Recherche d'articles
 
 
Les informations de l'immobilier neuf : tout savoir de l'immobilier neuf
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
  • Constructeurs
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Chiffres clés Edition du

Immobilier neuf : l'offre se contracte

logement neuf et zonage
Les mises en vente de logements neufs ont reculé de 20 % au troisième trimestre et même de presque 28 % dans les zones ultra-tendues.

Tags : Immobilier neuf, commercialisation, logement neuf, mise en vente, prix immobilier neuf


S’approche-t-on d’une pénurie de logements neufs, alors que les mises en vente de logements neufs ont reculé de 20 % au troisième trimestre ? C’est l’inquiétude qui domine chez les promoteurs immobiliers après la publication des derniers chiffres du ministère. 


5 ans que les mises en vente de logements neufs n’avaient pas été aussi basses, juste avant la mise en place de la loi Pinel ! Voilà l’un des constats du moment à propos de l’immobilier neuf. 
Après les chiffres des promoteurs immobiliers de la FPI hier, c’est en effet au tour du ministère de la Cohésion des territoires en charge du logement de dévoiler les derniers chiffres officiels de la commercialisation des logements neufs en France au troisième trimestre 2019. Des données qui confirment le recul des ventes mais surtout des mises en vente dans l’immobilier neuf. 


Ainsi, au cours du troisième trimestre 2019, selon le ministère, 27 900 logements neufs ont été réservés en France métropolitaine. Les réservations sont quasi stables par rapport au troisième trimestre 2018 : - 0,9 %, avec une baisse plus marquée dans l’individuel : - 2,6 % que dans le logement collectif : - 0,8 %.

Très fort recul des nouveaux logements neufs commercialisés


Mais l’inquiétude vient surtout des nouvelles commercialisations de logements neufs. Le ministère annonce un recul de 20,2 % des mises en vente par rapport au troisième trimestre 2018. 21 100 logements neufs ont été commercialisés lors des trois derniers mois, un niveau bas, non atteint depuis le troisième trimestre 2014. C’était juste en amont de la refonte de la loi Duflot, remplacée par l’actuelle loi Pinel de soutien à l’investissement locatif.
En rythme annuel, le repli des mises en vente est un peu moins prononcé mais tout de même : - 17,3 % au cours des douze derniers mois, par rapport aux douze mois précédents.

118 000 logements neufs disponibles sur le territoire


Le niveau de l’offre étant plus faible que celui de la demande, l’encours de logements, qui avait atteint un point haut au troisième trimestre 2018, se réduit pour le quatrième trimestre consécutif. On compte actuellement 118 000 logements neufs en vente dans l’hexagone, dont 96 900 appartements neufs à la fin du troisième trimestre 2019, soit un recul de - 10,8 % en un an. 
Hausse du coût du foncier et de construction, allongement de la durée pour monter des opérations, manque d’offre, voilà qui explique la hausse des prix de l’immobilier neuf enregistrée au troisième trimestre. Le prix moyen des logements neufs augmente de 4,6 % pour les appartements neufs et de + 5,1 % pour les maisons neuves par rapport au troisième trimestre 2018. Cela représente un prix moyen de 4 251 €/m² pour un appartement neuf et de 278 200 € pour une maison neuve.
Par Vincent Durand

Logement neuf et zonage, quelle évolution ?


Les zones A et Abis, qui réunissent Paris, une grande partie de l’Île-de-France, la Côte d’Azur et la zone frontalière avec la Suisse, mais aussi Lyon, Marseille, Lille ou encore Montpellier suivent la tendance nationale avec une forte contraction des mises en vente : - 27,8 % et une légère baisse des réservations : - 2,2 % par rapport au troisième trimestre 2018. En rythme annuel, le recul des mises en ventes est légèrement moins prononcé, tandis que les réservations restent quasi stables sur un an.
La zone B1, regroupant les autres grandes agglomérations de plus de 250 000 habitants, présente une conjoncture en demi-teinte, avec une diminution relativement modérée des mises en vente : - 9,7 % et une progression des réservations par rapport au troisième trimestre 2018 : + 10,9 %. La même tendance s’observe en rythme annuel : - 4,9 % pour l’offre et + 6,1 % pour la demande.
Avec la disparition du dispositif Pinel depuis début 2019 et encore davantage avec le recentrage du PTZ prévu début 2020, le marché du logement neuf en zone B2, qui comprend les autres communes de plus de 50 000 habitants, se caractérise par un fort recul de l’offre : - 27,5 % comme de la demande : - 30,8 %. La tendance annuelle est fortement baissière, davantage pour les mises en vente : - 45,1 % que pour les réservations : - 24,1 %. 
Marché de report, plus abordable, mais dans des volumes très faibles, la zone C, qui comprend le reste du territoire, présente un profil proche de celui de la zone B1, avec une baisse des mises en vente : - 12,1 % et une hausse des réservations de + 25,6 % par rapport au troisième trimestre 2018. En rythme annuel, le recul des mises en ventes est plus marqué : - 17,4 % et la croissance des réservations plus ténue : + 5,9 %.

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2019

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2019

Simulation gratuite PTZ
bot