Recherche d'articles
 
 
Les informations de l'immobilier neuf : tout savoir de l'immobilier neuf
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
  • Constructeurs
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Interviews Edition du

Nadia Kateb, Eiffage Immobilier : « L'attrait pour les terrasses et espaces verts se confirme déjà dans les réservations »

Nadia Kateb, directrice commerciale Eiffage Immobilier
Pour Nadia Kateb, directrice commerciale Eiffage Immobilier, le parcours de vente déjà à 100 % digitalisé permet d'assurer l'optimisme.

Tags : Immobilier neuf, promoteur immobilier, coronavirus, Eiffage Immobilier


Directrice commerciale chez Eiffage Immobilier, Nadia Kateb revient sur la période de confinement chez le promoteur constructeur mais aussi sur les conséquences qu’aura la crise sanitaire liée au coronavirus dans le logement neuf de demain.


- Comment Eiffage Immobilier a réagi au confinement ? Comment avez-vous continué à travailler pour être en lien avec vos clients et les prospects ?

« Dès l’annonce du confinement, nous avons été prêts assez rapidement chez Eiffage Immobilier car nous étions déjà tous équipés de logiciels spécifiques pour maintenir le lien avec les équipes opérationnelles et commerciales en interne. 
Cela a aussi été utile pour être présent aux côtés de nos clients afin de les accompagner. Nos attachés clientèles, nos conseillers commerciaux…, via les outils de visio, de mails, de téléphone, sont restés à leur disposition. Nous les avons contactés de nous-même pour les rassurer, pour les informer de l’évolution des chantiers, via des newsletters. Cela s’effectuait par des envois de photos pour illustrer la reprise progressive des chantiers par exemple. Cela leur a beaucoup plu et d’ailleurs, nous n’avons pas spécialement enregistré de désistements sur cette période. 
Nous avons même réussi à conquérir de nouveaux prospects, ce qui nous a surpris. Il s’agissait de prospects qui avaient du temps à consacrer à leur projet immobilier. Cela a été rendu possible car depuis un an et demi, nous avons, chez Eiffage Immobilier, un parcours déjà 100 % digitalisé. Nous n’avons pas eu à développer cette digitalisation, qui existait en amont. Il s’agissait plutôt d’une accentuation de ce parcours digital. 
Avec les maquettes numériques, par exemple, dès les présentations, le client peut naviguer dans son programme neuf, dans l’environnement de la résidence, se promener avec les plans 3D et pouvoir meubler virtuellement son appartement neuf, jusqu’à la modélisation des choix de matériaux : carrelage, parquet… Nous avions déjà ces outils numériques à disposition des clients. 
Autre outil déjà mis en place : la signature électronique depuis environ trois ans. Même en bureau de vente, avec le contact physique, nous n’imprimions plus les 300 pages d’un contrat de réservation. Tout cela s’est complété avec le recommandé électronique déjà en place depuis plus d’un an. C’est ce qui nous a permis de réagir rapidement à ce confinement. Un parcours de vente complet a été rendu possible par le décret de signature à distance chez les notaires, qui a permis d’authentifier une vingtaine de ventes, dans un contexte complexe. »

- Surprenant, vous le disiez, cette présence de la demande et des ventes qui se sont réalisées durant ce confinement ?

« Nous avons eu en effet un bon taux de connexion et de transformation, même si cela reste moindre qu’en avril 2019. Ce n’était pas des curieux mais des porteurs de vrais projets immobiliers. Nos partenaires bancaires étaient également présents pour éditer les dossiers de prêt. Au final, la chaîne ne s’est jamais réellement arrêtée. Nous avons ainsi pu réaliser une centaine de réservations au mois d’avril. »

- De quelle manière les chantiers repartent ? Est-ce un atout de faire partie d’un groupe de construction, en comparaison d’autres promoteurs ?

« Pour nos clients et d’un point de vue commercial, c’est un atout de pouvoir communiquer sur notre statut de promoteur-constructeur. Plus de 60 % de nos chantiers ont repris ; certains déjà à 100 % de leur capacité comme le chantier de la tour en bois Hypérion à Bordeaux qui est en phase second œuvre. Notre double expertise de promoteur et de constructeur nous a permis d’étudier une reprise spécifique et adaptée à tous nos chantiers. Cela a facilité la reprise, malgré les différents corps de métier impliqués. Cette mobilisation a pu se mettre en marche car nous coordonnons
logement écologique Bordeaux
L'emblématique chantier de la tour bois Hypérion à Bordeaux a repris à 100 %, confirmant la double expertise de promoteur constructeur d'Eiffage. © Hypérion / Bordeaux / Eiffage Immobilier
en interne toute la chaîne opérationnelle jusqu’au lien avec les architectes… La reprise des chantiers va s’accentuer encore dans les semaines à venir. »

- Quid de la sortie de crise ? Quelles sont vos perspectives pour les semaines, mois à venir ? Qu’avez-vous prévu pour accompagner la sortie du confinement ?

« Nous sommes assez optimistes car nous savons que l’immobilier a un rôle important à jouer pour soutenir l’économie dans l’après-crise. Nos perspectives sont d’abord d’asseoir la reprise totale des chantiers. En parallèle, nous sommes confiants dans la commercialisation de logements neufs. Comme nous avons vécu dans nos appartements depuis deux mois, l’immobilier est d’autant plus une valeur refuge. L’immobilier neuf continue de bénéficier de dispositifs comme le Prêt à Taux Zéro pour les primo-accédants ou la loi Pinel pour investir. Nous savons que certains Français ont beaucoup épargné pendant cette période et l’investissement immobilier restera toujours présent pour eux. Les taux d’emprunt restent bas, même si cela remonte légèrement. Le logement reste accessible pour les Français soucieux de préparer l’avenir. 
En plus du parcours digitalisé, nous avons modifié nos contrats de réservation. Il y avait un délai de 45 jours pour obtenir un financement, le délai a été porté dès la fin mars à 90 jours après la fin du délai de confinement. De quoi laisser du temps aux acheteurs de trouver un financement après la période de confinement. Des acquéreurs qui ont actuellement la particularité d’avoir un projet précis et un budget fixé. »

- Certains tablent sur une baisse des prix de l’immobilier, qu’en pensez-vous ?

