Recherche d'articles
 
 
Les informations de l'immobilier neuf : tout savoir de l'immobilier neuf
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
  • Constructeurs
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Interviews Edition du

Henry Buzy-Cazaux : « il faut que les professionnels de la construction soient (enfin) écoutés »

Henry Buzy-Cazaux ISMI
Henry Buzy-Cazaux regrette le manque de prise en compte des professionnels par les pouvoirs publics face à la crise du logement neuf.

Tags : Pôle Habitat FFB, ISMI


Président de l'IMSI, Institut du Management des Services Immobiliers, Henry Buzy-Cazaux, expert averti de l’immobilier qui participait à la convention nationale de Pôle Habitat de la FFB, anciennement LCA-FFB, revient sur les difficultés des professionnels à être entendu par les politiques en matière de logement. 

- Les ministres du Logement passent, exit Julien Denormandie, bienvenue Emmanuelle Wargon et la crise du logement neuf continue de s’amplifier, sans beaucoup de réactions des pouvoirs publics. La nouvelle ministre s’exprimait seulement par vidéo à l'occasion de cette convention nationale. Qu'est-ce qui explique cette non-réaction ?

« La crise est passée par ici, avec un changement de gouvernement, cela peut expliquer l’immobilisme récent. A l’époque également, le ministre Denormandie intervenait par vidéo, il y avait peut-être une crainte, une réticence à être présent physiquement face aux constructeurs, aménageurs, promoteurs de LCA-FFB ; mais cela confirme aussi le sentiment de la profession du logement neuf d’être oublié. On le voit dans France Relance où le poids des finances accordées entre la rénovation et la construction est manifeste. Certes, nous avons un point important sur les enjeux environnementaux par rapport à la rénovation ; mais ce qu’il faut considérer, c’est que lorsque la construction progresse d’1 % par an, à l’horizon 2050, on aura construit 30 % du parc. Il faut donc aider à accompagner le neuf et ce sont les attentes des professionnels. »

- Comment expliquer ce désamour pour le neuf alors que 100 000 logements neufs comme annoncé en moins, ce sont 200 000 emplois de moins ?

« Ce sont certainement des comptes gouvernementaux. C’est une vision très comptable des choses. On peut voir dans l’étude Kantar sur les attentes des Français en matière de logement que ces grandes décisions gouvernementales ne sont pas en phase avec ces attentes. Tout cela doit amener nos gouvernants à être dans une posture qui ne leur permet pas d’être aussi clairs et proactifs qu’ils devraient l’être parce que ce sont des éléments comptables qui gouvernent tout cela. »

- Pourtant, de nombreux exemples de simplification et modernisation présentés par les professionnels réunis sur cette convention nationale sont des mesures à zéro euro. Pourquoi cela n’est pas mis en place ?

« Ce sont des constats de terrain qui font sens, le bon sens paysan en quelque sorte, et cela n’arrive pas à remonter jusque dans les pouvoirs décisionnaires. D’autant qu’aujourd’hui, la période que l’on vient de vivre, même si elle ne va pas forcément s’inscrire dans le temps, les sociologues le disent, tout cela accélère une forme de convergence des transitions. 
La transition numérique par rapport au télétravail, à la télémédecine… qui vont se développer, tout cela dans le cadre d’une transition démographique avec l’impératif que le logement soit au centre de tout cela. On voit par exemple la crise que traversent les Ehpad dans cette crise sanitaire. Et bien sûr aussi la transition environnementale, cela passe par la transition énergétique. Il y a une convergence des transitions qui se fait autour d’un dénominateur commun qu’est le logement pour tous les Français. »

- Le logement, besoin primitif, et pourtant, cela n’est pas une thématique clé des politiques ces dernières années, pourquoi ?

« Ce n’est qu’un ministère délégué, c’en est la preuve. Il y a une forme de non-écoute des Français et des professionnels qui sont pourtant mobilisés pour faire et bien faire. Ces pros, quand on les écoute, ne sont pas de simples commerçants, ils prennent véritablement leur métier au sens le plus noble de la chose : ils construisent le logement de leurs clients ou le logement des occupants qui vont être en location demain. Il y a une véritable préoccupation de faire et surtout de bien faire et cela n’est pas entendu. Si, en face les pouvoirs publics faisaient preuve de la même volonté de bien faire et d’être en synergie avec des professionnels qui savent et que sont en contact avec les clients tous les jours, il y aurait une meilleure entente. Sans doute que des aspects comptables prévalent sur tout cela. »

- Les équipes ministérielles changent, qui pour porter les dossiers derrière ?

« Qui pour au moins écouter, à défaut de porter les dossiers. Quand on mesure l’impact sur le nombre de Français de ces problématiques de logement et le nombre de professionnels et le nombre d’actifs, d’emplois et le poids dans l’économie que cela concerne, cela mérite d’être écouté et de voir des choses fortes s’appliquer. Dans France Relance, il y a ce poids de la rénovation qui est nécessaire. Cela va contribuer à créer des emplois, à amener des économies d’énergie et donc des euros pour les occupants des logements, mais il ne faudra pas oublier de se préoccuper de certains choix pour être vertueux dans le bas carbone. Ce qui va être rénové aujourd’hui, le sera pour des dizaines d’années. Dans les solutions retenues en matière de choix énergétique ou des matériaux par exemple, il faudra qu’il y ait une véritable préoccupation pour le bas carbone. »

- Les professionnels se modernisent pour être mieux écoutés, on le voit avec la nouvelle entité visuelle de Pôle Habitat FFB, que faut-il pour qu’ils soient enfin entendus par les pouvoirs publics en matière de construction ?

« Si les uns et les autres, vous, médias, nous, acteurs au service des filières de l’immobilier, les professionnels directement concernés avions la recette, on l’aurait mise en œuvre depuis longtemps. Force est de constater que vous médias, nous, filières de l’immobilier, et surtout les professionnels sont au rendez-vous, il faut que l’on soit écoutés. Il faut donc continuer de prendre la parole. »
Par Céline Coletto

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2020

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2020

Simulation gratuite PTZ
bot