Qu'est-ce que cache le recul de l'investissement résidentiel en France ?

Edition du
Chiffres clés

Si l’immobilier géré garde le vent en poupe, l’investissement résidentiel classique en France enregistre un trou d’air au deuxième trimestre 2022, selon ImmoStat. Un simple effet conjoncturel ?

investissement immobilier résidentiel
Le recul enregistré au deuxième trimestre ne pourrait être que conjoncturel de l'investissement résidentiel. © Shutterstock

Si l’immobilier géré garde le vent en poupe, l’investissement résidentiel classique en France enregistre un trou d’air au deuxième trimestre 2022, selon ImmoStat. Un simple effet conjoncturel ?

Trouvez un logement neuf en 3 clics !

Où cherchez-vous ?

  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
Trouver

Après un début d'année sur les chapeaux de roue, l'investissement résidentiel en France connaît un contre-coup conjoncturel au deuxième trimestre 2022, d'après les chiffres collectés par ImmoStat. Le deuxième trimestre 2022 s'inscrit en baisse de 47 % par rapport à la même période en 2021 en atteignant 566,3 millions d'euros. Les actifs résidentiels classiques et intermédiaires ont totalisé 3 milliards d'euros sur l'ensemble du premier semestre 2022, soit une baisse de 27 % sur un an. A lui seul, le deuxième trimestre 2022 s'inscrit en baisse de 68 % en atteignant 284 millions d'euros. A l'inverse, les actifs résidentiels gérés, type résidences seniors, étudiantes et coliving, ont totalisé 639,7 millions d'euros au premier semestre 2022, soit une hausse de 107 % en un an. 

 

Un recul passager pour l'investissement résidentiel ?

 

Pour les experts, ce ralentissement ne serait que conjoncturel puisque « plusieurs portefeuilles importants devraient néanmoins être finalisés au cours du deuxième semestre, permettant un rattrapage en fin d'année. Sur le premier semestre 2022, ce sont près de 3,7 milliards d'euros qui ont été investis, ce qui démontre l'attrait de cette classe d'actifs solide dans un contexte économique incertain. Ainsi, le Résidentiel confirme une fois de plus sa résilience », décrypte Jean-François Morineau, directeur général délégué conseil habitation et hospitality de BNP Paribas Real Estate.
Cette baisse doit en effet être relativisée et appréhendée dans son contexte général. « Nous constatons depuis mars 2022 une hésitation des professionnels, obligés de revoir leur plan d'action à la lumière de la nouvelle donne du marché des taux. Le deuxième trimestre est le reflet de cette hésitation avec des transactions dont la signature a été remise dans le temps. Nous pourrons véritablement mesurer l'impact sur le marché en décembre, avec les résultats du troisième trimestre, qui analysera des promesses signées après la fin de la politique de Quantitative Easing de la BCE. D'une certaine manière c'est l'immobilier en général qui est affecté par le rééquilibrage du marché. On peut cependant affirmer, sur le long terme, que la tendance du retour des investisseurs institutionnels sur le résidentiel se confirme une fois de plus pour ce premier semestre 2022 », assure Guillaume Atten, directeur d'Ikory Capital Markets.

 

Gratuit, téléchargez notre guide

“ Investir dans l'immobilier neuf : mode d'emploi ”

  • Les avantages du neuf pour investir
  • Quels dispositifs pour investir dans le neuf
  • Investir en VEFA, mode d'emploi
Veuillez renseigner votre adresse email dans ce champ pour télécharger notre guide.

Conformément au Règlement Général de Protection des Données – (UE) 2016/679., vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit, il vous suffit d'en faire la demande par mail (dpo@gao-communication.com) ou par voie postale à GAO-Communication, 3D allée Charles Péguy 74940 Annecy-Le-Vieux.

Focus sur l'immobilier géré et les résidences services

 

La bonne nouvelle de ce premier semestre 2022, ce sont les 640 millions d'euros investis depuis le début de l'année dans l'immobilier géré. Les volumes investis en résidences services ont doublé ce semestre par rapport au premier semestre 2021. Ce sont surtout les résidences senior (333 millions d'euros engagés) et les résidences étudiantes (263 millions d'euros) qui ont tiré le marché en ce début d'année. A l'inverse, le marché du coliving ralentit ce semestre avec quatre transactions pour 43 millions d'euros, contre plus de 150 millions d'euros au premier semestre 2021.

Autres Chiffres clés

Investir dans le neuf en station : à quel prix ?

A quelques semaines des vacances d'hiver et de la tenue des championnats du monde de ski alpin en France, à Courchevel/Méribel, la montagne française va faire parler d'elle. Alors découvrez notre dernier panorama de l'immobilier neuf en montagne avec...

Voir tous les chiffres clés