Benoist Apparu, Emerige : « Si rien n'est fait, cela coûtera cher à Bercy en TVA et aux Français en mal logement »

Edition du
Interviews

Président d’Emerige, ancien ministre du Logement, Benoist Apparu réagit à la crise actuelle que traverse la promotion immobilière, en marge du 51e Congrès National de FPI, Fédération des Promoteurs Immobiliers, qui s’est tenu à Montrouge cette fin de semaine.

Benoist Apparu, président d'Emerige
Benoist Apparu, président d'Emerige, espère des mesures d'urgence pour le logement neuf et au sens large, tout le BTP et son outil de production. © Emerige

Président d’Emerige, ancien ministre du Logement, Benoist Apparu réagit à la crise actuelle que traverse la promotion immobilière, en marge du 51e Congrès National de FPI, Fédération des Promoteurs Immobiliers, qui s’est tenu à Montrouge cette fin de semaine.

Trouvez un logement neuf en 3 clics !

Où cherchez-vous ?

  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
Trouver

- Le ministre délégué au Logement, Olivier Klein, est venu à la rencontre des promoteurs ; vous a-t-il convaincu ?

 

« Un ministre annonce des choses quand elles sont arbitrées, pas quand elles sont encore en discussion. Quand une annonce est programmée lundi prochain, demander au ministre de pré-annoncer des mesures, cela ne fonctionne pas. Il ne fallait pas s'attendre à autre chose que du bottage en touche. Moi ce qui m'intéresse, c'est que la décision soit prise aujourd'hui, demain ou lundi, peu importe, ce qu'il nous faut, ce sont des mesures, des annonces. Il faut que nous ayons une perspective qui nous soit offerte lundi prochain et pas dans trois semaines ou plus tard. Car là, la crise s'aggrave de plus en plus. Nous avons besoin de décisions rapides mises en oeuvre très rapidement. »

 

- Reste que les premières pistes de mesures évoquées semblent minimes. La promotion immobilière peut-elle se contenter d'une simple prorogation du PTZ par exemple ?

 

« Il y a un mois et demi, il n'y avait aucune prise de conscience. Depuis trois semaines, il y a une prise de conscience massive, mais c'était avec un discours : « nous avons conscience des problèmes mais sans le budget adéquat ». Je pense que maintenant, nous sommes peut-être dans une étape supplémentaire où de l'argent pourrait être débloqué. Je n'ai jamais été un grand fan de la solvabilité de la demande par l'argent public. Malheureusement, aujourd'hui, nous n'avons plus le choix. La question, ce n'est plus de savoir s'il faut passer par le PTZ, passer par un Pinel, passer par une autre solution ; la question, ce n'est plus l'opportunité, c'est une nécessité de le faire. Sur le fond, nous pouvons tous regretter qu'on ait besoin de resolvabiliser la demande. Il se trouve que là, nous n'avons plus le choix parce que la demande est totalement effondrée. D'ailleurs, ceux à qui ça coûtera le plus cher, ce n'est même pas les promoteurs immobiliers. Cela va coûter cher à Bercy en TVA et ça coûterait cher aux Français en mal logement. Les deux principales victimes si rien n'est fait rapidement, ce seront l'Etat et les Français, à peine les professionnels de l'immobilier à la limite. »

 

- Quelle est votre analyse du marché de façon générale ?

 

« Nous avons un effondrement de la demande sur les trois demandes traditionnelles qui portent notre activité : l'investisseur en bloc, l'investisseur particulier et l'accédant à la propriété ; les trois sont en chute libre. Quand vous n'avez pas l'un qui rattrape l'autre, ce qui est souvent ce qu'on a pu vivre dans d'autres crises, nous avons une crise d'ampleur comme nous la vivons. Nous avons donc besoin d'avoir une mobilisation des acteurs institutionnels parapublics. Cela a déjà été annoncé pour la Caisse des dépôts et consignations. Il faut qu'Action Logement, le deuxième gros acheteur via In'Li, participe également à cette relance et cette reprise. Nous avons aussi besoin d'un outil pour l'investisseur particulier, par exemple le Pinel, et d'un outil pour l'accédant à la propriété via le Prêt à Taux Zéro. Il faut appuyer sur les trois tableaux. Il y a un tableau sur lequel il y a eu un premier démarrage et il nous faut appuyer sur les deux autres boutons de relance qu'est l'investisseur particulier et l'accession à la propriété. »

 

- Vous demandez des mesures ultra-urgentes, car la crise s'aggrave encore en ce printemps ?

