Recherche d'articles
 
 
Les informations de l'immobilier neuf : tout savoir de l'immobilier neuf
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
  • Constructeurs
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Interviews Edition du

Gérard Moyse, Groupe Moyse : « imaginer une maison neuve évolutive et accessible à tous »

Gérard Moyse, groupe Moyse
Gérard Moyse, du groupe Moyse, basé à Besançon, croit fort en l'innovation dans la construction de maisons.

Tags : Construction neuve, innovation, maison neuve, accessibilité, loi Essoc, permis d'innover, permis d'expérimenter


Constructeur et promoteur basé historiquement à Besançon, le groupe familial et indépendant Moyse travaille dans toute la Bourgogne et la Franche-Comté. Cela ne l’empêche pas, bien au contraire d’être à la pointe de l’innovation et de proposer du logement neuf pour tous. Entretien avec Gérard Moyse. 

- Quelle est l’histoire de votre entreprise ? Comment tout a commencé ?

Le groupe Moyse est une entreprise qui a été fondée en 1947 donc il y a soixante-douze ans. Il s’agit d’une entreprise familiale. Moi, je suis la deuxième génération, mes enfants, la troisième, sont en place et puis on verra bien la suite.
A l'origine, nous sommes une entreprise de gros-œuvre, une petite entreprise d’une douzaine de personnes et puis, en 1980, nous avons commencé à prendre des voies de diversification notamment dans les traitements de façades et l’isolation par l'extérieur. Nous avons été un des premiers à faire de l'isolation par l'extérieur qui aujourd'hui est devenue une technique tout à fait courante. A l'époque, on nous regardait avec de drôles de yeux face à ces murs qui sonnaient creux. Nous avons continué à nous diversifier jusqu’à devenir constructeur de maisons individuelles. En bref, nous nous sommes donnés les moyens de devenir constructeurs et nous avons développé cette activité. Nous avons aujourd'hui deux pôles : un pôle immobilier neuf et un pôle rénovation. Le pôle neuf, c'est de la maison individuelle avec quatre marques : le Start pour les primo accédants ; Roquebrune pour les primo accédants un petit peu plus aisés ; les maisons Moïse et puis nous avons une filiale à Montbéliard qui s'appelle le Plaisanciat et une filiale à Chalon-sur-Saône qui s'appelle Tradidemeures. »

- De la maison neuve dans toutes les gammes ?

« Nous essayons d'occuper tous les créneaux. Les maisons Start, ce sont des maisons simples, d’une superficie réduite, prêtes à finir pour des jeunes couples qui ont des revenus relativement réguliers mais relativement modestes et qui peuvent ainsi démarrer leur parcours résidentiel. Et puis, il n'y a pas de limite théorique supérieure mais les plus grosses maisons peuvent aller au-delà de 500 000 € ; mais c’est plus rare. »

- D’autant que vous êtes dans une région peu tendue, sur quel périmètre géographique êtes-vous implanté ?

« C'est vrai qu’il y a moins de pression sur le foncier que dans les grandes métropoles. Notre périmètre est un triangle entre Belfort, Besançon, Dijon jusqu’à Chalon-sur-Saône. Donc effectivement, c'est moins tendu que sur d'autres régions mais du coup on est souvent en zone B2 et en C et on a besoin du PTZ. Le Prêt à Taux Zéro est utile, notamment pour les maisons la marque Start pour des ménages qui ont des moyens relativement limités. Le PTZ est une véritable aide puisque ce n'est pas tant sur les taux d'intérêt qui sont très bas aujourd'hui mais c'est par rapport à la capacité d'endettement que ça leur donne vis à vis des banques. Cela a un effet solvabilisateur, un effet levier. Nous sommes confrontés à ça régulièrement. Des ménages qui sont juste en matière de revenus par rapport à leur projet immobilier peuvent ne pas réaliser leur projet faute d'avoir le PTZ. »

- Qu'est ce qui fait la renommée du groupe Moyse sur votre territoire ? 

« C'est déjà l'ancienneté de l'entreprise ce qui fait que les acquéreurs sont rassurés. Nous sommes en plus droits dans nos bottes par rapport à toutes les réglementations et tout ce qui nous est imposé. Nous sommes aussi reconnus pour la qualité de notre travail en général et le fait d'être toujours présent. Quand les gens ont de petits problèmes dans leur maison parce que ça arrive toujours au-delà des délais de garantie, ils savent encore trouver. 
Autre point important : l’innovation. Cela fait partie de nos valeurs. Aujourd'hui, nous travaillons sur la
maison neuve Chalon sur Saône
Tradidemeures a imaginé un concept de maison évolutive tout en étant accessible à tous, même les primo-accédants aux revenus modestes. © Tradidemeures
qualité de l'air intérieur. Ça fait déjà deux ans et on commence à beaucoup en parler ; mais nous avons une petite longueur d'avance. 

- En quoi consiste vos expérimentations sur la qualité de l’air intérieur dans les logements ?

