Recherche d'articles
 
 
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
  • Constructeurs
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Dossiers Edition du

Trop peu de logements neufs à vendre à Montpellier

immobilier neuf Montpellier
Les mises en vente de logements neufs à Montpellier ont reculé de 68 % au premier trimestre 2019, selon la FPI Occitanie Méditerranée. © Fotolia

Tags : Immobilier neuf Montpellier, immobilier neuf Languedoc-Roussillon, FPI, Laurent Villaret


Le marché de l’immobilier neuf à Montpellier et sa région est marqué en ce début 2019 par une forte contraction des mises en vente, pénalisant l’ensemble des ventes de logements neufs. Tour d’horizon du secteur du neuf en Languedoc-Roussillon.

Alors que le début d’année montre de très belles réalisations immobilières, comme la tour Higher Roch dans le quartier Nouveau Saint-Roch, l’immobilier neuf à Montpellier, sa métropole et même sa région est marqué par un sérieux recul des nouvelles commercialisations, ce qui freine les ventes de logements neufs au premier trimestre 2019.

Fort repli des commercialisations de logements neufs à Montpellier


En effet, selon les chiffres de la FPI Occitanie Méditerranée, fédération régionale des promoteurs immobiliers, présidée par Laurent Villaret, les mises en vente de logements neufs se contractent de 61 % dans l’ex Languedoc-Roussillon ; - 48 % dans la métropole de Montpellier, - 68 % dans Montpellier. 
Les marchés de l’immobilier neuf à Nîmes : - 67 %, Sète : - 88 % et Perpignan : - 28 % suivent la même tendance, « alors que la demande est présente et les opérations, lorsqu’elles sont lancées, offrent de bons taux d’écoulement », précise Laurent Villaret. A Béziers et Narbonne, on ne constate même aucune mise en vente au premier trimestre 2019. « Preuve que la suppression de la zone B2 de la loi Pinel a des effets directs sur la production de logements », analyse le président régional de la FPI. 

Pas assez de logements neufs abordables pour les accédants


Faute d’offre nouvelle, abordable notamment, les réservations aux accédants à la propriété diminuent de 31 %, à moins de 400 ventes, et même 35 % dans la métropole de Montpellier. « Le marché sous-offreur maintient le prix du logement à un niveau élevé notamment sur la métropole de Montpellier », explicite Laurent Villaret.
Côté investissement immobilier, l’ex Languedoc-Roussillon et la métropole de Montpellier confirment leurs excellentes dynamiques pour les opérations lancées, mais là encore, la demande est supérieure à l’offre, ce qui induit un repli des ventes de logements neufs aux investisseurs : - 16 % régionalement mais stable dans la métropole montpelliéraine. 
Au final, les ventes régionales reculent de 22 % au premier trimestre, avec 1 129 réservations aux particuliers, dont - 16 % dans la métropole, premier marché de l’ex Languedoc-Roussillon. A noter tout de même, les belles performances de l’immobilier neuf à Perpignan : + 69 % des ventes en plus, soit 142 réservations et à Nîmes : + 51 % et 124 réservations au premier trimestre 2019.

Pourquoi parle-t-on de pénurie de logements neufs à Montpellier ?


Oui, selon Laurent Villaret, il y a actuellement pénurie de logements neufs dans le
immobilier neuf Sète
A la FPI, on croit au potentiel des villes moyennes comme Sète et Nîmes pour renforcer la production de logements neufs autour de Montpellier. © Fotolia
Languedoc-Roussillon. L’offre commerciale disponible n’étant pas réalimentée, elle baisse de 28 % sur l’ensemble de la région et passe de 5 132 logements à 3 701 logements disponibles à la vente en un an dans un contexte de croissance démographique stable. L’offre diminue dans les mêmes proportions sur la Métropole de Montpellier avec 1 843 logements à la vente soit - 27 % par rapport au premier trimestre 2018. Seul le marché de l’immobilier neuf à Sète maintient son volume d’offre avec 112 logements neufs disponibles, soit - 2 %. 
Cela représente au total 7,4 mois de stock théorique disponible, contre 9,3 mois il y a un an, quand un marché est jugé équilibré avec un stock de 12 mois. 
Malgré tout cela, les prix de l’immobilier neuf en Languedoc-Roussillon restent globalement stables à 3 653 €/m². Stagnation aussi dans la métropole de Montpellier à 4 005 €/m² ; mais baisse de 1,9 % pour l’immobilier neuf à Perpignan à 3 045 €/m² et - 3 % dans l’agglomération de Nîmes à 3 171 €/m².
Par Céline Coletto

Quelles perspectives pour l’immobilier neuf à Montpellier ?


Pour réagir, les promoteurs immobiliers réclament « une réforme en profondeur de l’accès au foncier et du poids de la fiscalité dans la production du logement neuf qui doit être débattue au niveau national ». Localement, la FPI Occitanie Méditerranée travaille avec les collectivités pour lever les obstacles sur un meilleur accès au foncier, redéfinition de nouvelles zones de renouvellement urbain sur la ville de Montpellier dans l’anticipation du PLUi et pour une meilleure répartition de la production de logements neufs encore aujourd’hui concentrée sur quatre communes ; développer l’accès au foncier dans les villes moyennes du territoire et sur les territoires périurbains selon un axe Nîmes-Sète… Des pistes « pour produire d’avantage et à un prix au plus proche des capacités des ménages », espère Laurent Villaret.


NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2019

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2019

Simulation gratuite PTZ
bot