Recherche d'articles
 
 
Les informations de l'immobilier neuf : tout savoir de l'immobilier neuf
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
  • Constructeurs
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Interviews Edition du

Thomas Penet, Cogedim : « Une dernière marche à franchir pour devenir n°1 »

Thomas Penet, Cogedim
Thomas Penet, nouveau directeur commercial et marketing Cogedim France, évoque la stratégie du promoteur qui ambitionne de devenir n°1.

Tags : Promoteur immobilier, promotion immobilière, Cogedim, Altarea


Promu ce printemps directeur commercial et marketing Cogedim France, Thomas Penet évoque la stratégie d’un des plus grands promoteurs tricolores. Cogedim qui a fait le choix de 10 engagements pour tous ses logements afin de toujours mieux répondre aux attentes des acquéreurs, tout en voulant devenir le premier promoteur français.



- Comment se porte l’activité commerciale de Cogedim en ce début d’été ? Euphorie de la levée des restrictions sanitaires ou au contraire, les acquéreurs ont déjà la tête aux vacances ?

 

« Les acquéreurs ont peut-être pour certains la tête aux vacances, à l’Euro… mais nous constatons tout de même une forte demande et comme il n’y a pas beaucoup d’offre en ce moment, dès que nous proposons des nouveaux programmes immobiliers, il y a du monde d’intéressé. Certains ont envie de passer à autre chose ; mais tout en se posant des questions sur leur prochain appartement, leur prochain investissement car ils ont mis de l’argent de côté. 

L’euphorie n’est pas le bon mot mais il y a de la demande depuis mars, après des mois de janvier et février particulièrement calmes. Nous sommes complètement en ligne avec nos objectifs. Quand nous proposons des programmes immobiliers pour habiter ou investir, cela rencontre son public. 

Malheureusement, il y a eu plusieurs décalages en raison des autorisations d’urbanisme retardés par les collectivités ; mais nous aurons beaucoup de lancements commerciaux lors des quatre derniers mois de l’année. C’est notre principale problématique : des collectivités trop frileuses pour délivrer des permis de construire. Nous devons arriver à convaincre les élus et les collectivités qu’il y a besoin de construire pour mieux loger les Français. »

 

- L’ancien qui frôle les records, la maison neuve qui rebondit mieux, le collectif à la peine, n’est-ce pas un désamour réel pour les appartements neufs et un peu un désaveu pour les promoteurs immobiliers ?

 

« C’est justement pour cela que Cogedim prend des engagements pour modifier ses logements, essayer de travailler sur des sujets qu’attendent plus les collectivités et les acquéreurs. Il y a tout de même une incompréhension. L’ancien promoteur qui vient bétonner et artificialiser la ville, c’est terminé. Nous avons beaucoup de projets de réhabilitation, tous nos projets contiennent des espaces verts. Certains voient encore la promotion immobilière comme étant un métier de bâtisseurs bétonneurs ; nous essayons de montrer que cela n’est plus cela depuis plus de 20 ans. 

Davantage de personnes qu’hier veulent aller s’installer en maison, quitter les grandes villes, il y a un mouvement de fond ; mais la ville reste toujours attractive, d’abord car c’est là qu’il y a les emplois. Il faut se méfier du raccourci qu’en raison de la crise sanitaire et du Covid, les gens vont tous déménager. Quelques privilégiés ont les moyens de s’acheter des maisons ; mais ils sont encore nombreux à vouloir rester en ville mais en ayant des terrasses, de grands espaces extérieurs... Pour moi, le vrai sujet est que les occupants ne veulent plus vivre dans les logements d’auparavant, petits et mal-fichus. C’est cela le vrai enseignement du Covid. »

 

- D’où les 10 engagements pris par Cogedim pour mieux répondre aux attentes des Français en matière de logement neuf ? Pouvez-vous nous en citer quelques-uns et nous expliquer pourquoi avoir fait ces choix ?

