Recherche d'articles
 
 
Les informations de l'immobilier neuf : tout savoir de l'immobilier neuf
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Interviews Edition du

Antoine Machado, PRIAMS : « Chaque logement qu'on ne construit pas, c'est une non-qualité de logement pour ceux qui essaient de se loger »

Antoine Machado Priams
Antoine Machado, président de Priams, a reçu le Grand Prix Régional des Pyramides d'Argent des Alpes pour un programme près d'Annecy.

Lauréat du Grand Prix Régional des Pyramides d’Argent dans les Alpes avec le programme neuf Arborea à Annecy, Antoine Machado, président du groupe PRIAMS, revient pour nous sur sa vision du marché du neuf dans le sillon alpin mais partout où le promoteur haut-savoyard se déploie.



- Vous avez parlé d’une « très grande surprise » alors que ce Grand Prix Régional vous a été remis sur la scène de l’Impérial à Annecy pour le programme neuf Arborea à Pringy. 

« Je dois dire avec beaucoup de modestie que nous avons eu beaucoup de Pyramides d’Argent depuis ces dernières années. C'est même le troisième Grand Prix régional que nous recevons et cela reste encore une surprise. Nous sommes donc très heureux, tout comme de retrouver les confrères et d'échanger sur la thématique de la ville et de la construction en général à l’occasion de cette soirée. » 

 

- Une soirée marquée par le premier discours aux promoteurs immobiliers de Frédérique Lardet, présidente du Grand Annecy depuis les élections municipales en 2020, dans un contexte de raréfaction des permis de construire délivrés dans la région. Qu’en avez-vous pensé ?

« C'était un discours sur lequel nous sommes tous d'accord. Oui, il faut faire la ville nouvelle de demain. Oui, il faut construire mieux. Oui, il faut effectivement faire de la densité. Oui, il faut végétaliser. Oui, il faut faire du biosourcé. Oui, il faut faire de l'environnement une priorité. Tout ça, c'est une évidence et nous sommes tous engagés dans cette voie-là. Il n’y a donc pas de révolution dans le discours ; mais on note une intention louable de sa part et nous sommes ravis de l'entendre sur cette question-là. Maintenant, il faut passer à l'acte et le plus vite possible parce que nous ne pouvons plus procrastiner comme on le fait depuis des années, partout et ici en particulier. Elle a reconnu un retard et fixe un objectif à 1 400 logements neufs par an sur le Grand Annecy, mais ce chiffre a déjà été atteint ces dernières années et cela ne permettra pas de rattraper le retard. C’est insuffisant. »

 

- Dans ce contexte particulier, comment se porte Priams ? 

« Priams se porte bien, même si c’est compliqué pour tout le monde. Nous sommes tous confrontés aux mêmes problématiques : l'augmentation des prix, la cherté de l'énergie, la rareté du foncier... Reste que nous continuons d'avancer, de progresser avec enthousiasme, avec persévérance et avec conviction ; mais c'est vrai que la marche est de plus en plus haute et on rajoute maintenant cette dimension environnementale à notre métier qui était déjà présente depuis longtemps et qui, cette fois ci, prend une dimension extrêmement exigeante, qui rend l'équation difficile. 
Dans ce contexte de raréfaction des permis de construire, de diminution de l'offre, il y a une complexité économique inouïe en raison de la rareté. Le foncier est mécaniquement de plus en plus cher, le coût de construction des logements est de plus en plus élevé, de sorte que nous arrivons à une équation insoluble. L’acquéreur n’arrive plus à financer son projet immobilier en France en général, et en région Rhône-Alpes en particulier à Annecy. L’enjeu est considérable car il faut tout faire mieux et moins cher. »

 
- Le plafond de verre en termes de prix est réellement atteint cette fois-ci ?

programme neuf Annecy
Sur la ZAC de Pré-Billy à Pringy, près d'Annecy, le programme neuf Arborea remporté le Grand Prix Régional des Pyramides d'Argent des Alpes 2022. © Arborea / Annecy-Pringy / Priams
« Il est largement atteint. Nous n’intéressons que 15 % de la population qui a besoin de se loger, les autres et en particulier les primo-accédants sont disqualifiés et vont se loger entre 50 à 100 kilomètres d'ici. C'est une problématique sociétale considérable. Nous en sommes parfaitement conscients mais les armes nous manquent. Evidemment que la réponse est essentiellement politique, car nous ne disposons pas des outils. Nous pouvons bien sûr participer aux réflexions et aux échanges comme nous l’a proposé Frédérique Lardet ; mais la réponse doit être politique par des mesures législatives qui pourraient infléchir la tendance ; c’est-à-dire en augmentant l'offre de logements, afin de renouer avec un équilibre de marché. S'il n'y a pas d'offre, ce sera toujours trop cher. » 

 

- Quelle mesure faudrait-il mettre en place immédiatement sans coût supplémentaire pour le budget de l’Etat ?

