Recherche d'articles

 
 
Interviews Edition du

Bénédicte Romieu, Urbat : « penser des logements neufs humains et cohérents »

Bénédicte Romieu, Urbat
Bénédicte Romieu, directrice marketing et communication d'Urbat, promoteur immobilier sur tout le pourtour méditerranéen, jusqu'à Toulouse et Lyon.

Tags : Immobilier neuf Montpellier, Urbat, promoteur immobilier


Directrice marketing et communication d’Urbat, promoteur immobilier historiquement basé à Montpellier, Bénédicte Romieu évoque cette entreprise aux cinquante opérations de logements neufs par an et 1 200 ventes annuelles.

- Pouvez-vous déjà nous décrire Urbat, promoteur immobilier finalement peu connu du grand public alors qu’il est très présent sur le pourtour méditerranéen ?

« Urbat, c’est une entreprise de promotion immobilier implantée dans le Sud de la France depuis 1975. Nous commercialisons une cinquantaine d’opérations par an. Cela représente 1 200 logements neufs réservés chaque année, sans compter les logements sociaux, secteur que nous développons pour travailler directement avec des bailleurs sociaux et quelques commerces. Notre travail va de la recherche foncière au SAV, en passant par des services marketing et communication intégrés, des équipes dédiées au suivi technique des chantiers, à la commercialisation de nos opérations jusqu’au SAV pour faire valoir les garanties après la livraison. Si nous sommes basés historiquement à Montpellier, nous avons aussi des agences commerciales de Toulon à Toulouse, en passant par Nîmes, Avignon, Marseille, Perpignan. »

- Quid de votre installation à Lyon ?

« Depuis deux ans, nous faisons effectivement notre retour à Lyon. Secteur proche de notre siège social, car nous souhaitons cette proximité géographique entre les agences et le siège. Lyon, une des villes françaises très dynamiques où il existe un véritable marché pour l’immobilier neuf. Même si le temps est plus long pour parvenir à faire sortir des projets, notre équipe s’étoffe progressivement avec désormais 3 prospecteurs fonciers et déjà deux belles réussites pour nos deux dernières résidences lyonnaises. La première dans le centre de Lyon s’est commercialisée en quelques semaines, la seconde en cours de commercialisation à Oullins est déjà réservée à 75 % après un lancement en novembre dernier. Nous souhaitons pouvoir lancer plusieurs opérations à Lyon chaque année à terme. »

- Sur quoi misez-vous ? A quoi êtes-vous attaché lors que vous montez des opérations ? Qu’est-ce qui fait votre différence sur le marché du neuf ?


« Notre philosophie a toujours été de créer des logements destinés à être habité par leurs acquéreurs. Si actuellement, le marché profite de dispositifs de défiscalisation très intéressants, qui font monter la part des investisseurs, notre créneau reste la résidence principale. Comme ces lois fiscales peuvent s’arrêter, nous nous attachons à ce lien avec les propriétaires occupants, grâce à beaucoup d’études de marché, d’études très ciblées sur la clientèle. Il s’agit de proposer une organisation de logements cohérents et humains, plutôt que fiscaux. Bien sûr, depuis deux ans, le taux d’investisseur est passé à 70 % parmi nos acquéreurs, mais nous avons toujours eu historiquement un équilibre entre investisseurs et propriétaires-occupants. Cela dépend aussi des secteurs car grâce à des opérations en TVA réduite, comme à La Seyne-sur-Mer ou certaines ZAC de Montpellier, la part des acquéreurs en résidence principale atteint 60 %. »

- Quel est justement le profil de vos acquéreurs ?

« Pour ce qui est de l’accession ou de
logement neuf Perpignan
A Perpignan, Urbat lance une nouvelle tranche d'un quartier mixte avec petites villas, appartements neufs sociaux et libres et une résidence club. © Le domaine Mas Roux / Perpignan / Urbat
la primo-accession, il s’agit de jeunes ménages, la trentaine, qui recherche un prix. Dans de petites communes périphériques, en centre-ville, il y a aussi ces personnes plus âgées, qui revendent leur maison pour venir vivre en appartement, qui cherchent eux avant tout une surface et une localisation.
Parmi les investisseurs, il y a bien sûr les primo-investisseurs grâce aux avantages de la loi Pinel, un peu plus âgés, entre 40 et 45 ans. Il y a des investisseurs purs, attirés par le sud, qui viennent chez nous par le biais d’une équipe dédiée et d’un fort partenariat avec des réseaux bancaires et des conseillers en gestion de patrimoine basés dans le reste de la France et il y a aussi ce que l’on pourrait appeler de « faux investisseurs », âgés de 55/60 ans, qui défiscalisent, avant de transformer leur achat en résidence secondaire une fois les années de location effectuées, pour la retraite. »

- A quoi ressemblera le logement neuf de demain chez Urbat ?

