Recherche d'articles
 
 
Les informations de l'immobilier neuf : tout savoir de l'immobilier neuf
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Interviews Edition du

Ludovic Montaudon, Groupe Tisserin : « Il faut un vrai débat sur la désirabilité du logement »

Ludovic Montaudon groupe tisserin
Ludovic Montaudon, DG du groupe Tisserin, revient sur le rachat de Nacarat qui participe à la stratégie de développement national de la société. © Charles Mangin

Directeur Général du Groupe Tisserin, ex-Procivis Nord, Ludovic Montaudon revient sur le rachat surprise de Nacarat et sur la stratégie de cette société coopérative, dont les statuts permettent de produire autrement du logement neuf. 



- Pouvez-vous nous présenter le Groupe Tisserin et surtout nous expliquer comment et pourquoi il a pu racheter, un peu à la surprise générale, il y a quelques mois Nacarat ?

 

« L’explication principale est que nous étions auparavant un groupe bancaire, qui ne s’appelait pas encore le groupe Tisserin mais Procivis Nord, actionnaire principal du Crédit Immobilier de France. Cette banque a disparu suite à la crise financière de 2008 et en accord avec le gouvernement français, elle est passée en procédure d’extinction jusqu’en 2035 environ. Cette société Procivis Nord, qui était avant tout un banquier, a réfléchi à transformer ses activités en s’appuyant sur l’immobilier qui était jusque-là une activité secondaire. En tant que dirigeant, je suis donc là pour m’occuper de cette mutation, c’est-à-dire transformer définitivement ce groupe bancaire en un groupe immobilier à part entière. Nous avons réfléchi à un plan stratégique pour organiser notamment notre expansion nationale et c’est là qu’est apparue l’opportunité de racheter Nacarat à Rabot Dutilleul.

Cette croissance externe nous sert aujourd’hui d’ossature pour notre développement national. On en a profité pour changer de nom et devenir le Groupe Tisserin ; mais en maintenant les sociétés historiques du groupe que sont Grand Sud Développement et Tisserin Promotion, qui s’appelait Pierres et Territoire depuis plus de 40 ans et qui était le promoteur interne du groupe. Nous avons maintenu ses structures et nous sommes d’ailleurs en train d’opérer une différenciation entre ces différentes sociétés, ces différentes marques que sont Nacarat, Tisserin Promotion et GSD. D’autant qu’à côté, nous faisons aussi de la construction de maisons individuelles, nous avons des agences immobilières, nous sommes aussi bailleur social. »

 

- Quel bilan commercial tirez-vous de 2021 pour l’ensemble des structures ? Ont-elles connu la même dynamique par exemple ?

 

« Globalement, elles sont toutes les trois dans l’épure du marché, donc un marché en 2021 en demi-teinte, à mi-chemin entre 2019, avant la crise sanitaire et 2020, l’année de la crise sanitaire. Toutes nos structures sont dans le marché avec une belle relance de notre activité mais qui se traduira plus tard dans les chiffres. Nous avons emmagasiné en 2021 des programmes neufs importants, bien placés, bien conçus qui nous permettront de croître en 2022 et 2023.

A voir comment cette année va évoluer avec la sortie de la crise sanitaire, une guerre en Ukraine que personne n’avait vu venir et surtout une année d’élections où le logement n’occupe pas encore une place prépondérante dans le débat. A voir aussi comment remontent les taux d’intérêt ce qui risque de ralentir le marché. Pourtant, nous sommes résolument optimistes car nous avons des projets dans les cartons particulièrement intéressants. Quelle que soit la tenue du marché, compte-tenu de leur situation, de leur positionnement prix, de leur profil très axé sur le développement durable, sur la mixité sociale, avec notamment de l’accession sociale, nous sommes plutôt confiants. »

 

- Qu’attendre du futur Président de la République alors que le logement a encore été le grand absent de la campagne, malgré le fait que le pouvoir d’achat est la priorité des Français ?

 

« Certes, le logement n’est pas le sujet principal du débat public actuel mais c’est un thème qui pourrait revenir en force. Quand on parle de pouvoir d’achat, le logement est une part importante du budget des ménages, car les prix ne cessent d’augmenter ces derniers mois. Cela va donc rapidement bloquer. Les prix vont certainement mettre la pression sur le gouvernement et cela pourrait changer la donne. Il y a aussi les effets de la crise sanitaire : tout le monde a envie d’un logement plus agréable, plus lumineux, plus confortable, en raison du télétravail puisque l’on passe davantage de temps chez soi mais aussi car chacun ressent le besoin d’avoir un environnement plus serein. Le logement peut aider à cela.

programme neuf Nacarat
Pour améliorer la désirabilité des logements neufs, le groupe Tisserin a pris plusieurs engagements forts autour de l'accession et le DD. © Domaine Saint Marc / Aix-en-Provence / Nacarat
Ce que je reproche aujourd’hui à la politique du logement en général, c’est de ne parler que de chiffres, du nombre d’autorisations délivrés, de mises en chantier mais on parle assez peu de la qualité d’usage et de la manière de transformer nos villes pour les rendre plus agréables. On doit aller vers la densification dans un pays comme la France qui consomme beaucoup d’espaces naturels et à terme, il faudra redevenir plus raisonnable et donc repenser la manière de construire du logement, de construire la ville. Qu’est-ce que j’attends du gouvernement, bien sûr, la même chose que les autres promoteurs : que le cadre réglementaire soit stable et surtout qu’il soit plus simple et plus sécurisé d’obtenir des permis de construire auprès des maires, qui doivent être plus enclins à ne pas diminuer les constructibilités de leur PLU. Ça, c’est le discours classique, c’est la base ; mais j’aimerais que d’autres items viennent dans le débat public comme la désidérabilité du logement. Il s’agirait de montrer que le logement devrait être quelque chose de positif dans la vie des gens, que se soit pour louer ou acheter un logement. » 

 

- Justement comment soutenir les primo-accédants et l’accession à la propriété face à l’envolée des prix des logements neufs ? Vous parlez de désirabilité, mais comment redorer le blason de l’appartement neuf en ville, face à la maison individuelle en deuxième voire troisième couronne, qui reste moins chère ?

