Recherche d'articles
 
 
Les informations de l'immobilier neuf : tout savoir de l'immobilier neuf
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Interviews Edition du

Louise Bourdon, Groupe BDL : « Le lotissement a un avenir, il suffit de le réinventer »

Louise Bourdon, architecte
Louise Bourdon, architecte, fille d'un promoteur constructeur, a imaginé un nouveau modèle pour les zones pavillonnaires.

Tags : Construction, logement neuf, Pôle Habitat FFB, Challenge Habitat Innovant, groupe BDL


Prix spécial lors du séminaire technique du Pôle Habitat FFB à Lisbonne fin novembre, retour sur le projet « Ma Maison Ecotone », imaginé par le groupe picard BDL et l’architecte Louise Bourdon. 



- En quoi votre projet pourrait révolutionner les zones pavillonnaires existantes ?

 

« Ma maison Ecotone est un projet de densification douce du pavillonnaire qui permet de répondre à la problématique de la raréfaction du foncier. C’est aussi un projet pour favoriser la mixité sociale, de lutter contre l’isolement des personnes vieillissantes, qui se retrouvent seules dans des zones pavillonnaires. Nous sommes partis du constat qu’il y a aujourd’hui des zones pavillonnaires avec des maisons qui ont un peu mal vieillies, qui peuvent avoir du mal à trouver des acquéreurs. L’idée est donc de retravailler sur l’existant pour densifier et créer un projet complètement nouveau où les occupants partagent des espaces communs : potager intérieur / extérieur. Cela peut être une solution pour mieux vivre à la campagne et dans le péri-urbain en partageant avec les autres familles présentes. On peut imaginer les enfants de plusieurs familles qui jouent ensemble, un jeune couple qui fait les courses pour une résidente âgée… objectif : créer une communauté qui s’entraide. »

 

- Cela peut paraître utopique et pourtant, ce projet a été pensé sur un foncier qui existe ? 

 

« Je suis fille d’un promoteur / constructeur, les architectes n’aiment pas trop cela et à l’école d’architectes, nous sommes un peu conditionnés sur le fait que le pavillonnaire, ce n’est pas bien car cela étend les villes, cela consomme de l’espace... C’est ce qu’a dit aussi la ministre du Logement, Emmanuelle Wargon.

Lire aussi - Pourquoi la ministre Wargon stigmatise la maison ?


Je ne voulais pas que ça soit une fatalité, d’où l’idée de travailler les zones pavillonnaires d’une nouvelle façon. Je pense que le métier de constructeur a un avenir, il va juste falloir qu’il se réoriente sur sa proposition et qu’il s’adresse du coup à un nouveau type de personnes. Ce n’est pas utopique, on anticipe seulement. D’ici une dizaine d’années, les jeunes générations qui sont en train de militer dans les rues pour l’écologie, seront prêtes à vivre dans ce genre de projet, à vivre plus écologiquement et à davantage partager avec les autres. »

transformation maisons de lotissement
Sur le socle de deux pavillons, Ecotone crée 8 logements, des espaces partagés, sous une serre, entourés par un grand jardin cultivable. © Ma maison Ecotone / groupe BDL

 

- Votre projet pourrait correspondre au concept Bimby, « build in my back yard », littéralement, construire au fond de mon jardin, mais cela va bien plus loin.

 

« Sur le foncier initial, l’idée est de partir de deux maisons pavillonnaires pour créer 8 logements. Nous intégrons une partie des socles des maisons que l’on conserve auxquels on ajoute comme une bulle, une grande serre, véritable jardin intérieur où l’on trouvera des potagers pour consommer local et sa propre production. Cela permet aussi d’y créer des espaces supplémentaires aux logements.

L’avantage de la serre est qu’elle est transparente pour créer des relations visuelles mais aussi apporter un bien-être thermique et avoir un impact non-négligeable sur le chauffage au sein des logements. Cette pratique d’habiter dans une grande serre se développe beaucoup dans les pays nordiques comme la Norvège, qui arrive en Belgique. L’idée est de réemployer cette méthode pour l’adapter à la densification douce des zones pavillonnaires existantes. Donc, selon moi, ce n’est pas du tout utopique. Si des gens sont intéressés, on pourrait le concrétiser dès à présent. »

 

- Votre concept peut s’adapter à n’importe quel foncier, mais sur le foncier qui vous a servi pour ce projet, à quoi ressembleraient les logements construits et les services associés ?

 

« Dans notre projet, on construit 8 logements, totalement autonomes, très optimisés en termes de superficie. Le salon avec cuisine ouverte permettra de bien vivre mais les espaces communs serviront eux à recevoir la famille grâce à une grande salle à manger partagée et une cuisine partagée. Le projet prévoit aussi une salle de jeux partagée, un coin lecture, un atelier, des chambres d’amis, des potagers intérieurs / extérieurs, en plus d’un grand jardin, sans oublier les véhicules électriques partagés. »

 

- Une idée du prix d’un tel projet ?

 

maison en lotissement
Le projet Ecotone pourrait séduire les nouvelles générations, conscientes de l'importance de préserver l'environnement. © Ma maison Ecotone / groupe BDL
« En partant sur ce projet de deux maisons initiales, on pourrait créer 1 220 m² de surface plancher et on estime le coût à 2 192 €/m², ce qui reste abordable. L’avantage est que l’on mixte différentes typologies de logements pour s’adresser à toute clientèle : des familles, des seniors, des jeunes couples primo-accédants qui n’ont pas forcément les moyens d’acheter une maison avec un grand jardin, mais qui pourront ainsi bénéficier des espaces partagés. »

 

- Pourquoi appeler votre projet « Ma Maison Ecotone » ?

 

« Dans la nature, il y a des écotones partout. On n’y fait pas attention, l’homme les modifie ou les supprime. C’est un milieu de transition entre deux autres milieux. Cela va créer une épaisseur. L’écotone peut être assimilé à la serre, cela va être le milieu entre l’intérieur et l’extérieur. C’est cette bulle de protection qui va être habitable par les habitants mais qui va aussi être cultivée. Cela fait la transition entre l’homme et la nature.

C’est en partant de ce constat qu’est né « Ecotone ». A la base, je me suis aperçue que les lotissements en périphérie avaient tous des limites très nettes et brutales. Un milieu qui favorise la transition entre deux autres milieux, c’est la base du projet ou comment faire fonctionner l’homme et la biodiversité ensemble, de trouver un entre-deux qui ne soit pas fermé, comme la serre qui est transparente et qui sert de transition entre l’intérieur et l’extérieur. »

Par Céline Coletto

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2022

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2022

Simulation gratuite PTZ
bot