Recherche d'articles
 
 
Les informations de l'immobilier neuf : tout savoir de l'immobilier neuf
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Interviews Edition du

Nicolas Bonnet, Artis : « vers une nouvelle génération de résidences secondaires en station »

constructeur maisons Artis
Basé en Haute-Savoie, Artis avec sa double casquette de promoteur et constructeurs de maisons tire parti de la richesse de son territoire.

Tags : Immobilier neuf montagne, Artis


Directeur général du groupe de construction haut-savoyard : Artis, Nicolas Bonnet revient sur la bonne santé de cette entreprise à la fois ccmiste mais également promoteur immobilier, ce qui lui permet de tirer parti des atouts de tout son territoire d’implantation, avec de la résidence principale en périurbain jusqu’à la résidence secondaire en station.



- Quel bilan commercial tirez-vous déjà de cette année 2021 ? Lors de notre dernier échange, la VEFA permettait de compenser la baisse de l’activité en maisons, où en est-on aujourd’hui ?

 

« Nous faisons une très belle année sur la vente de maisons chez Artis. La stratégie est en effet que la VEFA vienne compléter le volume déjà développé en CCMI. La bonne nouvelle de la VEFA est que cela nous permet de nous lancer sur des opérations intermédiaires où nous allons davantage développer le produit, où nous allons mettre en avant notre savoir-faire, notre compréhension du marché, du client. C’est aussi l’occasion dans les communes d’aller plus loin qu’en proposant une simple maison. C’est apporter des solutions à des localités plutôt rurales ou péri-urbaines sur des aménagements groupés, des ouvertures, de la circulation douce dans certains quartiers. Ce n’est pas que l’acte de poser une maison sur une parcelle à bâtir ; mais de proposer des projets qui peuvent d’apparenter à des hameaux que l’on a connu historiquement dans nos villages. »

 

- Est-ce que votre double casquette et ces projets intermédiaires permettent également d’être mieux accueilli par les collectivités où l’on parle de ZAN et de fin de l’artificialisation des sols ?

 

« Nous sommes en effet mieux accueilli avec ce type de projets que sur du collectif pur car nous nous insérons plus facilement sur un tissu historiquement pavillonnaire, faible en densité. La maison groupée vient s’insérer dans un tissu résidentiel, la transition se passe bien, quand arriver avec un immeuble au milieu des pavillons et des maisons est vécu comme un acte intrusif et agressif. Nous allons donc vers des opérations avec un peu plus de densité, avec des formes que l’on connaissait dans le passé de type hameau, centre-bourg, sans implanter de la densité là où il n’y en avait pas culturellement. » 

 

- Quel est votre ressenti sur le marché du logement neuf en Haute-Savoie et les Alpes ? Quelles villes, quels secteurs tirent leur épingle du jeu ? 

 

« Nous voyons que le territoire va bien. Il y a des secteurs premium qui sont toujours aussi attractifs mais où la problématique de prix commence à peser ; tout en entraînant des situations de report, c’est-à-dire aller un peu plus loin pour trouver le budget que l’on souhaite mettre pour s’implanter durablement dans un logement de qualité, dans une belle région. Les acquéreurs sont donc prêts à faire quelques kilomètres de plus, à changer de secteur, à descendre dans la vallée pour certains, remonter plus loin pour d’autres. Quoi qu’il en soit, on a la chance d’avoir

programme neuf Doussars
Artis construit du logement neuf collectif et intermédiaire comme de la résidence secondaire en montagne sous forme de chalet bois. © Clos Natura / Doussard / Artis
un territoire où l’on peut encore se faire plaisir. »

 

- Quid des retours des élus sur ces territoires attractifs ?

 

« Nous avons plus d’inquiétude avec notre casquette de promoteur immobilier. Il y a globalement un rejet de la part des élus et indirectement des populations sur le collectif. Le collectif qui a de plus en plus de mal à trouver sa place dans la tête des élus et des riverains, en particulier, en milieu urbain. Pour nous, c’est déstabilisant car nous sommes paradoxalement mieux acceptés en territoire péri-urbain, voire rural avec des formes de densité un peu plus importantes, dans des communes à la recherche de nouvelles populations : familles monoparentales, jeunes couples… En ville, nous ne parvenons plus à proposer de la densité dans des secteurs déjà construits. C’est une vraie inquiétude car nous faisons face à une nouvelle génération d’élus, très clairement anti-construction, qui n’assument plus leur PLU. »

 

- Quel est le profil de vos acquéreurs actuellement ? Qu’est-ce que vous demande la clientèle ? 

