« Il faut sauver le soldat logement neuf », clame le Pôle Habitat FFB

Edition du
Chiffres clés

Les mauvaises nouvelles s’accumulent pour le logement neuf, alors que le collectif reste dans le rouge, c’est au tour de la maison individuelle de plonger, rapporte le Pôle Habitat de la FFB. 

marché logement neuf
Les professionnels du Pôle Habitat FFB prévoient une "catastrophe industrielle" pour le logement neuf qui tombe en situation de "pénurie".

Les mauvaises nouvelles s’accumulent pour le logement neuf, alors que le collectif reste dans le rouge, c’est au tour de la maison individuelle de plonger, rapporte le Pôle Habitat de la FFB. 

Trouvez un logement neuf en 3 clics !

Où cherchez-vous ?

  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
Trouver

« Ce PLF n’est pas satisfaisant car nous allons vers une pénurie de logements en France », voilà comment Olivier Salleron, président de la FFB, alerte sur la période en ouverture du point de conjoncture du Pôle Habitat de la Fédération Française du Bâtiment. Bien que les deux amendements pour réduire le dispositif Pinel et le PTZ aient été retirés de la première version du Projet de Loi de Finances adopté grâce au 49.3 à l’Assemblée, les inquiétudes demeurent sur l’ensemble du marché du logement neuf. « Il faut sauver la planète en s’appuyant sur tous les leviers de la rénovation mais aussi en construisant plus durable avec la RE 2020 des logements dont les Français ont vraiment besoin. Ce sont les Français moyens qui ne pourront bientôt plus se loger », a interpellé le président de la Fédération Française du Bâtiment afin de marquer l’inquiétude de tout le BTP. « Nous aimerions avoir tort mais nos prévisions s’avèrent correctes et le précipice s’approche considérablement d’une crise sévère et rapide », complète Grégory Monod, président du Pôle Habitat de la FFB avant que les chiffres de la construction neuve soient détaillés.

 

Les ventes de maisons neuves en fort recul

 

Après le fort rebond en 2021 post-Covid et en anticipation de l’entrée en vigueur de la RE 2020, les ventes de maisons neuves s’effondrent de 17 % à fin août. Rien que sur le mois de septembre, le volume de ventes est divisé par deux en comparaison du même mois en 2021. Le Pôle Habitat de la FFB prévient, cela sera le pire exercice que la profession ait connu ces dernières années en passant sous la barre des 100 000 ventes à fin 2022. Même difficulté dans la maison groupée, tandis que le logement collectif « poursuit son long hiver entamé en 2018 ». A fin juin, les ventes aux particuliers reculent encore de 9 % supplémentaires sur l’ensemble du premier semestre.

Les raisons sont nombreuses : hausse des taux d’intérêt, augmentation du nombre de refus de prêts liés de la conjonction des règles du HCSF et le blocage créé par le taux d’usure, mais aussi l’inflation et l’incertitude sur le pouvoir d’achat que cela crée, sans oublier les premiers effets de la ZAN sur l’offre foncière ou encore la flambée des coûts de construction à cause de la RE 2020 : + 7 % en moyenne d’après les premiers retours du terrain, associée à l’explosion des prix des matériaux : + 22,5 % sur le prix de revient des maisons sur les 18 derniers mois, toujours d’après les chiffres recensés par Pôle Habitat FFB. 
A ces raisons déjà maintes fois évoquées ces derniers mois, s’ajoute la contraction de l’offre dans le collectif et les difficultés pour trouver des entreprises pour répondre aux appels d’offre. C’est ainsi que les mises en chantier dans le collectif reculent de 12 % sur un an en raisons des abandons de projet et/ou des recours. Phénomène inédit : la forte décorrélation entre l’obtention des permis de construire et les mises en chantier qui ne suivent pas. Rien que sur les maisons : il y aurait deux fois plus de suspension et/ou d’abandon de projets ces derniers mois que l’an dernier.

 

Gratuit, téléchargez notre guide

“ Acheter un logement neuf : mode d'emploi ”

  • Les avantages du neuf
  • Comment financer un logement neuf
  • Achat en VEFA, mode d'emploi
Veuillez renseigner votre adresse email dans ce champ pour télécharger notre guide.

Conformément au Règlement Général de Protection des Données – (UE) 2016/679., vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit, il vous suffit d'en faire la demande par mail (dpo@gao-communication.com) ou par voie postale à GAO-Communication, 3D allée Charles Péguy 74940 Annecy-Le-Vieux.

Les mesures importantes à prendre pour le logement neuf

 

« On ne peut pas se contenter du statuquo actuel, il y a urgence à accompagner le logement neuf. Il faut remettre du carburant dans la machine grâce au PLF », détaille Grégory Monod puisque, selon lui, la dernière digue de soutien qu’était la maison individuelle a déjà largement cédé. Et de citer des mesures sans coût supplémentaire pour l’Etat comme de neutraliser les clauses de pénalité de retard dans les contrats privés, comme lors du premier confinement pour soutenir les entreprises de la construction ou de réformer les modalités de révision de prix des CCMI jusqu’à la date d’ouverture du chantier.

 

Besoin d’un crédit immobilier ?

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques pour votre projet immobilier

Un nécessaire soutien à l’accession à la propriété

 

Première mesure à prendre selon les professionnels afin de soutenir l’accession à la propriété : rétablir la quotité du PTZ à 40 % sur tout le territoire car la demande est partout et que « rien ne justifie cette différence entre les différentes zones ». Il s’agit aussi de relever de 25 % le plafond des montants d’opérations qui date de 2014 alors que les prix ont augmenté de 25 %. Et le Pôle Habitat de la FFB de rappeler que le coût moyen d’un Prêt à Taux Zéro est de 6 500 € par logement sur cinq ans pour l’Etat quand un logement qui se construit, coût moyen sur un PTZ de 250 000 €, c’est 41 500 € de recette de TVA. 
Autre piste, dont on parle beaucoup ces derniers mois, mais qui n’a pas été retenue pour l’heure dans le projet de budget pour 2023 : instaurer un crédit d’impôt sur les annuités d’emprunt pour atténuer les effets de la RE 2020
Face à la disparition programmée du Pinel d’ici fin 2024, le Pôle Habitat FFB propose également de mettre en œuvre un statut de bailleur privé basé sur l’amortissement, c’est-à-dire un régime universel de l’investissement locatif privé, hors zonage, simplifié pour tous… de sorte à relancer la production de logements neufs destinés à la location. 
« Sous l’effet des crises successives et de l'actuelle inaction, le parcours résidentiel est plus que jamais bloqué en France », conclut Grégory Monod « mais cette crise est évitable si l’on met en action des mesures dès ce PLF ». 

Autres Chiffres clés

Voir tous les chiffres clés