« Concrètement, j’ai été choqué un jour en lisant des statistiques faisant le constat que deux logements sur trois ne sont pas aux normes prévues par la réglementation en matière de qualité de l’air. Ce n’est quand même pas pensable que nous produisons des logements, qui ne soient pas conformes. Donc, on s'est penché sur la question et on a trouvé des solutions. Alors la solution, c'est d'avoir adopté une ventilation en travaillant avec Renson, qui est un industriel belge et qui a un produit en avance sur son temps avec d'autres critères que l'humidité pour gérer les problèmes de qualité de l'air.
Dans un projet immobilier présenté lors du Challenge de l’Habitat Innovant lors du séminaire technique de LCA-FFB à Chypre, nous avons obtenu une dérogation avec un permis d'innover de la loi Essoc qui nous permet dans notre projet, et on espère bien dans d'autres, de faire de l'extraction d'air dans les chambres à coucher d'une manière automatique. Après une nuit dans une chambre relativement réduite, il y a du CO2 qui n'est pas dangereux en tant que tel mais qui est incommodant. C’est de l’inconfort. Nous trouvons que ce n’était pas normal qu'on ne puisse pas ventiler automatiquement les chambres. L'appareil analyse l'air et à partir d'un certain taux de CO2, il se met en route. Le paradoxe dans nos maisons, c'est que dans la nuit les pièces comme les salles de bain ou les cuisines où il n’y a personne continuent d'être ventilées ; mais les chambres où il y a du monde, il n'y a pas de ventilation. Nous l’avons pourtant mis en place avec succès dans une maison, suite à la délivrance de ce permis d’innover. »

- Pouvez-vous nous présenter plus en détails cette maison issue de votre filiale Tradidemeures car elle est innovante sur différents points ? Une maison qui part d’attentes précises d’un client au profil particulier.

« Au départ, c'est une sollicitation d'un client qui est paraplégique de naissance qui vient nous trouver et qui veut vivre sa vie normalement. Nous avons donc cherché à résoudre un certain nombre des difficultés qu'il avait, les problèmes auxquels il était confronté dans sa vie de tous les jours. Une de ses demandes était de ne pas mettre du mobilier de salle de bain stigmatisant, alors qu’il a besoin d’installation lourde pour sa douche. Nous avons donc cherché des réponses à ces questions avec du matériel spécialisé, chez un fabricant, peu connu, mais qui existe. 
A partir de là, nous nous sommes dit pourquoi ne pas installer certains équipements, peu coûteux mais qui rendent la maison relativement vite adaptable. Exemple à propos des baignoires que les primo accédants veulent car ils ont des enfants en bas âge. Le jour où vous décidez de ne plus avoir de baignoire, il faut des travaux importants, alors nous installons désormais des faïences jusqu'en bas, derrière la baignoire, nous installons dès le départ, un siphon adapté. Le faire d'entrée de jeu ne coûte pratiquement rien : 60 € à peine et cela permet d’adapter facilement la salle de bain d’une maison aux problématiques du vieillissement ou des limitations fonctionnelles que nous pouvons tous connaître un jour. Il y a aussi les limitations fonctionnelles liées à la respiration, quand on sait qu’une famille sur quatre est concernée par les problèmes d’asthme, que dans dix ans ce sera une sur trois. D'après les études, c'est impressionnant, il faut donc anticiper tout ça. Nous avons donc imaginé de petites choses pour adapter facilement la maison sans que cela soit des surcoûts trop importants par
maison neuve évolutive
Pour un budget de 900 €, Tradidemeures propose un concept de maisons évolutives. © Tradidemeures
la suite. »

- Au-delà de la baignoire, quelles sont les autres améliorations ?

« Vous avez le seuil des portes des balcons qui permettent d'accéder à un fauteuil roulant sans qu’il y ait d’à-coup. Ce sont aussi des largeurs de portes un petit peu plus grande. Ce sont aussi des prises électriques installées à un mètre et ça ne coûte rien du tout. Idem pour les interrupteurs à hauteur de la main. Il y a aussi tous les problèmes de domotique, notamment les commandes vocales qui vont permettre d'obtenir un tas de services en les commandant directement de la voix. Des choses qui existaient depuis longtemps pour les personnes déficientes visuelles mais qui maintenant s'adaptent à tout le monde. L'exemple qu'on a donné, c'est la télécommande de télévision. La télécommande a été inventée à l’origine justement pour des personnes handicapées. Aujourd'hui qui se passerait d'une télécommande pour changer de chaîne. Nous nous sommes dit qu’il y avait probablement un champ de réflexion à mener pour que nos maisons soient systématiquement équipées de ces innovations. C’est faire à la maison individuelle ce que la loi Elan a imposé au logement collectif. »

- Et cela fonctionne auprès des acquéreurs ?

« C'est pour dire aux clients qu’il y a moyen de faire des choses auxquelles les ménages ne pensent pas quand ils sont primo accédants. Quand ils construisent pour eux la retraite, c’est loin. Ils n'imaginent pas qu'un jour ou l'autre leur maison qui aujourd'hui est pour des primo accédants, demain peut devenir une maison pour des seniors. Il faut anticiper et lui rendre la possibilité de l'être sans trop de surcoût. C'est une vision un petit peu nouvelle des choses puisque l’on veut rendre la maison évolutive et accessible à tous, y compris une maison primo accédants qui, un jour, peut-être, sera une maison senior. »
Par Céline Coletto
En bref

- Gérard Moyse est la deuxième génération de l'entreprise de gros-oeuvre Moyse, qui a été l'une des premières à réaliser de l'isolation par l'extérieur dans les années 80, ce qui est devenu la norme. Cette recherche d'innovations s'est transposée quand l'entreprise s'est tournée vers la construction de maisons.

- Basé en Franche-Comté, le Groupe Moyse s'est lancé récemment dans un permis d'expérimenter autour de la qualité de l'air intérieur dans les chambres à coucher, en étant autorisé à installer un ventilation automatique de CO2, ce qui était interdit jusque-là.

- Autre innovation : un concept de maisons évolutives et facilement adaptables à moindre coût, même pour des maisons destinées à l'origine à des primo-accédants aux revenus modestes.

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2020

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2020

Simulation gratuite PTZ
bot