Recherche d'articles

 
 
Interviews Edition du

Gilles Hautrive, BNP Paribas Immobilier : « 2018 devrait nous être plus bénéfique »

Gilles Hautrive BNP Paribas Immobilier.
Gilles Hautrive, directeur général délégué Transaction Neuf chez BNP Paribas Immobilier Résidentiel.

Tags : Immobilier neuf, promoteur, BNP Paribas Immobilier


Directeur général délégué résidentiel neuf chez BNP Paribas Immobilier, Gilles Hautrive évoque le marché du logement neuf en 2018 en France et sa vision du logement neuf de demain.

- Comment se présente cette année 2018 en matière d’immobilier neuf au niveau national, selon vous ?

« L’annonce de la reconduction quasi à l’identique des dispositifs Pinel et PTZ dès 2017 est une bonne nouvelle pour 2018 car il n’y aura pas d’attente comme ça a pu être le cas parfois lors de modifications, lorsqu’il fallait attendre les décrets d’applications par exemple. Il faut souvent du temps pour que les nouvelles modalités prennent auprès du grand public, alors que cette année, les clients connaissent déjà ces dispositifs de soutien à l’immobilier neuf, la commercialisation se poursuit donc sans à-coup.
Le marché reste également soutenu par des taux d’intérêt particulièrement bas. Le fait que le marché de l’ancien atteigne des records avec près d’un million de transactions en 2017 est aussi une bonne nouvelle. Les secundo-accédants qui réussissent à vendre leur bien dans l’ancien, sont aussi nos clients pour acheter dans le neuf.
L’environnement est également plutôt positif. Tous les jours, des annonces positives sont faites en termes de croissance, d’emploi, ce qui donne de la confiance en l’avenir pour nos clients. Il y a comme un alignement des planètes favorable à l’immobilier neuf. Il n’y aura pas forcément davantage de ventes en 2018 qu’en 2017, qui restera une année de référence en raison d’un manque d’offres. En effet, ma principale inquiétude viendrait plutôt d’un renouvellement de l’offre insuffisant, à cause du manque de foncier. La libéralisation des terrains souhaitée par l’exécutif n’est pas aussi forte que l’on aimerait, bloquée par des révisions locales de PLU par exemple. 2018 sera donc certainement une année en retrait faute d’offres pour répondre à la demande qui reste forte. Après 124 000 ventes de logements neufs en 2016, aux alentours de 128 000 en 2017, 2018 pourrait être en léger retrait en raison de cette raréfaction du produit. »

Et spécifiquement pour BNP Paribas Immobilier ? Toujours cet objectif de produire 3 000 logements neufs cette année ?

« A l’inverse, nous avons manqué de produits l’an dernier, avec des décalages d’opérations ces prochains mois. 2018 devrait donc être meilleure pour nous, en surfant sur cette demande forte. Nous devrions commercialiser entre 2 000 et 2 500 nouveaux logements cette année. De quoi atteindre notre objectif des 3 000 ventes si l’on ajoute les ventes en bloc. »

- Qu’est-ce qui fait aujourd’hui votre savoir-faire, vos atouts sur le marché de l’immobilier neuf ?

« Notre image de sérieux. On se doit de respecter toutes les normes. C’est une règle incontournable notamment au moment de la livraison. Nous sommes très attentifs par exemple aux réserves et à la levée des réserves dans les délais les plus courts. Nous avons mis en place un service de pré-livraison avant la remise des clés ; puis une personne dédiée reste sur place pendant un ou deux mois pour accompagner les premiers résidents afin de livrer le plus correctement possible nos résidences. Il s’agit de gérer le plus efficacement les réserves lors de la remise des clés.
Une image de sérieux aussi en matière de financement, propre à notre statut de filiale d’un établissement bancaire. C’est pour cela que tous nos vendeurs sont formés spécifiquement pour monter des dossiers de financement, préparer les dossiers de PTZ ou de TVA réduite…
Sérieux également en termes de RSE pour le choix de nos sous-traitants, de nos matériaux, tout pour être le plus qualitatif et conforme aux réglementations acoustique, thermique…
logement neuf Clamart
A Clamart, BNP Paribas Immobilier va lancer un programme neuf de deux fois 600 logements neufs, autour d'un plan d'eau artificiel. © Rive Gauche Panorama / Clamart / BNP Paribas Immobilier

Autre atout, notre position de proposer des emplacements medium et haut de gamme pour le choix de nos terrains et notre savoir-faire à créer de nouveaux quartiers comme bientôt à Clamart où nous allons construire un plan d'eau de toutes pièces. Une opération de 600 logements neufs pour chacune des deux tranches, avec également une résidence de tourisme d’affaires Hipark by Adagio, des bureaux, des commerces… Nous allons aussi réaliser 800 logements neufs à Nanterre Les Groues dans le cadre du Grand Paris. »  