« Il y avait déjà une pénurie de logements neufs en début d’année, après une année 2019 exceptionnelle. Il y avait déjà moins d’offre auparavant et cela va s’accentuer dans les principales villes françaises où la demande va rester supérieure à l’offre. Même si nous allons poursuivre nos lancements commerciaux, dans les grandes métropoles, l’offre reste faible. Donc pas de raisons à voir les prix du neuf diminuer. Nous essayons plutôt de les contenir. » 

- Les lancements commerciaux se poursuivent-ils chez Eiffage Immobilier ?

« Nous allons lancer deux programmes immobiliers d’ici la mi-juin : 30 logements neufs à Cherbourg et un autre programme neuf Dou Cassou à Ondres, près de Bayonne. Dans le cadre de nos grands programmes, de nouvelles tranches seront ainsi lancées en septembre à Clamart où il y a un ensemble de 1 000 logements, tout comme à Châtenay-Malabry sur l’opération LaVallée. Pour le reste, ce sont surtout les délais administratifs qui sont rallongés et qui entraînent un décalage dans la commercialisation. »

- Avez-vous déjà observé un certain changement dans la demande en termes de logement neuf ? Qu’est-ce que cette crise sanitaire va changer à terme pour le logement neuf ?

« Plus d’espaces extérieurs, plus d’espaces dans les appartements, se mettre davantage au vert, oui, la demande évolue. Dans le cadre de nos projets, comme dans les écoquartiers, les espaces verts sont déjà privilégiés, même pour des résidences en centre-ville. Nous raisonnons en jardins partagés, en espaces verts. Le besoin d’espaces extérieurs se traduit déjà concrètement : nos trois premiers appartements neufs réservés pendant ce confinement sont des logements en rez-de-chaussée avec terrasse à Saint-Ouen. 
L’avantage de l’immobilier neuf est de pouvoir personnaliser son logement et de le dessiner pour qu’il convienne aux occupants. Sur les grandes typologies de logement, à partir du quatre-pièces,
logement neuf Ondres
Vers encore plus d'espaces verts, potentiel des villes moyennes, appartements modulables, voici les pistes pour l'immobilier neuf post-confinement. © Dou Cassou / Ondres / Eiffage Immobilier
l’espace extérieur est primordial, personne ne renoncera à la terrasse, d’autant plus aujourd’hui.
Nous sommes en avance sur cette thématique. En 2017, parmi les lauréats de notre concours interne Immoinno, nous trouvions déjà un appartement modulable pour pouvoir déplacer une cloison afin d’augmenter ou réduire la taille de son salon en fonction des besoins. » 

- Est-ce que les villes moyennes pourraient en profiter ? CDC Habitat annonce par exemple qu’il va doubler la proportion de logements réalisés dans les villes moyennes.

« On pourrait en effet voir un retour de ces villes moyennes. Cela va d’ailleurs conforter les dispositions engagées avec la loi Denormandie et Action Cœur de Ville. Reste que pour le moment, il n’y a qu’un frémissement avec le télétravail. A voir comment les entreprises vont gérer cela désormais. Si demain, nous avons tous trois jours de télétravail, les villes moyennes seront dynamisées. Aujourd’hui, en effet, la distance ne se calcule plus en kilomètres grâce à internet et aux outils digitaux ; mais il faut créer ce qu’il va avec, comme nous le faisons chez Eiffage Immobilier quand nous construisons du logement neuf, c’est-à-dire en produisant aussi des commerces, des bureaux… 
Il est peut-être trop tôt pour savoir si les villes moyennes deviendront un potentiel vivier. Cela va, à mon sens, dépendre surtout de comment les entreprises vont évoluer. Nous avons l’impression que nous avons tous appris à changer nos modes de vie, à voir dans le temps. Ce qui bloquait jusqu’ici le développement des villes moyennes, c’était la notion de télétravail et de distance par rapport au lieu de travail, à voir si les entreprises changeront aussi. A voir également si les villes moyennes offriront un réel potentiel économique pour accompagner ce développement. »

- Est-ce qu’à long terme la forme des logements/immeubles sera bouleversée, en offrant une pièce pour télétravailler par exemple ?

« Nous avions imaginé une modulation de nos appartements avec des cloisons modulables en fonction de la composition familiale, mais cela pourra se faire également pour permettre le télétravail. Nous proposons déjà la formule Origami dans 5 logements du programme neuf Carré d’Eden à Clamart ; cela pourrait s’étendre à toute notre production dans l’avenir. 

- Est-ce que cette période de solidarité accrue conforte certains de vos concepts comme Cocoon’Ages, nouvelle résidence intergénérationnelle ?

« Nous n’en avions jamais douté mais il est vrai que de belles actions de solidarité se sont mises en place pendant cette période. Les voisins se redécouvrent entre eux mais surtout ils sont solidaires. Personne n’est resté seul et ce mix de générations s’est bien mis à l’œuvre sur ces résidences. »
Par Céline Coletto

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2020

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2020

Simulation gratuite PTZ
bot