Recherche d'articles
 
 
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
  • Constructeurs
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Conseils pratiques Edition du
Mise à jour le 07/06/2019

Quand et comment revendre un investissement locatif ?

revente investissement locatif
Une fois passé le cap des 9 années de détention et de defiscalisation, faut-il ou non revendre son investissement locatif ? © Stocklib

Tags : Investissement immobilier, investissement locatif


Dans l’investissement locatif, le cap des 9 années de détention est important, mais quand et comment revendre un investissement immobilier ? Mode d’emploi.

Avant de savoir précisément quand et comment revendre un investissement locatif, un propriétaire-bailleur doit se poser différentes questions à propos de sa propre situation mais aussi à propos de l’état du marché immobilier local.
Il n’y a pas une stratégie payante pour revendre son investissement locatif, mais des situations à explorer. Il faudrait d’ailleurs y penser avant même d’investir dans l’immobilier

Un minimum de 9 années à respecter


Dans le cas d’un investissement Duflot, Scellier, De Robien ou Besson, ces régimes de défiscalisation imposent un minimum de 9 années de détention (et surtout de location à un tiers au titre de la résidence principale) pour profiter des avantages fiscaux. 
A noter que la loi Pinel, dernier système de défiscalisation en date, a instauré depuis 2014 un engagement de location de seulement 6 ans minimum ; mais aussi une possibilité de louer pendant 12 ans l'investissement locatif pour une défiscalisation allant de 12 à 21 %. Pour 9 années d'engagement de location d'un investissement Pinel, la réduction d'impôt est de 18 % du prix d'acquisition sur 9 ans.


A défaut de ne pas respecter cette durée d’engagement et les modalités de ces différents dispositifs d’investissement locatif, l’administration fiscale remettra en cause les économies d’impôts réalisées. Une revente avant cette période de 9 années serait très préjudiciable financièrement.

Quel est votre profil immobilier et fiscal ?


A l’origine d’un investissement locatif, il y a différents objectifs : la défiscalisation, une capitalisation en vue de la retraite, la préparation d’une rente locative pour la retraite, l’habiter à terme, le transmettre à ses enfants… 
Quand se pose la question de la revente, passée les 9 années de détention minimum, il faut donc mettre en perspectives cet objectif de départ. Vient alors la question de la situation fiscale au moment de la revente. Si le bailleur a moins d’une cinquantaine d’années, le bien immobilier ne permet plus de défiscaliser et les revenus fonciers s’ajoutent aux revenus principaux qui vont encore augmenter d’ici la retraite. 
Conseil : une revente est à envisager tout en pensant à une nouvelle opération de défiscalisation.
Si le bailleur s’approche en revanche de la retraite, l’option peut être tout autre. Ses revenus et la pression fiscale inhérente vont donc bientôt fortement baisser lors de la retraite. La conservation de cet investissement immobilier sera alors presque indolore, tout en offrant des revenus locatifs complémentaires.

Prendre en compte le marché immobilier local


Une revente, quelle que soit la situation du bailleur, doit aussi se réfléchir selon l’emplacement du bien immobilier et le contexte local du marché immobilier et locatif. Pour cela, il faut s’interroger sur la tenue du marché des transactions immobilières dans la ville et le quartier : la commune est-elle toujours aussi dynamique ? Existe-t-il des opérations d’urbanisme à venir pour encore rebooster le quartier dans les 5 ou 10 ans et donc maintenir voire réévaluer le prix de vente à terme ? 
Autres questions à se poser en cas d’envie de revente : est-ce que mon investissement a des qualités intrinsèques qui me permettront de le vendre rapidement ? Parking ? Terrasse ? Étage élevé ?
Conservation ou revente d'un investissement immobilier, il faut aussi s’interroger sur le marché locatif : est-ce que mon investissement se loue jusqu’ici sans problème ou est-ce que la vacance locative est de plus en plus importante ? Est-ce que mon type de bien est surreprésenté dans les annonces immobilières du quartier ou de la ville ?
Des éléments de réponses qui doivent alors permettre à l’investisseur qui a l’envie de revendre, de passer à l’acte ou non.
Par Céline Coletto

Revendre, c’est aussi prévoir le départ du locataire


Dans le cadre d’un investissement immobilier traditionnel, décider de revendre son bien, de le reprendre pour habiter ou de le transmettre à ses enfants, c’est aussi devoir prévoir le départ du locataire. Il existe une procédure précise à respecter. 
En cas de revente d'un investissement immobilier loué, le locataire a la priorité pour l'acheter. Pour cela, le propriétaire doit lui remettre un congé pour vente six mois avant la fin de l’échéance du contrat de bail, comprenant une offre d’achat avec un prix et les conditions de la transaction. 
En cas de reprise pour l’habiter, lui ou sa famille, le bailleur doit fournir les éléments d’un congé pour reprise six mois avant la fin du bail. En cas de location meublée, le délai n’est que de trois mois, un mois seulement dans les zones tendues. Si les délais ne sont pas respectés le bail est alors de fait prolongé de trois années supplémentaires. 

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2019

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2019

Simulation gratuite PTZ
bot