- Quelles sont les innovations du moment chez BNP Paribas Immobilier ? On a beaucoup parlé de vos premiers logements connectés notamment…

« Oui, nous venons de livrer une première opération de logements neufs connectés à Issy-les-Moulineaux dans les Hauts-de-Seine, avec des prises mobiles, un thermostat connecté, le tout piloté par l’application « Maison » d’Apple. Il s’agit de proposer un système ouvert aux futurs objets connectés, qui ne sont pas forcément encore inventés lorsque l’on vend sur plan, deux ans avant la livraison. Il y a bien sûr dans cette résidence, des services de base comme les volets roulants automatisés, mais l’application dédiée reste évolutive et ouverte. »

- A quoi ressemblera le logement neuf de demain selon vous ?

« Pour ce qui est de l’appartement en collectif en centre-ville, je pense qu’il y a toujours de l’intérêt à être propriétaire, mais le changement vient plutôt de l’usage de ce logement neuf. L’acquéreur veut des mètres carrés utiles pour pouvoir conserver en dehors des moyens pour partir en vacances, faire du sport, dans une société où les loisirs sont de plus en plus importants.
Dans le même temps, les familles sont de plus en plus petites. Les logements sont désormais davantage occupés par 2 ou 3 personnes que par 7. Nous vendons en priorité des deux ou trois pièces. Malgré les demandes de certains élus, les T4 et T5 ne représentent que 15 % de la demande. Nous avons en revanche lancé une réflexion sur la création de cloisons mobiles pour créer une chambre dans le salon pour un enfant que l’on accueillerait un weekend sur deux par exemple.
On n’achète plus un appartement neuf en résidence principale pour les 20 ans à venir, contrairement à une maison neuve d’ailleurs. On cherche plutôt la proximité avec les transports, son lieu de travail… »

- Comment se développent vos produits en résidences services : Hipark et Studelites ?

« Les investisseurs sont toujours intéressés par ce type de produit. Le dispositif Censi-Bouvard est d’ailleurs prorogé jusqu’à fin 2018 pour les résidences seniors et les résidences étudiantes. Là aussi, on perçoit des changements d’usages. Alors qu’auparavant, les étudiants louaient de septembre au mois de juin suivant, aujourd’hui, on note qu’ils changent d’orientation en cours d’année, qu’ils partent poursuivre leurs études à l’étranger. Cela demande plus de souplesse dans la gestion de ce turn-over pour nous qui gérons 7 000 lots en résidences étudiantes.
Pour Hipark, nous avons réalisé 5 résidences de tourisme d’affaires dont la gestion vient d'être confiée à Adagio. Quoi qu’il en soit, nous avons toujours l’idée de les développer à chaque opportunité qui se présentera. »

- Qu’attendez-vous de la future loi logement ? Qu’avez-vous pensé des changements imposés par la loi de finances pour 2018 ?

« Il faut soutenir la libéralisation du foncier. Il nous manque
logement neuf Marseille
Au cœur du 12ème arrondissement de Marseille, la commercialisation d'une opération de logements neufs sur un terrain verdoyant se prépare. © Green Island / Marseille / BNP Paribas Immobilier
de la matière première pour produire plus. Nous faisons face à des recours et autres problèmes administratifs divers. Le montage d’une opération est devenu très long et s’en est difficile d’être réactif au marché. Nous attendons beaucoup de cet avantage considérable à propos des plus-values immobilières sur la vente de terrains en zones tendues. C’est un élément plus pertinent et plus lisible qu’auparavant pour libérer du foncier rapidement puisqu’avant 2020. Nous comptons là-dessus »

- Quelles sont vos opérations emblématiques en ce début d’année ?

« Nous lancerons en tout entre 30 et 35 opérations cette année, avec une moyenne de 80 logements neufs environ. En Ile-de-France, nous aurons le lancement au printemps d’une opération à Saint-Ouen, à proximité d’une nouvelle gare du Grand Paris Express. La première tranche comportera 90 logements neufs, pour 300 au total.
Déjà présents avec un programme neuf à Noisy-le-Sec, nous aurons une autre opération proche du tramway. Plusieurs tranches sont aussi prévues à Courbevoie.
En régions, une très belle opération se prépare dans le 12ème arrondissement de Marseille, sur un magnifique terrain comme un havre de paix. Deux opérations seront lancées consécutivement au premier trimestre à Menton, une en entrée de centre-ville, l’autre en sortie de ville, côté Monte-Carlo.
Deux opérations aussi à Bordeaux, l’une avec une première tranche de 80 logements neufs à la sortie de la gare sur le périmètre d’Euratlantique, l’autre à Brazza sur la rive droite. Nous aurons également le lancement de deuxième tranche à Cagnes-sur-Mer, Villeneuve-Loubet ou encore Levallois... dans les prochains mois. »

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2018

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2018

Simulation gratuite PTZ
bot