Recherche d'articles
 
 
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
  • Constructeurs
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Dossiers Edition du

Stabilisation pour l’immobilier neuf en Nouvelle-Aquitaine

immobilier neuf Bordeaux
L'OISO entrevoit une baisse des prix de l'immobilier neuf à Bordeaux, en marge de la stabilisation des ventes. © Fotolia

Tags : Immobilier neuf Nouvelle-Aquitaine, immobilier neuf Bordeaux, immobilier neuf Arcachon, immobilier neuf Pau, immobilier neuf La Rochelle, OISO


De Bordeaux Métropole à La Rochelle en passant par Pau et le Sud Aquitaine, l’immobilier neuf en Nouvelle-Aquitaine a tendance à se stabiliser en 2019, selon les chiffres de l’OISO, Observatoire Immobilier du Sud-Ouest. Tour d’horizon du logement neuf aquitain.

Même si des différences persistent entre les marchés, dans son ensemble, l’immobilier neuf en Nouvelle-Aquitaine a tendance à se stabiliser au terme du deuxième trimestre 2019. D’après les dernières données fournies par l’OISO, Observatoire Immobilier du Sud-Ouest, c’est la continuité globalement pour le logement neuf de Bordeaux Métropole à Pau ou La Rochelle.

Un millier de logements neufs vendus à Bordeaux Métropole


Ainsi, en Gironde, pour l’immobilier neuf dans Bordeaux Métropole, le début d’année est quasi équivalent à 2018. Ainsi, le deuxième trimestre profite d’un retour attendu des mises en vente qui avaient fortement chuté au premier trimestre, passant de 760 logements neufs commercialisés à 1 260 en trois mois, soit + 65 %. « Une réalimentation qui rassure à moyen terme même si, ce trimestre, cela n’a pas favorisé l’augmentation du volume de ventes », analyse Pierre Vital, nouveau président de l’OISO, l’un des fondateurs du groupe de promotion Idéal Groupe.
En effet, les ventes de logements neufs dans Bordeaux Métropole se maintiennent au-delà des 1 100 réservations trimestrielles : 1 127 ventes au deuxième trimestre contre 1 147 le trimestre précédent et 1 173 il y a un an. De fait, l’offre augmente légèrement avec près de 3 640 logements neufs en commercialisation soit un peu moins de 10 mois de stock théorique.
Le marché du neuf à Bordeaux Métropole reste porté par les investisseurs, qui représente 63 % des acquéreurs et dont le nombre croît à l’inverse des propriétaires occupants. 

Vers une baisse des prix de l’immobilier neuf à Bordeaux ?


Toujours selon l’OISI, le prix moyen des logements neufs vendus est en légère augmentation, + 50 €/m² en un trimestre mais + 30€/m² en un an, atteignant plus de 4 090€/m², alors que l’offre connait une hausse moins importante + 15 €/m² en un trimestre. A noter un phénomène inverse sur la ville de Bordeaux avec une baisse des prix à la vente comme à l’offre et une offre moins chère que le prix moyen des ventes, ce qui laisse présager d’une baisse dans les mois à venir.

L’immobilier neuf à Arcachon reboosté


C’est un regain d’activité qu’enregistre l’immobilier neuf dans le Bassin d’Arcachon, après un début
immobilier neuf La Rochelle
Vente et mise en vente de logements neufs sont en progression au deuxième trimestre 2019 à La Rochelle, selon l'Observatoire. © Réalités
d’année difficile. La réalimentation du marché a favorisé l’augmentation du volume de ventes et contribue à rehausser légèrement le stock de logements disponibles à 9 mois de stock théorique. En effet, les mises en vente sont passées de 71 à 158 d’un trimestre à l’autre, même tendance pour les ventes passant de 76 à 132. 
Investisseurs et propriétaires occupants sont de retour dans un contexte où le prix moyen des ventes a fortement baissé : - 390 €/m² en un trimestre, pour atteindre 4 440€/m², et ce « grâce à une diversité dans l’alimentation », détaille OISO.

