Recherche d'articles
 
 
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
  • Constructeurs
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Interviews Edition du

Marc Villand, FPI IDF : « il faut continuer de construire en Ile-de-France pour concurrencer le Grand Londres »

Marc Villand, président FPI Ile de France
Le président des promoteurs immobiliers en Ile-de-France, Marc Villand, aspire à une meilleure gouvernance en Ile-de-France pour construire plus. © Natacha Gonzales

Tags : Immobilier neuf Paris, immobilier neuf Ile-de-France, promoteur, FPI


Président de la Fédération des Promoteurs Immobiliers en Ile-de-France, Marc Villand, également à la tête d'Interconstruction, prend comme exemple le Grand Londres pour comparer avec la région francilienne, alors que les élections municipales freinent la dynamique du logement neuf. Explications.

- Il y a selon vous exemple à prendre outre-Manche pour imaginer une nouvelle région francilienne plus dynamique. Pourquoi ?

« Le constat est qu’on est en retard. Il y a deux grandes démocraties européennes qui peuvent se comparer entre le Royaume-Uni et la France et nous sommes très en retard d’abord dans la perception du fait métropolitain et on est encore plus en retard dans la dimension politique. On ne fait pas les efforts nécessaires de pensée urbaine autour du Grand Paris. Le seul effort qu’on fait c’est en termes de transport avec le Grand Paris Express mais pour lequel on peut douter des délais annoncés. Le rythme de travail prévu pour suivre ces délais est deux fois plus rapide que celui rencontrer en Chine pour le même type d’ouvrage. Alors même si impossible n’est pas français, cela pose question. »

- Vous effectuez une comparaison entre le Grand Londres et le Grand Paris, qu’est-ce qui est différent ?

« D’abord, le Grand Londres est en avance en termes de gouvernance puisqu’il a été créé en 1999. Il est déjà au point en termes de transport et d’écologie avec la ceinture verte. Il est plus attractif et moins dense. Ils ont déjà eu les JO, comparé à Paris 2024 ; mais ils avaient surtout réfléchi auparavant. Ils ont un maire élu au suffrage universel pour l’équivalent de 1 500 km². Peut-être un équivalent trop puissant pour le système français, alors que la métropole du Grand Paris, avec11 établissements publics d’aménagement, c’est 850 km², la moitié du Grand Londres.
Moi, je suis désormais absolument partisan d’une région métropole. On ne sera plus le Grand Londres, l’équilibre francilien doit se faire au niveau régional avec 12 000 km² et avec ses espaces naturels. On peut inventer un nouveau modèle autour des circuits courts, d’une urbanisation à la fois dense et intelligente, de compensation écologique. Tout le reste, c’est déjà du passé et on se débrouillait déjà pas bien dans le passé. »

- Pour le moment, il n’y a pas encore cette région-métropole rêvée et pourtant, des élections municipales approchent et vous voulez battre en brèche l’idée reçue du « maire bâtisseur, maire battu ».
 
« Il n’y a qu’une seule chose à respecter à mon avis : l’année des élections municipales, il faut rester calme. Mais un maire qui transforme sa ville, c’est un maire réélu. Les habitants peuvent être très contents d’habiter des communes agréables et de pouvoir se rapprocher des zones d’emplois. Si le maire sait établir un lien, c’est tout à fait possible de continuer de construire. Exemple à Issy-les-Moulineaux où André Santini a transformé sa ville, tout en continuant à être élu. Châtenay-Malabry même chose, idem à Courbevoie malgré des circonstances difficiles avec le faubourg de l’arche... Idem en Seine-Saint-Denis comme à Saint-Ouen.
N’ayez pas peur messieurs les maires, nous avons besoin de vous. Il faudrait beaucoup plus vous aider car les maires sont des héros du quotidien. Il faut des aides financières, des aides pour les infrastructures et puis, peut-être aussi les rémunérer à leur juste valeur compte-rendu de l’implication que cela demande. »

- Quelles perspectives pour l’Ile-de-France en 2019 au final ?
 
« Il y a des besoins importants en Ile-de-France ; mais, ma crainte est que l’on n’arrive pas à combler ces besoins. Quand on connaît la longueur du processus de production de logements neufs, 7 ans environ jusqu’à la livraison, on peut être inquiet, dans un contexte politique compliqué. En effet, les maires actuels ne connaissent pas leurs futurs opposants : des macronistes, des gilets jaunes... ? Cela peut freiner encore plus sérieusement le lancement d’opérations neuves alors que la région Île-de-France, c’est 30 % du PNB, c’est le porte-avions de la France et il faut donc continuer à l’embellir, à y construire et lui donner un rayonnement international. Le tout avec l’objectif de rattraper le Grand Londres, qui reste devant nous dans le classement des villes agréables à vivre. Ça passera par une gouvernance intelligente et il faut que le Président de la République s’empare du sujet. Le courage peut payer en politique. »
Par Céline Coletto

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2019

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2019

Simulation gratuite PTZ
bot