Recherche d'articles
 
 
Les informations de l'immobilier neuf : tout savoir de l'immobilier neuf
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Actualités Edition du

Un promoteur interdit les locations type Airbnb dans ses programmes neufs

promoteur immobilier primalp
Le promoteur haut-savoyard, Primalp, a décidé d'interdire les locations touristiques, type Airbnb, dans le règlement de copropriété de ses programmes. © Convergence / Annecy / Primalp

Face à un marché immobilier haut-savoyard ultra-tendu, le promoteur immobilier Primalp a pris un sérieux engagement : empêcher la location touristique de courte durée dans ses programmes neufs.



Partant du constat que la Haute-Savoie et notamment le bassin annécien souffrait d’un problème majeur en matière de logements de ses actifs, les fameux « locaux », le promoteur haut-savoyard Primalp, via son conseil d’administration réunissant des chefs d’entreprises bénévoles, a pris un engagement fort : empêcher la location touristique meublée de courte durée dans ses programmes immobiliers. 

 

Privilégier le logement à l’année des actifs

 

« La LMNP de courte durée touristique, de type Airbnb, ce n’est pas ce que l’on souhaite dans notre groupe. Notre priorité est de loger des gens à l’année, qui travaillent dans la région », détaille Benjamin Combey, le directeur général de Primalp. « Nous sommes obligés de décaler certains chantiers en raison du manque de main d’œuvre dans le BTP, tous les secteurs peinent à recruter dans la région ; en tant qu’acteur de l’économie locale, ce n’était pas cohérent de continuer à produire du logement destiné finalement à du meublé de tourisme ».
Juridiquement, l’outil pour interdire la location Airbnb dans un programme neuf est finalement assez simple. Comme c’est le promoteur immobilier qui rédige le premier règlement de copropriété, Primalp y intègre cette interdiction. Même si cela pourrait être changé ensuite par les copropriétaires en assemblée générale, Benjamin Combey estime que les règles de majorité qui s’y appliquent, serviront plutôt à conserver dans le temps de cette interdiction. C’est ensuite aux copropriétaires et au syndic de faire respecter cette règle. 

 

Gratuit, téléchargez notre guide

“ Acheter un logement neuf : mode d'emploi ”

  • Les avantages du neuf
  • Comment financer un logement neuf
  • Achat en VEFA, mode d'emploi
Veuillez renseigner votre adresse email dans ce champ pour télécharger notre guide.

Conformément au Règlement Général de Protection des Données – (UE) 2016/679., vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit, il vous suffit d'en faire la demande par mail (dpo@gao-communication.com) ou par voie postale à GAO-Communication, 3D allée Charles Péguy 74940 Annecy-Le-Vieux.

Une mesure qui rassure certains clients

 

« Même si ce ne sont que quelques logements qui seront préservés à notre échelle par cette décision, nous en sommes fiers, cela confirme l'ancrage de nos valeurs », précise le promoteur, qui espère que d’autres confrères haut-savoyards et pourquoi pas au-delà, auront la même prise de conscience et adopteront cette démarche. « Il existe d’autres moyens de se loger, hôtels, campings… quand on souhaite venir visiter la région, alors que l’ensemble du monde de l’entreprise subit les difficultés de recrutement par manque de logements », souligne Benjamin Combey.
Le programme neuf Convergence dans le centre d’Annecy, sur le site de l’ancien couvent des Capucins, a été le premier à bénéficier de cette résolution et même si quelques investisseurs ont finalement renoncé à leur achat, la demande en résidence principale, voire pour acheter pour louer à l’année est telle sur le bassin annécien qu’aucun blocage n’a été observé lors de la commercialisation. D’ailleurs, cette démarche a même rassuré certains acquéreurs propriétaires-occupants qui auraient pu craindre les désagréments et autres troubles de voisinage créés par des locations de courte durée. 
Désormais l’ensemble de la production en plaine de Primalp, hors programmes neufs en montagne, intègrera cette interdiction. Dans un contexte où les primo-accédants sont de plus en plus rares du fait de la hausse des prix issue notamment de l’augmentation du coût de construction, « environ + 20 % en deux/trois années », estime Benjamin Combey, alors que la production de logements neufs ne cesse de diminuer ces dernières années dans le bassin annécien, Primalp veut agir, avec cette interdiction, à son niveau pour soutenir la production de logements pour tous.

Par Céline Coletto