Recherche d'articles

 
 
Interviews Edition du

Marc Pigeon, UEPC : « plus que les promoteurs, défendre le logement neuf abordable et qualitatif en Europe »

Marc Pigeon, nv pdt UEPC association européenne promoteurs
Marc Pigeon vient d'être élu nouveau président de l'UEPC, l'association européenne des promoteurs constructeurs, réunissant 9 pays. © Michel Nunes

Tags : Immobilier neuf, promoteur immobilier, FPI, UEPC, Marc Pigeon


Nouveau président de l’UEPC, Union Européenne des Promoteurs Constructeurs, Marc Pigeon, ancien président de la FPI, dirigeant de Roxim à Montpellier, veut élargir le champ d’actions de cette association européenne des promoteurs. Explications.

- Quel est l’intérêt de la FPI et de la France de prendre la présidence de l’association européenne des promoteurs, UEPC ?

« 60 ans que l’UEPC a été créée. Cela fait longtemps que les promoteurs avaient compris que les règles européennes nous concernaient tous. La présidence française n’est pas aussi politique que dans les grandes instances européennes où cela tourne tous les six mois ; mais il faut avoir de l’intérêt pour le sujet européen. Après deux mandats à la tête de la FPI en France, je voulais avoir cette ouverture d’esprit pour aller plus loin que la traditionnelle phrase « c’est toujours la faute à l’Europe ». Nous voyons cela de loin, je veux voir comment cela fonctionne vraiment.


Il s’agit d’envisager les sujets avec un point de vue différent. L’Europe apparaît comme un bulldozer qui arrive et écrase de loin, la France se doit d’appliquer ces nouvelles normes européennes, d’où l’intérêt de changer de perspective. Il y a l’intérêt de la fédération, mais pas seulement l’intérêt de la défense des promoteurs. Aujourd’hui, l’UEPC, c’est l’Union Européenne des Promoteurs Constructeurs mais le sujet est bien plus vaste et plus fort que le promoteur : qu’est-ce qui se passe dans la ville ? En termes de mobilité ? De data ? D’environnement ? Selon moi, l’UEPC doit voir au-delà de la promotion immobilière. Par exemple en s’impliquant dans l’Urban Agenda qui réunit les maires des grandes métropoles. »

- De Malte à l’Allemagne, quelles sont les similitudes et les différences dans les marchés du neuf européens ? La nécessité de construire plus et moins cher dans les métropoles se retrouve partout ?

« Les 9 pays se retrouvent sur différents sujets : construire plus et développer l’offre, construire à prix abordable et avec de la qualité au sens large : qualité des bâtiments mais aussi qualité sur l’environnement, les transports… 80 % des Européens vivront à terme dans les grandes métropoles, mais il ne faut pas oublier les villes moyennes de 25 000 à 30 000 habitants. Une problématique à laquelle les Allemands sont très attentifs d’ailleurs.
Pour ce qui est des obstacles, là aussi, il y a des similitudes : le manque de terrains tant en quantité qu’en prix abordable. D’autant qu’une directive européenne prévoit qu’à partir de 2050, plus aucun mètre carré constructible ne soit pris à la nature !
Il y a aussi des attitudes sociales qui se retrouvent partout : la surtransposition où certains pays veulent faire mieux que leurs voisins et imposent des règles plus strictes, le « no bimby » : ne pas construire dans mon jardin et le rejet des maires bâtisseurs et du béton…
Autre similitude : le coût : augmentation des taxes, coût de construction, le poids de l’efficacité énergétique et de la réglementation environnementale qui allongent les procédures pour obtenir des permis de construire… J’ai des exemples surréalistes tous les jours dans mon entreprise à Montpellier : acheter 15 hectares pour déplacer puis compenser sur 30 ans la présence de deux tortues sur une parcelle !
Quatrième obstacle commun : le problème financier au sens large. Les dispositions de Bale 3 et Bale 4 entrainent plus de contraintes sur les banquiers, mais cela découle sur les entreprises et les acheteurs qui veulent emprunter et cela renchérit le coût des crédits et donc du logement.
Les problématiques sont bien plus larges que la simple promotion immobilière. Quand Bruxelles veut imposer un câblage électrique de 7 KWatt pour chaque nouvelle place de parking en prévision de la voiture électrique, ce sont des conséquences énormes sur les chantiers, d’où notre mobilisation pour se contenter d’un pré-câblage. Qui peut dire quels seront véritablement les besoins dans l’avenir pour la voiture électrique ? Souvenez-vous à quoi ressemblait les premiers téléphones portables il y a 20 ans. »

- Justement sur quoi peut peser l’UEPC auprès des institutions européennes ?

« C’est tout l’intérêt du job ; ce n’est plus le même lobbying qu’au niveau français. Cela se passe beaucoup directement avec les fonctionnaires qui veulent savoir comment cela fonctionne et il faut être consulté par eux pour les renseigner puisqu’ils rédigeront ensuite les règles votées par les députés européens. Ma position n’est pas de défendre les intérêts sectoriels mais d’être mobilisé pour qu’il y ait assez d’offre de logements à prix abordable et de qualité. »

- Une priorité en ce début de mandat pour y parvenir ?

« L’idée sera certainement un changement de nom ; mais aussi de façon plus large un changement de perspectives. Il y a la préparation d’un manifeste en cours pour évoquer notre stratégie, recenser les obstacles, proposer des solutions pour ne pas faire que de la critique facile de l’Europe. Avec les élections européennes en 2019, à voir pour le timing dans la diffusion de ce manifeste.
Autre mobilisation : voir comment cela fonctionne ailleurs en Europe. Nous avons réalisé une analyse sur le coût du travail et les charges qui montre que la Belgique est au-dessus de la France ; mais qu'elle repasse dernière nous si l’on ne regarde que le coût du travail, leurs charges étant moins élevées. Il s’agit de comprendre aussi pourquoi le coût des matériaux est 20 % moins cher en Belgique alors que les mêmes entreprises fournissent les deux pays et qu’il n’y a qu’une frontière à traverser. L’idée générale : comprendre mais aussi trouver les bonnes pratiques qui existent et qui fonctionnent déjà ailleurs. »

A retenir


- Marc Pigeon, ancien président de la FPI, Fédération des Promoteurs Immobiliers en France, vient de prendre pour deux ans la présidence de l’UEPC, Union Européenne des Promoteurs Constructeurs, réunissant 9 pays : Malte, Allemagne, Royaume-Uni, Pologne, Roumanie...
- Partout une même problématique en Europe autour du logement : construire plus, construire qualitatif et à prix abordable.  
- Défendre les intérêts sectoriels de la promotion immobilière n’a pas de sens puisque des règles européennes en tout genre ont des conséquences au quotidien sur le secteur. D’où l’idée d’un changement de nom et de perspectives pour l’UEPC dans les prochains mois.

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2018

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2018

Simulation gratuite PTZ
bot