Recherche d'articles

 
 
Interviews Edition du

Norbert Fanchon, Gambetta : « l’accession à la propriété est notre ADN »

Norbert Fanchon, groupe Gambetta
Norbert Fanchon, président du groupe Gambetta, évoque la stratégie du groupe selon les territoires où il est implanté.

Tags : Immobilier neuf, promoteur immoblier, groupe Gambetta, accession à la propriété


Président du groupe Gambetta, spécialisé dans l’accession à la propriété, Norbert Fanchon revient sur une année 2017 en retrait alors que le marché général était porteur ; mais de fortes ambitions sont toujours présentes.

- Où en êtes-vous de l’objectif fixé de produire 2 500 logements par an ? Quel bilan tirez-vous de l’année 2017 ?

« Un objectif fixé d’ici 2023, cela nous laisse encore le temps d’y parvenir ; mais c’est un objectif pertinent quand on sait que nous sommes présents sur 5 territoires porteurs, notamment en Ile-de-France ; mais aussi sur le pourtour méditerranéen, la région Centre et la métropole de Nantes… 2017 a été une année très particulière car nous avons complètement réorganisé nos équipes avec l’arrivée d’une trentaine de nouveaux collaborateurs, soit le double qu’auparavant. Une nouvelle équipe rajeunie qui portera ses fruits à partir de 2020 avec un premier objectif de réaliser la moitié de notre production en région parisienne. Paradoxalement, 2017 a été une mauvaise année, avec seulement 600 réservations, contre 1 200 en 2016, année au-delà de nos espérances. Nous avons eu besoin de reconstituer nos stocks et cela a été plus long que prévu, notamment pour obtenir certains permis de construire. »

- Comment débute 2018 ? Quelles perspectives pour le groupe Gambetta ?


« 2018 débute pour nous sur la même dynamique que 2017, c’est-à-dire de façon assez calme mais avec de nouvelles perspectives. Nous misons sur de nouveaux relais de croissance avec par exemple la vente en bloc aux institutionnels et aux bailleurs sociaux, créneau que nous ne faisions pas du tout jusqu’ici.
En dehors de cela, la situation est très contrasté selon les programmes et la concurrence, notamment en Ile-de-France. Chez nous, pas de commercialisation avant que les permis de construire ne soient purgés, ce n’est pas le cas chez nos concurrents. Il va falloir que nous réduisons encore le délai de sortie de nos opérations.
Quand nous proposons de l’accession en TVA réduite ou du PSLA : location-accession, nous ressentons un vrai intérêt de la part des clients. »

- Très implanté sur le pourtour méditerranéen, comment se porte le marché là-bas ? comment parvenez-vous à tirer votre épingle du jeu ?

« Nous sommes effectivement présents sur Nice depuis 15 ans, 4 ans sur Marseille et 1 an sur Montpellier. Ce sont trois marchés complètement différents. Dans les Alpes-Maritimes, nous faisons principalement de l’accession à la propriété à partir de 4 200 €/m² jusqu’à 6 000 €/m² à Beausoleil, aux portes de Monaco. Notre palette de produits s’y agrandit. Nous vendons entre 150 et 200 logements neufs par an sur ce secteur, trois-quarts en accession, contre moitié/moitié pour le marché en général. Il est toujours aussi compliqué d’obtenir des permis de construire dans les Alpes-Maritimes, entre 4 et 6 ans pour sortir une opération, mais notre implantation historique permet de mieux nous en tirer. »

Lire aussi - Des logements neufs vue mer à Beausoleil

Sur
appartement neuf Tours
Le groupe Gambetta se lance dans le haut de gamme comme à Beausoleil, près de Monaco, ou Saint-Cyr-sur-Loire, au nord de Tours. © Millésime / Saint-Cyr-sur-Loire / Gambetta
Marseille, nous réalisons exclusivement de l’accession entre 2 500 €/m² et 3 000 €/m², dans un vrai marché de volume, autour de 100 logements vendus par an. C’est beaucoup plus compliqué à Montpellier où nous venons de nous implanter, alors que l’accession devrait être un sujet davantage traité par les collectivités.
Nous sommes aussi historiquement présents sur Tours et la région Centre où là aussi, notre gamme s’élargit. Du PSLA à Tours Nord à partir de 2 500 €/m² jusqu’à une opération très haut de gamme à Saint-Cyr-sur-Loire à 4 500 €/m², ce qui est inédit pour le marché du neuf tourangeau. Nous vendons une centaine de logements neufs chaque année sur Tours, nous y détenons 10 % de parts de marché. C’est notre bastion depuis des années, les trois métiers du groupe y sont mis en avant, soutenus par une vrai politique des collectivités pour renforcer l’accession à la propriété. Objectif : 200 logements neufs à terme chaque année.