 

« Le prix est le premier critère d’achat. Qu’est-ce que l’on peut s’offrir pour un budget déterminé ? D’autant que cette maison achetée en deuxième ou troisième couronne à un constructeur de maisons individuelles, on peut l’aménager au fil de l’eau, on peut l’acheter sans les peintures, sans certaines finitions, que l’on va réaliser soi-même ou quand on aura les moyens ou le temps de leur faire. 

Notre chance dans le Groupe Tisserin est que nous sommes une société coopérative avec un statut très particulier qui fait que nous ne distribuons pas de dividendes à nos actionnaires et ces dividendes ont peut les réinvestir dans ce que l’on appelle des missions sociales. Ces missions sociales peuvent favoriser l’accession sociale à la propriété : cela peut être des prêts à taux bonifiés ou à taux zéro pour faciliter l’accession de certains ménages modestes. 

Autre atout de nos statuts : nous intervenons à la fois dans le champ concurrentiel classique mais aussi dans le champ du logement social, ce qui est rare dans la promotion immobilière. Cela nous permet de mettre en place un certain nombre de dispositifs en interne pour soutenir l’accession à la propriété que d’autres n’ont pas. Nous avons ainsi créé un Office de Foncier Solidaire pour proposer du BRS, Bail Réel Solidaire, qui permet de n'acheter que l’usufruit d’un logement et pas sa nue-propriété. Dans les zones très tendues, où la part du foncier est très importante, cela permet de diminuer de manière considérable le prix d’achat et donc de proposer des logements très bien placés à des prix très concurrentiels et cela pourrait permettre à certains de revenir habiter la ville. 

Aujourd’hui, dans nos opérations, nous travaillons deux thèmes : une forme de justice sociale et le développement durable, deux convictions liées à nos gènes, nos statuts. Notre société existe depuis plus de cent ans et depuis tout ce temps, elle favorise l’accession à la propriété au départ avec le Crédit Immobilier de France. En matière de développement durable, nous sommes aussi très impliqués, déjà car un promoteur qui n’irait pas dans ce sens se sortirait du marché ; mais c’est aussi par conviction car ce développement durable participe à la qualité du logement dont on parlait. Nos résidences sont plus vertes en favorisant la biodiversité, la qualité paysagère, la qualité de l’air intérieur… C’est sur ces deux sujets que nous investissons aujourd’hui afin de proposer des produits plus qualitatifs et plus abordables à nos clients. »

 

- Comment avez-vous anticiper l’entrée en vigueur de la RE 2020 sur vos projets ? Peut-on imaginer du logement encore plus autonome face à la crise énergétique qui pourrait se profiler ? Sur quels thèmes travaillez-vous pour penser le logement neuf de demain ?

 

programme neuf Tisserin Promotion
Le groupe Tisserin travaille de plus en plus sur des programmes mixtes, comme ici, à Wattrelos, un mélange d'appartements neufs et maisons. © Flanelle / Wattrelos / Tisserin Promotion
« Toutes les opérations que nous mettons sur le marché doivent remplir un certain nombre de critères en interne pour pouvoir être commercialisées. Si elles n’atteignent pas ces critères, notamment de performances énergétiques au-delà de la RE 2020, elles sont retoquées. Nous travaillons diverses solutions pour cela. Par exemple en matière de maîtrise des charges, nous allons prochainement mettre sur le marché du logement sur lesquels nous nous engagerons sur le niveau de performance énergétique avec charges maîtrisées. Nous réfléchissons aussi à des logements passifs et donc moins énergivores que ceux issus de la réglementation environnementale 2020. Pour ce qui est du pilier bas carbone de cette RE 2020, nous imaginons aussi de la construction hors site afin de limiter l’impact de nos chantiers tout en assurant une qualité de finition supérieure à du logement classique. Il s’agit donc de proposer dès 2022/2023 des logements en avance sur la réglementation du moment. »

 

- Quels sont les programmes résidentiels emblématiques de votre savoir-faire en commercialisation actuellement ?

 

« Pour l’activité de Nacarat, on peut citer Le Domaine Saint Marc à Aix-en-Provence. Une adresse prisée au cœur d’un domaine protégé, à 10 minutes du cours Mirabeau. Le programme propose un cadre de vie intimiste avec seulement 41 appartements, du deux au cinq-pièces dans un écrin de verdure.

On peut aussi citer le programme neuf Flanelle à Wattrelos par Tisserin Promotion. Il s’agit d’un nouveau programme mixte qui se décline en appartements du deux au trois-pièces et en maisons de trois chambres avec jardin. Idéalement situé au sein du nouveau quartier de La Lainière, c’est un site qui s’inscrit dans une logique de développement durable et qui ambitionne de devenir l’emblème de la ville de demain, dans un cadre verdoyant.

Désormais, nous travaillons aussi davantage sur comment mixer l’immobilier entreprise et logement et donc des projets qui mélangent bureaux, services, coliving, coworking..., qui sont en construction et dont les commercialisations devraient débuter cette année. »

Par Céline Coletto

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2022

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2022

Simulation gratuite PTZ
bot