilier neuf : tout savoir de l'immobilier neuf
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
  • Constructeurs
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Chiffres clés Edition du

Seuls les accédants soutiennent le marché du logement neuf

achat appartements neufs
Le recul des permis de construire limite l'offre de logements neufs et affaiblit toute la filière de la promotion immobilière début 2019.

Tags : Immobilier neuf, logement neuf, FPI, promoteur immobilier


Bien que les ventes de logements neufs reculent au premier semestre, les accédants sont toujours aussi nombreux à apprécier l’immobilier neuf pour devenir propriétaire. Explications avec les chiffres de la FPI, Fédération des Promoteurs Immobiliers.

Même si au terme du premier semestre 2019, le marché du logement neuf est toujours à la peine, que les promoteurs privés continuent de sonner l’alarme comme depuis plusieurs trimestres, la bonne nouvelle de cette rentrée : les accédants à la propriété sont toujours friands de l’immobilier neuf. 


Recul des ventes de logements neufs en France


Les ventes de logements neufs baissent pourtant depuis le début de l’année : - 12,7 % par rapport au deuxième trimestre 2018 et - 5,4 % par rapport au premier semestre 2018. C’est particulièrement vrai pour les ventes en bloc aux bailleurs sociaux : - 31,6 %. 
Quant aux ventes auprès des particuliers, elles fléchissent de 7,7 % au deuxième trimestre et de façon plus marquée pour les investisseurs : - 10,8 % que pour les accédants à la propriété : - 4,5 %, ces derniers étant toutefois quasi stables sur le semestre. C’est donc la bonne nouvelle de ce début 2019 : près de 34 000 logements neufs ont été vendus en six mois à des accédants à la propriété, soit un très léger recul de 0,1 %. 
Les accédants représentent désormais 52 % des acquéreurs, quand les investisseurs constituent le solde. Ainsi, parmi les ventes au détail aux particuliers, le recul au terme du premier semestre est de « seulement » 2.3 %. En effet, malgré des conditions d’emprunt très attractives et l’attractivité de la pierre, la baisse des ventes s’explique par la réduction de l’offre de logements neufs.

Forte diminution des mises en vente de logements neufs


C’est en effet, le constat alarmant décrit par la FPI, Fédération des Promoteurs Immobiliers, lors de ce point de conjoncture de rentrée : au deuxième trimestre 2019, les promoteurs n’ont mis en vente que 30 000 logements soit 10 000 de moins qu’au deuxième trimestre 2018. 
La baisse est particulièrement forte dans certaines grandes agglomérations : - 61 % à Lille, - 49 % à Strasbourg, - 28 % en Ile de France alors qu’elles tendent à se stabiliser à Toulouse : - 2 %, voire croître légèrement à Grenoble : + 6 % ou à Nantes : + 2 %.
Au terme du premier semestre, les nouvelles commercialisations dans l’immobilier neuf reculent ainsi de 23.6 % comparé à la même période en 2018. L’offre à la vente de logements neufs baisse donc de 11,6 % et le stock est inférieur à 10 mois de vente dans un grand nombre de métropoles.

Comment expliquer les baisses des commercialisations ?


Selon la FPI, cette baisse de l’offre a deux explications : la délivrance des permis de construire dans le collectif est en chute libre. En moyenne annuelle, ce sont 40 000 logements collectifs autorisés de moins qu’il y a deux ans. « Nombre d’élus locaux, à l’approche des élections municipales, ne souhaitent pas accorder de permis de construire par crainte de l’impopularité et des recours. Ensuite, lorsque les permis de construire sont délivrés, les coûts de travaux trop élevés, la disponibilité de plus en plus réduite des entreprises du bâtiment ou encore les recours de voisinage, freinent les mises à l’offre de nouveaux logements », détaille la fédération des promoteurs.
D’où une tension sur les prix des logements neufs qui augmentent d’environ 5 % au niveau national par rapport au deuxième trimestre 2018. Ainsi, il faut compter 4 459 €/m² en France pour acquérir un logement neuf, soit précisément + 5.2 %. La hausse est plus forte en régions : + 4.5 % à 4 033 €/m² qu’en Ile-de-France : + 3.2 % à 5 160 €/m². Une hausse qui pourrait de nouveau pénaliser les ventes de logements neufs. Le choc d'offre est encore loin.
Par Céline Coletto

L'inquiétude de la présidente des promoteurs immobiliers


Pour Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI France : « la baisse du nombre de permis de construire depuis deux ans perturbe l’équilibre de toute la filière du logement car les mises en chantier chutent en conséquence dans tous les segments : logement privé et logement social pour les ménages et logement intermédiaire pour les institutionnels. Je suis très inquiète des conséquences économiques de cette chute de la production pour le secteur dans son ensemble ». D’autant que « tout devrait concourir à une augmentation des ventes de logements neufs. Or, elles baissent depuis plus d’un an, malgré des conditions d’emprunt très favorables, une stabilité des incitations fiscales dans les zones tendues et une confiance des ménages qui s’améliore. Il y a un paradoxe dans le secteur du logement neuf qui s’explique par des problèmes d’offre », conclut la présidente de la FPI.

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2019

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2019

Simulation gratuite PTZ
bot