Le logement neuf en Sud Aquitaine manque de stock


Dans le même temps, l’immobilier neuf dans le Sud Aquitaine peine à se renouveler. Le volume des mises en vente reste en dessous des 300 lots par trimestre, contre 450 l’année dernière. Toutefois, les ventes restent dynamiques, plus de 410 ce trimestre contre 366 le trimestre dernier, soit + 13 % en un trimestre, mais - 22 % comparativement au deuxième trimestre 2018.
Dans ce contexte, l’offre est en recul avec 765 logements à moins de 6 mois de stock théorique, « ce qui est toujours le signe d’un marché tendu, mais qui va favoriser la vente du stock livré qui s’élève tout de même à 40 % », indique l’Observatoire immobilier.
Les propriétaires occupants restent majoritaires, bien que le nombre de ventes à investisseurs progressent et ce, grâce à des opérations dédiées dans l’arrière-pays. Ces nouvelles opérations impactent le prix de vente, qui continue sa baisse « dans un marché qui a dû se diversifier faute d’accès au foncier en proposant des biens dans l’arrière-pays », 3 785€/m², soit - 155 €/m² au trimestre précédent et - 340 €/m² comparativement au deuxième trimestre 2018.


L’immobilier neuf à La Rochelle plébiscité par les accédants


Si le deuxième trimestre pour l’immobilier neuf à La Rochelle et son agglomération est en recul par rapport au très bon démarrage de l’année 2019 ; il reste dans la tendance de 2018 avec 150 ventes enregistrées et ce, pour seulement 120 mises en vente contre 225 au premier trimestre et 254 au deuxième trimestre 2018. « Le marché est toujours dynamique même si la question de la réalimentation se pose. A surveiller au trimestre prochain », rapporte l’OISO.
L’offre est en légère baisse dans ce contexte, 430 logements, soit 8 mois de stock. Particularités du trimestre, les propriétaires occupants sont majoritaires
immobilier neuf Pau
Dans des volumes toujours faibles, le deuxième trimestre confirme la fin de l'embellie pour l'immobilier neuf à Pau, malgré des prix attractifs. © Adobe Stock
et une part inhabituellement élevée de l’offre en chantier à 35 % des logements neufs en commercialisation.
Le prix des ventes est en baisse, 4 085 €/m² contre 4 260 €/m² le trimestre dernier et 4 375 €/m² il y a un an, et ce, aussi bien pour l’immobilier neuf dans La Rochelle que sur la périphérie de l’agglomération. « Cette baisse des prix s’explique essentiellement par le fait que les produits proposés sont particulièrement diversifiés et par ailleurs situés sur secteurs géographiques moins chers », selon l’Observatoire.


Fin de l’embellie pour l’immobilier neuf à Pau


Le deuxième trimestre confirme en revanche, la fin de l’embellie pour l’immobilier neuf dans la région paloise. Aucune mise en vente ce trimestre contre seulement 25 le trimestre dernier et des ventes qui sont en baisse, 44 contre 68 au trimestre précédent pour 176 il y a un an. La fin du dispositif Pinel dans la zone B2, à laquelle appartient Pau, a entraîné un fort retrait des investisseurs, moins de 20 ventes ce trimestre auprès d’eux, mais le manque de dynamisme touche également les propriétaires occupants, représentant aujourd’hui deux-tiers des ventes mais dont le nombre se réduit à environ 30 ventes ce trimestre contre 60 le trimestre dernier.
« Toujours préoccupant, une offre au trois-quarts en chantier, qui se réduit mécaniquement par manque de nouvelles alimentations mais qui représente encore 17 mois de stock ! », dissèque l’OISO. Pourtant, le prix moyen des ventes est légèrement à la baisse, à 2 880 €/m² et alors que les prix à l’offre sont pour le moment toujours stables, et se maintiennent à 2 930 €/m².
Par Vincent Durand

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2019

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2019

Simulation gratuite PTZ
bot