Recherche d'articles
 
 
Les informations de l'immobilier neuf : tout savoir de l'immobilier neuf
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
  • Constructeurs
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Interviews Edition du

Pierre Leroy, French Proptech : « montrer aussi que l'on sait innover en France dans l'immobilier »

Pierre Leroy, président French Proptech
Pierre Leroy préside la French Proptech, réunissant 150 start-ups de l'immobilier et du bâtiment.

Tags : Immobilier neuf, French Proptech, innovation, Réalités, Habx


Président de French Proptech, réunissant 150 start-ups innovantes de l’immobilier et du bâtiment, Pierre Leroy revient sur la métamorphose que pourrait connaître l’immobilier dans le monde et auquel ces start-ups se préparent déjà concrètement dans l'hexagone.

- En quoi consiste la French Proptech ? A qui ça s'adresse ?

C’est un mouvement social d’entrepreneurs qui regroupe 150 start-ups françaises, qui innovent dans le monde de l’immobilier et du bâtiment, donc des innovations qui vont toucher les aménageurs, les constructeurs, les promoteurs, les gestionnaires d’actifs, les professionnels de la transaction jusqu’au notariat… Parmi ces start-ups, on trouve tout ce qui va être dans le big data : recherche foncière ou d’informations liées à la construction d’un projet… ; modélisation 3D pour acheter un logement et le prévisualiser avec différentes techniques, des solutions plus de réseaux sociaux pour faire le lien entre les acteurs d’un projet, des plateformes type AirBnB qui indexent de la vacance dans des logements et où le digital permet de faire matcher l’offre et la demande. Il y a aussi tout ce qui est blockchain, BIM, tout ce qui est plus vertical et technologique ; mais cela touche vraiment plein de secteurs. » 

- En quoi les start-ups de la French Proptech aident les promoteurs par exemple ?

« Deux types de gain directs : leur apporter une visibilité et une accessibilité aux solutions disponibles en France pour répondre à leur projet, soit dans leur étape de commercialisation, pour vendre plus, vendre plus rapidement et vendre mieux. C’est comment on intègre le digital et comment on répond aux enjeux. Deuxième gain : des gains opérationnels, c’est-à-dire je veux construire plus rapidement, de manière plus efficiente, il y a des solutions technologies qui me permettent d’intégrer et de modifier mes process pour que cela fonctionne. Exemple concret comme Habx qui est un configurateur de logements neufs. On ne crée plus un projet avec une étude de marché, on va directement chercher la demande qui va configurer elle-même son logement en fonction de ses usages et son budget. »

- Si on se place du côté de l’acheteur de logement, quelles solutions sont apportées ?

« Typiquement, la start-up « meilleurcopro » dans une logique d’immobilier neuf où l’on ne sait pas au départ quel sera le niveau des charges de copropriété, est capable de présenter un référentiel complet pour savoir combien cela va coûter afin de monter un projet de financement, l’adapter à son mode de vie et l’intégrer dans votre facture d’habitat au quotidien… C’est une bonne manière d’anticiper les coûts de fonctionnement de ce que sera mon logement demain. 
Autre exemple,
French Proptech
« Kadran », plateforme d’enchères interactive, qui permet d’acheter rapidement. L’acheteur ne dépend pas d’une grille de prix qui peut manquer de transparence, mais d’un pricing, de la rencontre d’une offre et d’une demande, le jeu des enchères va permettre de positionner l’achat immobilier au prix juste. »

- Quel est le contexte de la création de la French Proptech, alors qu’ailleurs dans le monde, certains grands acteurs sont positionnés sur ce créneau de l’immobilier et révolutionnent déjà l’immobilier neuf ? 