 

« Nous avons mené beaucoup d’études depuis un an, car comme tous, nous avons passé des mois enfermés chez nous. Nous avons vécu le confinement comme beaucoup de Français, ce qui nous a poussé à réfléchir sur le rôle de l’immobilier et la place de l’immobilier. Au travers de ces enquêtes, nous avons distingué que les Français percevaient le logement, non pas simplement comme un moyen de mieux vivre, mais aussi d’être en meilleure santé

 

Lire aussi - Nouvelle démarche engagée de Cogedim

 

Il y a des sujets comme la qualité de l’air des logements qui n’apparaissaient jamais dans nos études mais qui sortent désormais comme un élément important dans le choix d’un logement. D’où notre réflexion : sans rajouter des appareils électroniques, qui viennent alourdir le bilan carbone ou qui ne fonctionnent pas, nous nous engageons à trouver des solutions simples pour mieux faire entrer l’air extérieur dans les logements car l’air intérieur est souvent 7 fois plus pollué, pour éviter les peintures émettrices de COV… Nous nous sommes posés de vraies questions sur la santé : la lumière, le bruit ambiant : comment arriver à épaissir les cloisons entre les zones jour et nuit pour que les occupants puissent mieux vivre et télétravailler. Un premier objectif : comment faire des logements qui favorisent le bien-être des habitants ? D’où quatre/cinq engagements liés à ce sujet du bien-être dans le logement.

programme neuf Meylan
Un des 10 engagements de Cogedim : des espaces extérieurs représentant au moins 10 % de la surface du logement, comme ici près de Grenoble. © Le Domaine des Saules Blancs / Meylan / Cogedim
Deuxième axe : l’écoresponsabilité. Pour cela, nous avons interrogé des élus et des clients et cela montre, ce que l’on pouvait entrapercevoir avec la vague verte des élections municipales, les clients veulent choisir leur logement aussi car il est écoresponsable. Pour cela, nous prenons l’engagement de dépasser les normes énergétiques pour tous les logements. Pas seulement dans le haut de gamme ou les grandes villes ; mais pour tous nos programmes neufs en conception dès aujourd’hui, nous allons bien au-delà des réglementations afin de réduire de 15 % les consommations énergétiques d’un bâtiment. 

Deux axes réunis pour répondre aux attentes des clients et des élus, soit deux réponses : la santé et l’écoresponsabilité de nos logements. »

 

- Vincent Ego, directeur général de Cogedim, lors de la présentation à la presse de ces engagements a expliqué que ce n’était en rien pour relancer les ventes, quel objectif alors ? Plaire aux collectivités ?

 

« Evidemment, nous nous devons de faire des produits pour plaire aux collectivités ; mais il y a aussi une prise de conscience majeure chez les clients en matière de logement durable qui est en train d’arrivée. Ce sont eux d’ailleurs qui ont élu les municipalités vertes. C’est juste le début, selon nous, de l’intérêt pour du logement écoresponsable, alors nous voulons anticiper. Pour avoir des fenêtres mieux isolées, construire avec un bâtiment bois… c’est plus cher ; mais notre idée, c’est qu’est-ce que l’on arrive à faire pour tous ? 

Tout le monde a le droit d’avoir un espace paysager pensé par un écologue, tout le monde a le droit d’avoir un espace extérieur qui représente 10 % de la surface de son logement, tout le monde a le droit d’avoir un logement qui émet moins de CO2… L’ensemble des mesures prises séparément peut paraître anecdotique, mais le tout est cohérent. »

 

- Est-ce que, selon vous, le montage des opérations s’accélère, maintenant que les nouvelles équipes municipales sont en place, que la gestion de la crise Covid est, on l’espère, derrière nous ? 

 

« C’est toujours difficile aujourd’hui. Nous sortons d’une période tellement incroyable que tout peut changer très vite à nouveau. Nous espérons retrouver un élan, nous pouvons retrouver des municipalités qui prennent conscience du besoin de logement parce qu’il y a une réalité : il manque des logements en France, que dans les logements que nous construisons, il y a 30 % de logements sociaux. Nous ne demandons que de travailler avec les élus pour voir comment adapter cela à ce qu’ils souhaitent ; mais la machine à fabriquer des permis de construire est toujours à l’arrêt. »

 

- Quels sont les dossiers sur votre nouveau bureau à Cogedim puisque vous avez été nommé récemment directeur commercial et marketing Cogedim France ?

