Recherche d'articles

 
 
Chiffres clés Edition du

Alerte mais pas d’alarmisme pour le logement neuf

Chantier logement neuf
Malgré un recul des ventes de 10.5 %, les promoteurs immobiliers de la FPI préfèrent appeler à la vigilance que de crier aux loups.

Tags : Immobilier neuf, logement neuf, promoteur immobilier, FPI


Les promoteurs immobiliers de la FPI publiaient ce jeudi leurs chiffres pour 2018 et malgré une tendance baissière : - 10 % sur un an. Ils préfèrent globalement ne pas crier au loup et parler d’alerte plutôt que d’être trop alarmiste. Explications.

Oui, les chiffres de la promotion immobilière sont en baisse, mais en comparaison d’une année 2017 exceptionnelle, rappelle-t-on à la FPI, Fédération des Promoteurs Immobiliers. Un « ralentissement assez sérieux » évoque Alexandra François-Cuxac, la présidente, mais à remettre dans un contexte macro-économique. 
Oui, la croissance française décélère : 1.5 % en 2018, contre 2.3 % en 2017 mais des signaux positifs continuent de soutenir l’activité globale. L’inflation ralentit depuis fin 2018, donc cela laisse davantage de revenus disponibles pour les ménages. L’accès au crédit immobilier reste toujours facile ; tandis que la confiance des ménages se redresse début 2019, selon l’Insee, rappelle la FPI en préambule. 
En parallèle, les chiffres de la construction neuve fournis par le ministère montrent tout de même un ralentissement de la production, tant pour les permis de construire : - 6.4 % que pour les mises en chantier : - 4.6 % à fin janvier, sur un an.

Plus de 150 000 logements neufs vendus en un an


Avec les ventes en bloc, le marché du logement neuf, observé par la FPI, a représenté en 2018, 150 783 logements neufs vendus, soit - 10.5 % en un an. Cela représente une chute de plus de 22 % des ventes en bloc, après une année 2017 bien au-dessus de la moyenne des dernières années ; mais de seulement 7.3 % pour les ventes au détail aux particuliers. Les ventes en résidence services reculent de 1.8 %.
« Ce sont des chiffres élevés mais qui baissent en tendance », analyse Marc Villand, président de la FPI Ile-de-France. 
Malgré ces chiffres en recul, des signaux positifs subsistent comme cet équilibre parfait entre l’accession à la propriété, qui reste stable (et progresse même de 16 % en Ile-de-France) et l’investissement en recul de 13.2 % sur un an. 

Fort recul des mises en vente de logements neufs


En revanche, l’inquiétude vient toujours de la difficulté à monter des projets immobiliers, notamment à l’approche des élections municipales, avec des mises en vente en recul de 17 % sur le seul quatrième trimestre et de - 11.1 % sur un an. Le dernier trimestre 2018 est même le plus faible depuis 2014. Du coup, l’offre commerciale diminue de 1.8 % pour représenter un stock théorique de vente global de 10.3 mois. Le marché est repassé sous la barre symbolique des 100 000 logements neufs en commercialisation.
Malgré cette tension sur l’offre, la hausse des prix : + 3.1 % sur 2018, à 4 274 €/m2 reste modérée, « grâce à la concurrence car nous n’avons pas intérêt à désolvabiliser notre clientèle », commente Marc Villand.

Attention à la cacophonie ambiante


Ce qui inquiète surtout les promoteurs, c’est la cacophonie ambiante et la période anxiogène où, « après l’IFI, des annonces négatives, souvent démenties, se succèdent dans l’actualité, alors que le logement neuf et notamment l’investissement immobilier a besoin de politique claire, lisible et continue », analyse Alexandra François-Cuxac, qui réclame des réponses structurelles.
« 2019 a besoin d’une focalisation nécessaire sur l’offre car le niveau de la demande reste élevé », précise-t-elle. Face à des terrains de plus en plus chers, un coût de construction en forte augmentation en 2018, cf l’ICC qui a augmenté de 3.5 % l’an dernier, des prix de vente qui n’absorbent plus cette pression, « de plus grandes difficultés sont à venir ». D’où la volonté de la FPI de lancer une alerte mais être alarmiste car la situation reste contrastée selon les régions avec des ventes en progression en Ile-de-France et sur la Côte d’Azur ; mais aussi une accession à la propriété qui est toujours très dynamique et qui constitue un « socle solide ». « L’ajustement doit se faire auprès des investisseurs et des bailleurs sociaux qui sont plus sensibles et plus rapides dans leur réaction », conclut la présidente de la FPI, qui demande donc davantage de soutien aux maires bâtisseurs, ou encore un travail sur la densité douce pour créer des économies d’échelle...

Par Céline Coletto

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2019

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2019

Simulation gratuite PTZ
bot