Recherche d'articles

 
 
Actualités Edition du
Mise à jour le 27/11/2018

Label E+C- : un nouveau label écologique unique au monde

label E+C-
Le label E+C- va préfigurer les bâtiments neufs de demain : à énergie positive et bas carbone.

Tags : écohabitat, label énergie-carbone, label EC


Un nouveau label environnemental pour le bâtiment vient d’être présenté par les ministres du Logement et de l’Environnement : le label E+C- pour aller vers des bâtiments à énergie positive et bas carbone. Un référentiel unique au monde.

C’est en parallèle de la COP 22, la 22ème conférence de l’ONU sur le climat, que les ministres du Logement et de l’Environnement, Emmanuelle Cosse et Ségolène Royal, ont présenté un nouveau label énergétique pour la construction neuve : le label E+C-, nouveau nom du label Energie Carbone
Il s’agit d’expérimenter la construction de bâtiments exemplaires afin d’anticiper la future réglementation environnementale grâce à ce nouveau label « Bâtiments à Energie Positive & Réduction Carbone » .
Alors que la loi de transition énergétique pour la croissance verte prévoit, à l’horizon 2018, la mise en place d’un standard environnemental unique au monde pour les bâtiments neufs, de nouvelles règles environnementales seront expérimenter d’ici là par les acteurs de la construction.

Un comité de pilotage pour évaluer le nouveau label


Pour la première fois, cette réglementation réunit les exigences en matière d’énergie et d’émissions de gaz à effet de serre dans le bâtiment. La phase d’expérimentation qu’ont lancé les deux ministres doit permettre de « soutenir le secteur de la construction dans le développement de solutions innovantes en faveur de la lutte contre le dérèglement climatique ». 
Car, en effet, il va falloir accompagner la filière vers ces nouveaux objectifs tout en maîtrisant les coûts et en soutenant la production de bâtiments abordables mais durables. Pour cela, un comité de pilotage vient d’être installé, coprésidé par le président du Conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique, Christian Baffy et l’Etat. Une instance qui va devoir « évaluer l’adéquation entre les ambitions, les coûts et la maîtrise technique des premières réalisations ».

Vers des bâtiments neufs à énergie positive... 


Cette ambition environnementale d’aller vers une généralisation de l’immobilier neuf à énergie positive, s’accompagne de la création d’un nouveau label : le label E+C- ou LabelEC. Un label qui certifiera « le respect des bonnes pratiques énergétiques et environnementales, avec un critère Energie et un critère Carbone ». Un label pour aller vers des bâtiments bas carbone mais aussi BEPOS, à énergie positive, pour réduire la consommation d’énergie non renouvelable, tout en renforçant la production d’énergies renouvelables, favoriser l’autoconsommation et l’injection d’électricité renouvelable dans les réseaux locaux, tout en limitant la production de gaz à effet de serre. 
Concrètement, afin de tenir compte des spécificités des typologies de bâtiments, de la localisation et de la nécessaire progression de l’ambition, il est proposé 4 niveaux de performance pour l’Energie et 2 pour le Carbone. Ainsi, un maître d’ouvrage peut choisir le couple d’indicateurs adaptés à son cas de figure pour expérimenter et obtenir son label : par exemple un niveau BEPOS 2 et un niveau Carbone 1, ou encore un niveau BEPOS 1 et un niveau Carbone 2. 
Pour ce qui est des niveaux d’ambition pour les niveaux « Energie 1 » et « Energie 2 » : il s’agit de réaliser entre 5 et 10 % de baisse des consommations d’énergies non renouvelables par rapport à la RT 2012. Le niveau « Energie 3 » impose pour le résidentiel, - 20% de réduction des consommations d’énergies non renouvelables avec une production d'énergie renouvelable significative. « Cela revient par exemple, pour un immeuble collectif, à dédier 50% de sa toiture à la production d'électricité renouvelable », précise le ministère du Logement et de l’Habitat durable. Ultime niveau, « Energie 4 », qui doit lui compenser l’ensemble des consommations non renouvelables. 

... et nouveauté, bas carbone !


Deuxième pilier de ce label : le bas carbone, c’est-à-dire parvenir à réduire les impacts environnementaux d’un bâtiment tout au long de son cycle de vie, de la production des éléments le composant à sa démolition. Une démarche qui doit permettre de valoriser les matériaux recyclés par exemple. Pour cela, il va falloir calculer l’empreinte carbone des nouvelles constructions, avec deux paliers Carbone 1 et Carbone 2. 
Le ministère a déjà donné un premier référentiel : pour un bâtiment collectif d’habitation, le niveau Carbone 1 correspond à des émissions maximales de 1 550 kg eq. CO2/m² SDP de gaz à effet de serre sur l’ensemble du cycle de vie, dont 800 kg eq. CO2/m² SDP pendant la seule phase de construction.
Place maintenant à la phase opérationnelle et à la prise en main de ce nouveau label par les maîtres d’ouvrage et autres promoteurs immobiliers d’ici à 2020 où une nouvelle réglementation thermique, la RT 2020, s’appuyant sur ce référentiel, entrera en vigueur.

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2018

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2018

Simulation gratuite PTZ
bot