 

« On ne s'en cache pas : notre ambition est d’être numéro 1. Nous avons beaucoup de développements dans les cartons. Cela va demander de réorganiser les équipes, sans dénaturer ce qui fait Cogedim. La société a plus de 50 ans, elle a une histoire, elle a des valeurs comme sur la relation clients. Nous sommes en train de concourir pour rester pour la 5ème année consécutive meilleur service clients. Nous travaillons sur la qualité en s’engageant à avoir moins d’une réserve par logement. La dernière marche à franchir pour devenir numéro 1 est difficile à atteindre mais c’est une vraie ambition du groupe. »

 

- Début du quartier Guillaumet à Toulouse, fin de Cœur de Ville à Bezons, réaliser de grands projets urbains comme ceux-là restera la marque de fabrique de Cogedim dans les années à venir ?

 

programme neuf Issy-les-Moulineaux
Les grands projets urbains resteront la marque de fabrique de Cogedim, qui ira aussi s'implanter dans des villes moyennes. © Issy Coeur de Ville / Issy-les-Moulineaux / Cogedim
« C’est vraiment notre force. Altarea est l’un des seuls acteurs à pouvoir proposer des bureaux, des commerces, des logements, des espaces verts, des équipements publics... Construire des cœurs de ville, nous sommes un des rares acteurs à pouvoir le faire. Ce sont des dossiers difficiles à monter mais c’est impressionnant de voir Issy Cœur de Ville qui commence à sortir de terre. Nous sommes convaincus que de tels projets vont continuer à se développer. »

 

Lire aussi - Clap de fin sur l'opération Cœur de Ville à Bezons

 

- A l’inverse, est-ce que vous pourriez vous tourner davantage vers des villes moyennes, des opérations davantage à taille humaine face aux nouvelles aspirations des Français, post-confinement ?

 

« Nous allons jouer sur les deux tableaux. Nous allons maintenir une des marques de fabrique d’Altarea qui est de construire de grands projets urbains ; mais nous voyons aussi ces franciliens qui partent s’installer à Chartres, Tours, Orléans… Nous n’étions pas présents sur certaines régions comme la Bourgogne, peu présents en Normandie ou en Bretagne. Nous y lançons des opérations et nous commençons à nous développer via de nouveaux bureaux. Nous avons plusieurs nouvelles implantations qui vont s’ouvrir fin 2021 mais surtout en 2022. A la lumière de cette crise, nous allons aller davantage vers des villes moyennes où nos concurrents étaient déjà présents : Tours, Orléans, Dijon, Gisors dans l’Eure, Saint-Jean-de-Luz… Dammarie-les -Lys en région parisienne. Nous lançons un premier programme neuf à Colmar. Dans le Nord, nous serons à Roubaix, Tourcoing, Le Touquet… »

 

- Quelles sont vos opérations emblématiques du moment ? Symboliques de votre savoir-faire ?

 

« Nous avons lancé une belle opération à La Grande Motte ou encore une réhabilitation à Schiltigheim dans l’Est. Nous avons de petites opérations très qualitatives à Nantes avec des vues sur le parc de Procé. Nous développons plusieurs résidences seniors Cogedim Club qui vont voir le jour à Montbonnot près de Grenoble, à Lyon, Villefranche-sur-Saône… D’importantes opérations seront lancées en région parisienne, comme un programme neuf à Romainville issu du concours Réinventons la Métropole du Grand Paris, pour le moment réservé aux locaux. A venir aussi un emblématique programme neuf à Bordeaux rive droite, avec des vues sur la Garonne… Nous avons lancé une résidence étudiante à Roubaix, ville étudiante, avec du potentiel, en pleine métamorphose, avec un ticket d’entrée sous les 100 000 €, c’est un produit rêvé pour un investisseur et cela se vend très bien. Cela trouve très facilement son public comme aussi Coté Léman à Thonon-les-Bains ou le programme neuf Le Domaine des Saules Blancs à Meylan. »

Par Céline Coletto

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2021

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2021

Simulation gratuite PTZ
bot