« Le logement Urbat est en perpétuelle évolution, sous l’effet réglementaire technique, mais aussi sous l’effet de mode. Aujourd’hui, les volets roulants électriques sont par exemple systématiques, la domotique et le logement connecté seront l’avenir.
Mais pour ne rien imposer de plus à nos acquéreurs, qui sont toujours à la recherche d’un prix, nous avons créé l’an dernier trois gammes de base pour nos résidences, à quoi s’ajoute un catalogue d’options pour les acquéreurs. Il s’agit de ne pas alourdir inutilement pour tous le prix de vente afin de rester connecté au marché et aux propriétaires occupants. »

- Est-ce que votre activité sera touchée par les nouvelles mesures de la loi de finances, recentrage du Pinel et du PTZ sur les zones tendues par exemple ?


« Nous avons très peu d’opérations en zone B2, la loi de finances ne devrait donc pas avoir beaucoup de conséquences chez nous. Même sur des marchés qui pourraient apparaître comme moins dynamiques comme Nîmes ou Perpignan pourtant en zone B1, nous y produisons respectivement une quarantaine de logements neufs par an. Un niveau de production toujours stable au fil des ans car la demande reste là. »

- Quelles sont les opérations emblématiques de ce début 2018 chez Urbat ?

« Nous croyons beaucoup au potentiel de Perpignan d’où le lancement prochain d’une première tranche de 200 logements neufs au sud de la ville. Après une première opération réussie de l’autre côté de la route, le « domaine Mas Roux » sera composé de petites villas, de logements sociaux en petits collectifs, de logements neufs en accession libre, mais aussi d’une résidence club avec piscine, il s’agit de petits collectifs superposés pour créer de larges terrasses, avec un esprit « vacances ».
A Montpellier, nous lançons une nouvelle tranche sur un îlot test de la ZAC de la Restanque. Après un véritable succès en 2017, cette nouvelle tranche lancée en 2018 sur un total de 200 logements neufs, est éligible à la TVA réduite, ce qui permet d’atteindre 60 % de résidence principale. C’est un double succès car dans ce quartier en zone ANRU, qui était une zone industrielle, il fallait oser proposer cette architecture très marquante et emblématique, tout en étant raccord en termes de prix.
Sur Marseille,
logement neuf Montpellier
Urbat construit 200 logements neufs sur un îlot test de la ZAC de la Restanque à Montpellier avec un fort pari architectural. © Nouvel'R / Montpellier / Urbat
comme d’autres, nous avons manqué d’offres dernièrement, notamment en raison de permis de construire systématiquement attaqués, après une année 2017 difficile, nous sommes confiants pour 2018 avec des projets à venir.
Nous sommes aussi dans le Var Est, avec une opération à Cogolin depuis l’an dernier, cela marque notre avancée sur la Côte d’Azur, avec des projets futurs à Fréjus et le Golfe de Saint-Tropez. Nous lancerons fin janvier dans le centre-ville de La Crau, une opération baptisée « Les Balcons du Béal », d’une quarantaine de logements neufs. Dans ce village de charme authentique, entre Toulon et Hyères, tout en étant à la campagne, nous y proposerons une architecture provençale.
Résidence à taille humaine aussi à Toulouse, avec « le clos des Argoulets », une trentaine de logements neufs, dans un secteur résidentiel, à l’échelle des maisons de ville qui l’entoure, cette résidence sait s’adapter à son environnement.
Dans une ville où nous avons toujours été présents commercialement, La Seyne-sur-Mer, après Terre Marine, dans le quartier Porte Marine, nouveau port complètement transformé, nous avons lancé en 2017 le « Jardin Saint-Exupéry ». »

- Justement qu’avez-vous à proposer à ces « faux investisseurs », dont nous parlions, ceux qui veulent pouvoir profiter de leur investissement lors de leur retraite ?

« Ces profils recherchent surtout des commerces et des services, plutôt que des vues mer. C’est ainsi qu’à Six-Fours, dans le Var, après déjà deux opérations récemment, deux autres sont à venir en 2018, à proximité de la plage, mais en centre-ville. »

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2018

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2018

Simulation gratuite PTZ
bot