Recherche d'articles
 
 
Les informations de l'immobilier neuf : tout savoir de l'immobilier neuf
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Actualités Edition du

Plan de sobriété énergétique : le logement à son tour mobilisé

plan sobriété logement
Chasse au gaspi afin de contenir les factures, voilà les ambitions du plan sobriété énergétique en matière de logement qui sera annoncé dès l’automne. © Shutterstock

Un groupe de travail « Logement » va travailler tout l’été pour proposer une série de recommandations concrètes, rapides et faciles à mettre en place d’ici l’automne dans le cadre du Plan « sobriété énergétique ».



Après les groupes de travail « Etat exemplaire », « Entreprises et organisation du travail », et « Etablissements recevant du public et grandes surfaces commerciales » et attendant le groupe « Collectivités Territoriales » ce jeudi, le gouvernement vient de lancer le groupe de travail « Logement » du Plan « sobriété énergétique ».
La ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, et le ministre délégué à la Ville et au Logement, Olivier Klein, ont réuni en ce mois de juillet les représentants des acteurs publics et privés du secteur du logement, en présence des énergéticiens et d’experts. 
« Avec ce groupe de travail, nous lançons la mobilisation de l’ensemble des acteurs du logement dans toute leur diversité : bailleurs privés et publics, associations de propriétaires et de locataires, promoteurs, syndics, grands groupes… Le bâtiment a un poids non négligeable dans la consommation énergétique et dans les émissions de gaz à effet de serre de notre pays. Ce groupe devra permettre de trouver des solutions pour les réduire. Notre objectif, c’est d’encourager une sobriété d’usage avec des actions très concrètes sur le chauffage, l’eau sanitaire ou l’éclairage », a souligné Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, en marge du lancement de cette concertation des acteurs.

 

Une concertation pour des effets concrets dès 2024

 

L’Etat s’étant fixé comme objectif de réduire de 10 % nos consommations d’énergie d’ici 2024, et de 40 % d’ici 2050, le logement est une composante essentielle pour y parvenir. En effet, le bâtiment représente en France près de 45 % de la consommation d’énergie finale et génère environ 20 % des émissions directes de gaz à effet de serre. 
D’où l’insistance des ministres pour rappeler leur pleine mobilisation pour faire la chasse au gaspillage énergétique dans un secteur où les enjeux sont immenses. Ainsi, la réunion a été l’occasion pour les experts de RTE, de GRTgaz, mais aussi du Réseau Action Climat, de partager leurs constats sur les grands enjeux énergétiques du secteur. De leur côté, les acteurs du logement, dans toute leur diversité (promoteurs, syndics, bailleurs sociaux, établissements publics, associations), ont fait part des actions déjà en place pour réaliser des économies d’énergie, tout en partageant leur détermination à aller plus loin encore. 

 

Gratuit, téléchargez notre guide

“ Acheter un logement neuf : mode d'emploi ”

  • Les avantages du neuf
  • Comment financer un logement neuf
  • Achat en VEFA, mode d'emploi
Veuillez renseigner votre adresse email dans ce champ pour télécharger notre guide.

Conformément au Règlement Général de Protection des Données – (UE) 2016/679., vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit, il vous suffit d'en faire la demande par mail (dpo@gao-communication.com) ou par voie postale à GAO-Communication, 3D allée Charles Péguy 74940 Annecy-Le-Vieux.

D’abord faire respecter les règles
 

Les forces en présence se sont toutes accordées sur la nécessité de faire connaître et appliquer les règles en vigueur. Exemple avec les températures dans les bâtiments, pour lesquelles le Code de l’Energie fixe des règles très claires : 19°c maximum pour le chauffage et 26°c pour la climatisation. Règle méconnue sur laquelle il a été décidé de davantage communiquer. 

 

Besoin d’un crédit immobilier ?

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques pour votre projet immobilier

Des actions simples et efficaces rapidement

 
Les participants ont également fait part de leur volonté de franchir un cap en matière de sobriété énergétique dans les logements, en travaillant à la mise en œuvre d’actions simples à effet rapide :
-    Mieux faire respecter les consignes de température, notamment les 19° de chauffage, car 1 degré de moins pour chauffer un logement permet 7 % de consommation énergétique économisée.
-    Calorifuger les réseaux d’eau chaude traversant des espaces non chauffés, pour 5 à 10 % d’économie d’énergie par an. 
-    Travailler sur un meilleur déploiement de l’individualisation des frais de chauffage qui peut permettre un gain de consommation de 15 %.
-    Installer des détecteurs de mouvement afin d’éteindre les lumières inutiles dans les parties communes ;
-    Déployer des systèmes de pilotage, en particulier de thermostats, qui permettent entre 100 et 200 euros d’économies chaque année.
Lors de cette concertation, mes participants ont également échangé sur l’importance de renforcer les dispositifs de soutien à la rénovation énergétique comme MaPrimeRénov’ et les Certificats d’économies d’énergies, CEE. Le dispositif de CEE sera d’ailleurs d’ores et déjà renforcé à hauteur de 4,8 milliards d’euros, ont annoncé les ministres. 
Le groupe « Logement » poursuivra le travail engagé durant tout l’été pour mettre au point un plan d’action simple et opérationnel d’ici fin septembre. 
Pour Olivier Klein, ministre délégué à la Ville et au Logement : « Ce groupe de travail illustre la méthode du gouvernement qui est d’écouter, de dialoguer et de co-construire avec l’ensemble des parties prenantes. La sobriété énergétique de nos logements est une nécessité. Je souhaite que nous accélérions sur la rénovation avec MaPrimRenov’, en accompagnant mieux et en accompagnant tout le monde, notamment les plus fragiles ».

Par Céline Coletto