« C’est d’obliger les maires à construire, d'obliger les maires à délivrer des permis de construire à effet immédiat. Chaque logement qu'on ne construit pas, c'est une non-qualité de logement pour ceux qui essaient de se loger. La qualité du logement, c'est d’abord le logement qu'on construit. Exigeons des maires qu’ils construisent, qu'ils fassent à minima ce que leur réglementation autorise via les PLU, avec de la concertation et de l'intelligence. Nous avons démontré que nous savions construire, mais maintenant il faut lâcher du lest, faire confiance, nous laisser faire notre métier et revenir dans l’action positive. Sans logement, c'est les besoins fondamentaux et essentiels des personnes qui ne sont pas servis. » 

 

- Certains maires réclameraient déjà une application totale du ZAN, l’objectif de Zéro Artificialisation Nette prévu pour 2050.

« Le ZAN, je dis pourquoi pas après tout. C'est une urgence de plus, mais à condition d'accepter l'idée de construire tout de suite sur la ville. Qu'on n’exige pas de laisser des pavillons dans des secteurs pavillonnaire en l'état pendant les 50 prochaines années. Qu'on accepte l'idée que les trois pavillons qui sont là, ça va être d'un seul coup d'un seul 50 logements neufs. D’accord pour aller vite sur le ZAN, mais à condition de densifier et de requalifier certains quartiers de la ville, de s’en donner les moyens et d’embarquer les citoyens dans cette nouvelle dynamique ».

 

- Priams, c'est ce programme neuf victorieux à Annecy ce soir mais c’est aussi Lyon, la montagne... Comment se passe votre développement territorial ? 

« Nous sommes sortis de la région depuis 2017. Nous avons d’abord engagé la diversification en montagne, puis l'agence de Lyon il y a cinq ans, qui se développe aussi avec les contraintes propres au territoire lyonnais. Nous avons également ouvert une agence en Ile de France qui commence aujourd'hui à avoir des opérations engagées qui sont intéressantes et prometteuses. Nous avons ouvert une agence à Marseille, qui est un territoire extrêmement intéressant car il s’agit du troisième marché français. Paris-Lyon-Marseille, nous sommes aussi présents sur l’axe des 3 principaux marchés nationaux. Nous complétons le Grand Sud avec une agence à Nice que nous avons ouvert en début d'année. Ce grand secteur souffre d’une pénurie de logements considérable et la rareté du foncier est partout la même. Mais je pense que nous avons quelque chose à apporter en Ile-de-France comme ailleurs, car nos méthodes, notre façon d’être, notre engagement pour l’amélioration des pratiques de nos métiers et notre envie de bien faire intéressent les élus. On voit que nous avons des éléments différenciant qui sont reconnus. Et notre développement se déroule convenablement pour l'instant, malgré la conjoncture économique que nous connaissons »

 

- Un mot sur le programme neuf Arborea à Pringy qui remporte le Grand Prix régional de ces Pyramides d’Argent 2022 dans les Alpes. En quoi est-il particulier ?

programme neuf Annecy le Vieux
Dernier lancement commercial en date pour Priams, un programme neuf à Annecy-le-Vieux, mixte de villas, lodges, appartements neufs. © Azur / Annecy-le-Vieux / Priams & Edifim
« C’est bien sûr un beau projet dans la ZAC de Pré-Billy. Une zone à l'image de la pénurie de logements que nous connaissons à Annecy. Ce ne sont que 900 logements neufs qui ne mériteraient que quatre années de travaux, pas plus. Cela fait bientôt 20 ans que cette ZAC est lancée maintenant et Priams va livrer les premiers 100 logements l'année prochaine. A ce rythme-là, on n'avance pas, même si nous sommes bien sûr très heureux de faire ce projet. Mettre 20 ans pour monter une opération de 900 logements seulement, ça n'a plus de sens. »

 

-  Une opération emblématique qui vous tient à cœur en ce moment ?

« Tous les programmes neufs qui sont en commercialisation se vendent bien. Tout fonctionne comme le programme neuf Azur à Annecy le Vieux, qui est le dernier à avoir été lancé en co-promotion avec notre confrère Edifim. Mais celui que je voudrais mettre en avant, c'est celui sur lequel nous travaillons actuellement. C'est une promesse d'avenir qui a fait l'objet de réunions publiques et d'un vote du public, c'est le projet sur le parking du supermarché Casino avenue du Parmelan à Annecy, sur lequel nous allons pouvoir déposer le permis de construire dans les semaines qui viennent. Après six années de gestation, démarrées sous l’ancienne municipalité, ce dossier devrait enfin voir le jour, après avoir lancé un concours d’architecte, débattu et échangé avec les élus au cours de ces dernières années et associé finalement le public au projet définitif. Il est emblématique parce qu'il est situé en centre-ville et qu’il est très visible. Nous avons particulièrement travaillé sur les aspects environnementaux du projet, en matière d’exemplarité sur la façon de construire de demain. »

Par Céline Coletto