Recherche d'articles

 
 
Interviews Edition du

Henry Buzy-Cazaux : « La nouvelle loi va apporter beaucoup à la construction de logements neufs »

Henry Buzy-Cazaux, IMSI
Henry Buzy-Cazaux n'est pas convaincu par le choix du gouvernement de procéder par ordonnances pour certains sujets de la loi Elan.

Tags : Immobilier neuf, logement, logement neuf, loi Elan, loi logement, Henry Buzy-Cazaux


Président de l’IMSI, le spécialiste de l'immobilier Henry Buzy-Cazaux, a profité de sa présence sur le salon immobilier de Lyon, pour nous parler de la future loi Elan sur le logement et du choix discutable du gouvernement de procéder par ordonnances.

- Quel est votre ressenti à propos de la loi Elan sur le logement, qui doit être présentée officiellement le 4 avril en Conseil des ministres ?

« Cette loi qui devrait être définitivement votée d’ici les grandes vacances va apporter, selon moi, beaucoup à la construction de logements neufs, tant pour les professionnels comme les promoteurs ou constructeurs de maisons qu’aux ménages. Le projet de loi a l’ambition d’une forte mobilisation sur le foncier et les terrains à bâtir, de simplifier les process autour des permis de construire que ce soit dans l’instruction et la délivrance, d’apporter une meilleure maîtrise contre les recours sur les permis de construire, de simplifier les normes dans la construction. Tous les gouvernements successifs ont identifié ces problèmes, mais celui-là semble vouloir aller encore plus loin et cela devrait apporter un bénéfice à tous grâce à des coûts mieux maîtrisés et donc des prix plus abordables pour les ménages. En effet, si davantage de fonciers sont libérés, si l’acte de construire est plus facile, si les recours sont mieux encadrés, cela permettra moins de frais de portage pour les promoteurs, tout pour aboutir à des prix de sortie mieux maîtrisés sur les territoires tendus. Cela va dans le bon sens. »

- Dans le bon sens et pourtant, le gouvernement fait le choix de procéder par ordonnances et cela ne vous convainc pas ?

« En effet, le gouvernement a envie de faire avancer quelques sujets par ordonnance, c’est-à-dire comme un décret, sans débat parlementaire. Si les intentions sont validées, je ne valide pas la méthode. La profession n’est pas d’accord sur le fait que les parlementaires soient exclus du débat. La représentation nationale doit instruire certains sujets car députés et sénateurs sont le reflet des soucis des acteurs. Sur leur territoire, ils rencontrent les professionnels confrontés aux recours et en conséquence aux gels des permis de construire pendant de longs mois. Sur des salons, tels que le salon immobilier de Lyon, les professionnels rencontrent les ménages, écoutent les utilisateurs, des débats sont organisés avec les métropoles et leurs représentants, ça compte pour faire avancer les idées et donc la future loi. Il faut rencontrer et écouter et les ordonnances sont à rebours de cela. D’autant que le personnel politique a été complètement renouvelé, il est très inexpérimenté. Cette volonté de reformer qui est louable sur les normes ou ce coup de frein sur les recours, nécessite un débat. Procéder par ordonnance, c’est arrogant. Si cela peut peut-être s’expliquer à propos de la réforme de la SNCF, par crainte des grèves et des blocages, pour le logement, il n’y a rien d’idéologique. Il s’agit d’un dialogue d’experts via la représentation nationale, savoir si une norme est encore applicable ou non. Il existe 6 000 normes en tout dans la construction, si l’on parvient déjà à en supprimer une cinquantaine, cela sera un bon début. »

- Quid de 2018 pour le logement neuf ?

« Cela restera une bonne année. L’ambiance économique et sociale est sereine. Les chiffres de la croissance n’ont jamais atteints un tel niveau ces dernières années. Les taux d’intérêt baissent encore. En toile de fond, il y a toujours des aides publiques favorables, même si elles ont été retouchées, le dispositif Pinel et le PTZ sont maintenus. Nous devrions atteindre des performances proches de l’an dernier. »

- Pourtant, les investisseurs sont moins nombreux en ce début d’année selon les premiers retours ?

« On va y remédier. La loi de finances à changer, la future loi Elan à venir… tout cela inquiète les ménages et même les investisseurs plus professionnels. C’est un moment crucial pour l’information à donner au grand public, ce que nous faisons sur les salons de l’immobilier. Le discours présidentiel a peut-être manqué de cohérence entre la reconduction de la loi Pinel et du PTZ et la création de l’IFI, mais les bases sont solides. »

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2018

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2018

Simulation gratuite PTZ
bot