« L’ADN du mouvement en France est simple. Aujourd’hui, nous avons un contexte du monde de l’immobilier qui est compliqué. Il y un déficit de confiance envers les acteurs : les syndics, les agents immobiliers, les artisans par exemple. Nous avons une facture liée à l’habitat : logement et énergie, qui a augmenté de plus de 40 % sur les 7 dernières années. Cela coûte de plus en plus cher de se loger et d’un autre côté, il y a des acteurs du numérique, qui ont les bases clients, qui se comptent en milliards de personnes dans le monde et qui sont capables de créer une boucle de valeur autour d’eux, au-delà du téléphone, des lunettes ou de la voiture, qui peuvent maintenant proposer du « logement ». Ils sont capables, grâce à leur modèle économique, de construire mieux et moins cher comme Plant Prefab, racheté par Amazon, constructeur de maisons préfabriquées, très design, avec toute la domotique Alexa intégrée, qui annonce construire des maisons deux fois plus vite et 40 % moins cher. Amazon qui a aussi racheté récemment une start-up qui fait de la gestion locative. Amazon intègre donc toute la chaîne de valeur de l’immobilier. 
L’autre exemple intéressant se passe à Toronto avec la municipalité qui a signé une convention avec Sidewalk Labs de Google pour aménager 300 hectares de nouvelles ZAC. Google va penser une ville. Il faut selon moi être vigilant face à la vision monopolistique et unitaire d’une vision. D’ailleurs, les citoyens commencent à se mobiliser. Pour l’heure, seuls 5 hectares sont lancés. D’autant que l’on fait aussi bien en France, à Nantes où sur l’île de Nantes, ce sont 325 hectares que l’on co-produit entre un aménageur, la filière traditionnelle, les habitants, l’écosystème des start-ups… ces acteurs-là travaillent ensemble pour co-produire la ville. Elle est donc plus plurielle, plus diversifiée, elle répond sans doute mieux aux usages qu’une version pensée par Google. Il faut avoir conscience que c’est bien aussi ce que l’on fait en France. Cela permet de développer nos entreprises ici, de développer de la valeur et pourquoi pas de promouvoir notre modèle. Face aux 300 hectares de Toronto, il y a aussi les 325 hectares de Nantes, avec une ville co-produite, à nous de le dire et de le faire savoir. »

- C’est justement sur l’Ile de Nantes que la French Proptech a développé un îlot démonstrateur. A quoi cela ressemble ?

«
immobilier neuf Nantes
Ilot-démonstrateur de la French Proptech, Unik sur l'Ile de Nantes, réunit sur 5000 m² logement neuf et coworking. © Unik / Nantes / Réalités
C’est né d’un dialogue avec mon associé de créer un bâtiment totem pour la transition numérique pour le bâtiment et l’immobilier. Aller plus loin qu’un simple espace de coworking, avec du logement, du commerce, des espaces décloisonnés, c’est-à-dire préfigurer de ce que sera une résidence demain. Lancé il y a 4 ans, livré il y a 2 ans, du foncier jusqu’à la construction globale, aujourd’hui, nous avons 5 000 m², dont 2 500 m² de logements neufs : social, libre, accessible et 2 500 m² d’espaces de coworking avec que des start-ups qui travaillent sur le secteur de la proptech. Cela nous permet d’expérimenter, de tester toutes les solutions de nos start-ups, pour quels retours d’expériences. La démarche est tellement avancée que cette résidence est maintenant inscrite dans tout le quartier démonstrateur de l’Ile de Nantes et on coordonne tous les types d’usages. L’idée est que des industriels, des start-ups viennent tester leurs solutions avec des communautés de gens : habitants, usagers… La force d’un San Francisco est que tout le monde est un peu « digital native » et nous, à Nantes, on le recrée sur un terreau dédié à la construction de la ville, grâce aux pouvoirs publics et l’aménageur, qui partagent cette vision de co-construire la ville. C’est un fleuron, qui montre que cela fonctionne avec plus de 9 000 personnes qui sont déjà passées depuis l’ouverture du lieu, baptisé Unik du promoteur Réalités. »
Par Céline Coletto

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2019

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2019

Simulation gratuite PTZ
bot