Immobilier neuf Toulouse : des vents contraires

Edition du
Chiffres clés

Des vents contraires soufflent sur le marché de l’immobilier neuf à Toulouse avec une ville-centre à rebours de la tendance métropolitaine ; mais qui reste globalement toujours sous-alimenté et chahuté par les conditions de financement. 

immobilier neuf Toulouse
Pas encore de bonnes nouvelles à l'horizon pour l'immobilier neuf à Toulouse et sa métropole au terme du troisième trimestre 2022.

Des vents contraires soufflent sur le marché de l’immobilier neuf à Toulouse avec une ville-centre à rebours de la tendance métropolitaine ; mais qui reste globalement toujours sous-alimenté et chahuté par les conditions de financement. 

Trouvez un logement neuf en 3 clics !

Où cherchez-vous ?

  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
Trouver

Le troisième trimestre a complètement rebattu les cartes de la dynamique du marché du logement neuf à Toulouse et sa région, selon l’Observer, observatoire de l’immobilier neuf toulousain. 
En effet, à la fin du premier semestre 2022, le volume d’activité était faible mais ne régressait plus par rapport à la même période en 2021. Une forte tension sur l’offre et des niveaux de prix en hausse étaient à l’œuvre, mais avec l’espoir d’une trajectoire positive pour les mises en vente. Or, l’addition des chiffres du troisième trimestre 2022 change la donne, avec désormais une dynamique des mises en vente légèrement positive sur l’aire urbaine et en net recul sur la ville de Toulouse, mais des ventes au détail observées en très fort recul. Rien qui puisse vraiment rassurer les promoteurs immobiliers toulousains.

 

Nouveau recul des mises en vente de logements neufs à Toulouse

 

Au sein de l’aire urbaine, l’Observer enregistre 3 913 mises en vente sur les neuf premiers mois de 2022 : une évolution de + 5 % par rapport à la même période en 2021. Cette évolution des mises en vente, est principalement portée par le premier semestre, en lien avec la hausse ponctuelle liée à l’afflux de demandes de permis de construire sous RT 2012 constatée fin 2021, en anticipation de l’entrée en vigueur de la RE 2020
A l’échelle de la ville de Toulouse, la trajectoire de mise à l’offre est, elle, à nouveau négative, avec depuis le début de l’année 2022, 1 606 logements mis en vente, soit 14 % de moins qu’à la même période de l’année précédente et 3.5 % de moins que sur la même période de 2020.

 

Gratuit, téléchargez notre guide

“ Acheter un logement neuf : mode d'emploi ”

  • Les avantages du neuf
  • Comment financer un logement neuf
  • Achat en VEFA, mode d'emploi
Veuillez renseigner votre adresse email dans ce champ pour télécharger notre guide.

Conformément au Règlement Général de Protection des Données – (UE) 2016/679., vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit, il vous suffit d'en faire la demande par mail (dpo@gao-communication.com) ou par voie postale à GAO-Communication, 3D allée Charles Péguy 74940 Annecy-Le-Vieux.

Encore une baisse des ventes d’appartements neufs à Toulouse

 

Dans le même temps, une nouvelle baisse des transactions est enregistrée avec 811 ventes nettes au troisième trimestre 2022 : un niveau au plus bas depuis 10 ans, en retrait de 42 % par rapport au troisième trimestre 2021.

Idem dans Toulouse intra-muros avec un recul des ventes de 52 % rien que sur ce trimestre. Comme à l’échelle de l’aire urbaine, les ventes aux investisseurs reculent : - 58 % des ventes au troisième trimestre, - 33 % depuis le début de l’année. La part des réservations aux investisseurs diminue encore à 52 % environ, quand il y a encore quelques années, trois-quarts des ventes étaient réalisées auprès des propriétaires bailleurs.
En plus des problèmes liés à l’offre, ces dernières semaines font apparaître des difficultés liées au durcissement des conditions de financement : le taux de désistement atteint en effet 27 % sur la période, en hausse de 7 % par rapport au premier semestre 2022 et de 13 % par rapport à l’année 2021. Pour Laëtitia Vidal, la présidente de l’Observer de l’immobilier toulousain, c’est presque un dossier sur trois de réservation qui n’est pas arrivé à son terme au cours du troisième trimestre, et à 80 % pour des raisons de financement.

 

Un stock de programmes neufs en commercialisation qui s’améliore

 

Comme au premier semestre, la stabilisation de l’alimentation du marché, face à des ventes en baisse permet une timide reconstitution du stock disponible à environ 3 840 logements à fin septembre 2022. Avec 9.3 mois de stock théorique, le marché reste toutefois en situation de pénurie. De quoi maintenir une hausse des prix de vente, qui atteignent 4 300 €/m² sur les trois premiers trimestres cumulés, soit une hausse de 7.1 % par rapport aux trois premiers trimestres 2021. Même tendance dans Toulouse. Le prix moyen s’établit à 4 500 € sur les trois premiers trimestres soit une hausse de + 6.7 % en comparaison de 2021. « Comme à l’échelle de l’aire urbaine, cette dynamique haussière vient aujourd’hui limiter l’attractivité auprès des investisseurs et se heurte aux capacités financières des ménages dans un contexte de hausse des taux d’intérêts », analyse l’Observer. 

 

Besoin d’un crédit immobilier ?

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques pour votre projet immobilier

L’immobilier neuf dans le Sicoval toujours dans le positif

 

A l’inverse de la métropole toulousaine, le territoire du Sicoval, comme à Labège, Castanet-Tolosan ou Ramonville-Saint-Agne, connaît un prolongement des tendances positives observées depuis le début de l’année. Les mises en vente continuent de progresser : + 28 % au regard des neuf premiers mois de 2021, une année déjà marquée par une certaine reprise de l’activité. De quoi dynamiser les ventes : + 5.5 % depuis le début de l’année. Ici, le taux de désistement reste stable, à 13 % sur les trois premiers trimestres 2022.
En revanche, comme à l’échelle de l’aire urbaine ou de Toulouse, la part de la clientèle d’investisseur est en retrait, avec 52 % des ventes enregistrées depuis le début d’année, soit une baisse de 6 points par rapport à la même période en 2021. Le renouvellement de l’offre permet également une reconstitution du stock, avec plus de 300 logements neufs disponibles : + 50 % que par rapport à 2021, « un volume qui va permettre d’accompagner la bonne dynamique des ventes sur ce territoire, même si les prix de ventes restent cependant élevés et continuent leur importante progression », précise l’Observer. Il fallait compter 4 330 €/m² sur les trois premiers trimestres en logement collectif, hors stationnement, soit une progression de 8 % par rapport aux premiers trimestres 2021.

Autres Chiffres clés

L'immobilier neuf à Grenoble garde le cap

Même si les ventes ont reculé, moins qu'ailleurs en France, l'immobilier neuf à Grenoble conserve un bon rythme de commercialisation de ces programmes résidentiels. Focus sur le marché du logement neuf à Grenoble.

Voir tous les chiffres clés