- Des objectifs aussi en IDF, où en êtes-vous ? Tribune contre le changement de calendrier du Grand Paris Express, pourquoi ?

« Nous avons réalisé 150 réservations en Ile-de-France l’an dernier, bien loin de nos objectifs. Il va falloir remonter la pente dès cette année pour parvenir au pallier fixé des 1 000 ventes annuelles. C’est un marché en pleine ébullition avec l’arrivée de nouveaux concurrents. A nous de trouver notre place.
Pour ce qui est du Grand Paris Express, je trouve dommage qu’en France nous ayons du mal à imaginer que nos infrastructures servent à autre chose et notamment au logement. Il va falloir savoir rentabiliser les infrastructures en construisant du logement. Quid du Plateau de Saclay ou de Neuilly-sur-Marne si le Grand Paris Express n’y arrive jamais, alors que des quantités colossales de logements sont prévues ?
Il faut déjà construire dans Paris et en première couronne, là où sont déjà toutes les infrastructures. Pourquoi vouloir faire du logement à 1h30 de transport du centre de Paris ? Sans le Grand Paris Express, tout le plan d’aménagement urbain est remis en cause. »

-  Loi ELAN ? Municipales 2020 ? Qu’est-ce qui vous interpelle ?

« Ma vraie inquiétude serait en effet plutôt sur les municipales de 2020 si elles sont maintenues à cette date. A mon avis, à partir du premier trimestre 2019, tout va s’arrêter car les élus bâtisseurs ont beaucoup perdu lors des dernières élections municipales et là, ils vont en plus se retrouver face à des candidats En Marche. On va vers un gel des permis de construire. Le marché va donc se tendre encore un peu plus en termes d’offres.
Pour ce qui est de la loi ELAN, je pense que l’essentiel était dans la loi de finances de 2018. Une nouvelle loi était-elle nécessaire, alors que l’on attend encore les décrets d’applications de la précédente ? Deux points m’interrogent : la cristallisation des moyens en cas de recours contre les permis de construire. C’est effectivement une bonne chose mais qu’est-ce que cela va changer vraiment ? J’attends de voir dans la pratique. Autre interrogation autour de la VEFI, pour permettre de vendre du logement neuf inachevé, certains travaux pourraient être réalisés par les acquéreurs. Comment appliquer cette
logement neuf Louvres 95
Le cœur de cible du promoteur Gambetta reste l'accession à la propriété, via par exemple la location-accession, comme ici en région parisienne. © La Clé des Champs / Louvres / Gambetta
mesure ? Sur quels travaux cela va porter ? Juste la peinture ou davantage ? Est-ce que cela pourrait remettre en cause les garanties, les normes techniques ? Pour moi, mon questionnement porte davantage sur la révision du zonage qui est prévue cette année. »
 
- Quelles sont les opérations emblématiques du moment ? Combien d’opérations sont prévues cette année ?


« Nous avons remporté un concours avec la RATP, Porte de la Villette, pour moderniser un dépôt de bus et construire 90 logements neufs au-dessus. Cela sera notre première opération de logements neufs dans Paris, dans un quartier en pleine mutation. En revanche, nous n’avons pas la taille pour répondre à d’autres concours comme Réinventer Paris ou Inventons la Métropole…
Ailleurs, l’idée est toujours d’élargir le panel de nos produits : de l’accession qui reste notre ADN ; mais de la primo-accession où nous sommes déjà très présents jusqu’à la résidence secondaire et au haut de gamme, comme à Saint-Cyr-sur-Loire ou Beausoleil où nous avons vendu un appartement à 1 million d’euros.
Nous avons une cinquantaine de programmes neufs en commercialisation avec de nombreux lancements effectués et à venir comme à Nantes, dans le quartier Erdre-Porterie, avec 80 logements neufs et un centre commercial ; une deuxième opération à Porc de Bouc d’une quarantaine de logements, sur ce marché de report de Marseille ; ou encore à Vence dans les Alpes-Maritimes avec 30 logements neufs. En région parisienne, une opération de 70 logements a été lancée à Pierrefitte ou encore à Louvres dans le Val d'Oise en TVA réduite à 5.5 % en location-accession qui affiche une très belle commercialisation. »

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2018

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2018

Simulation gratuite PTZ
bot