 

« En face, la clientèle est très variée. Aujourd’hui, il n’y a plus de majorité mais une somme de minorités et c’est ce que l’on retrouve dans nos produits. Il y a une importante diversité dans nos clients comme dans nos offres : nous pouvons faire de la petite maison en périurbain au sud de Chambéry comme un très beau chalet en station, un bel immeuble dans le centre-ville de Thonon comme une opération intégrée de petit collectif, Le Clos Natura à Doussard au bout du lac d’Annecy où nous avons un beau succès commercial. Nous nous retrouvons avec à chaque fois un questionnement : qui allons-nous séduire sur une telle localisation ? Aujourd’hui, la clientèle est toujours aussi jeune avec des demandes qui évoluent : davantage de déco par exemple, à laquelle s’oppose une clientèle plus senior qui fait le choix d’une dernière maison. Sur le secteur de la montagne où nous nous développons de plus en plus, nous voyons une nouvelle catégorie d’acheteurs en résidence secondaire, plutôt vertueuse, avec un objectif de gestion locative en plus de leur propre usage. Cela pourrait être un des axes de développement chez nous. »

 

- Justement, à quoi ressemblera le logement neuf de demain chez Artis ? Comment faire la différence ? 

 

« Nous avons tout à fait intégré que les demandes sont larges. Notre vision du métier est d’être, nous aussi, large dans notre manière d’aborder les clients et les types de construction que nous allons leur proposer. Nous avons fait le choix d’être un constructeur régional complet. Nous utilisons le CCMI, nous utilisons la VEFA ; nous faisons des petites maisons, des grandes maisons, de la construction bois ou traditionnelle, du collectif, de l’individuel, nous faisons de l’urbain, du périurbain, de la montagne, des bords de lac. Notre territoire est large,

maison bois Haute-Savoie
Selon Artis, la résidence secondaire à la montagne connaît une révolution : finis les volets clos, plus connectée, elle se vivra toute l'année. © Chalet Brevent / Artis
notre production l'est aussi. C’est une belle exigence qu’apportent nos équipes car cela nous pousse à avoir de la souplesse et de l’agilité. 

On parlait de la montagne par exemple, nous allons vers une nouvelle génération de maisons et de chalets qui seront prêtés, loués, utilisés pour travailler une partie de l’année, hors saison pour d’autres formes de clientèle. C’est un sujet intéressant car nous sortons de ce que l’on connaissait, c’est-à-dire la résidence secondaire fermée une grande partie de l’année, à un bien beaucoup plus partagé, plus performant énergétiquement, plus utilisé par des clientèles différentes.

 

Lire aussi - Résidence secondaire : comment réduire les frais ?

 

L’affectif n’empêche pas une gestion raisonnée et vertueuse de son habitat secondaire. C’est une vraie nouveauté grâce à des outils type AirBnB ou la mise en place de conciergerie. On peut être les premiers clients de sa propre résidence secondaire, les lits sont faits à votre arrivée, la maison est chauffée… C’est une nouvelle génération de clients, mais aussi de production plus connectée, plus facile à entretenir, plus vertueuse, plus spacieuse. »

 

- Quelle est l'opération emblématique du moment qui caractérise le mieux votre savoir-faire ?

 

« Côté maison, nous avons mis beaucoup d’énergie sur le passage à la RE 2020 qui a mobilisé les équipes toute l’année et Artis est prêt avec un gros travail pour proposer des maisons nouvelle génération avec la performance adéquate. Côté collectif, nous avons de beaux lancements commerciaux : exemple plus de 65 logements neufs à Saint-Pierre-en-Faucigny et arrivera cet hiver un programme neuf au cœur de Chamonix. »

Par Céline Coletto

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2022

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2022

Simulation gratuite PTZ
bot