 

« Je vous confirme que cela est très compliqué, avec un mois de mai difficile. Nous avons donc besoin de décisions lourdes, massives, rapides. Aujourd'hui, nous avons des risques sur les logements qui sont en cours de construction et qui ne sont pas encore vendus ; mais nous avons surtout deux autres risques beaucoup plus importants. De mon point de vue, nous avons un risque d'abandons de projets sur les terrains sur nous avons signé et sur lesquels nous n'avons pas encore commencé les travaux. Puis, nous avons un risque encore plus important sur ce que l'on appelle l'approvisionnement, c'est-à-dire quand nous n'avons pas encore signé le foncier, car là, nous sommes en train de faire chuter les productions futures. C'est un cycle de long terme. 

projet Emerige Ile Seguin
Sur l'île Seguin, à Boulogne, Emerige construit un ensemble immobilier mixte de 53000 m² comprenant hôtel, bureau, un complexe culturel et artistique. © Pointe Amont de l'île Seguin / Boulogne-Billancourt / Emerige
D'autant que quand vous avez un promoteur qui tombe, ce sont évidemment des opérations qui ne se font pas. Ce qui est encore plus grave, c'est quand ce sont des professionnels du bâtiment qui tombent, parce que recréer une filière industrielle, cela prend dix ans et c'est ça le sujet qui est devant nous. On annonce 100 000, voire 200 000 pertes d'emplois dans le bâtiment. C'est de la perte d'emplois à court terme ; dans les cycles économiques, il y a des hauts et des bas, ça arrive. Reste qu'une entreprise de BTP, en plomberie de 50 collaborateurs par exemple, qui chute en quelques mois, l'appareil de production va mettre une dizaine d'années à se reconstituer. C'est notre capacité de production qui est en grand danger à terme. »

 

- Nous sommes donc face à une « bombe à retardement » comme beaucoup le disent. Quelle mesure choc pourrait être propice à relancer rapidement les ventes ?

 

« La mesure proposée par le président de la FPI, Pascal Boulanger, à savoir l'idée de défiscaliser les droits de succession pendant une très courte durée, est une mesure à efficacité immédiate. C'est l'archétype de la bonne idée de très, très court terme et de relance immédiate. Je crois fondamentalement qu'aujourd'hui, on doit solvabiliser la demande, sinon, on n'y arrivera pas. Alors est-ce que c'est grâce à un Prêt à Taux Zéro ? Est-ce que c'est par l'investissement ? Je ne crois pas non plus à la mesure miracle. Il faut appuyer sur les différents tableaux. »

 

- Bruno Lemaire qui a rencontré des représentants de la FPI cette semaine évoquait un verdissement du PTZ en plus de sa prorogation. Est-ce que la promotion immobilière peut supporter cette pression supplémentaire ?

 

« Nous avons aujourd'hui une réglementation qui s'appelle la RE 2020, qui est déjà très exigeante et c'est tant mieux ; mais quand on poursuit plusieurs priorités en même temps, en général, on les rate toutes. Nous avons besoin d'un outil pour solvabiliser la demande, sur la base d'un Prêt à Taux Zéro. Si on veut du logement vert, on l'a avec la RE 2020. On peut toujours rajouter des exigences ; mais ce n'est pas comme ça que cela fonctionne en général. Nous avons déjà une très bonne réglementation dans le logement neuf, appliquons-la sans en demander toujours plus. Je ne crois pas qu'un PTZ plus vert soit une solution viable. »

 

- Certains espèrent que la crise actuelle fera baisser les prix du neuf, est-ce probable ? 

 

« C'est malheureusement plus compliqué que cela. Aujourd'hui, les prix dans le neuf baissent légèrement et c'est une plutôt une bonne chose parce que la baisse des prix peut solvabiliser en partie la demande. Est-ce que c'est durable ? Je ne le crois pas pour une raison très simple, c'est que si la baisse des prix n'est pas accompagnée par la baisse du prix du foncier pour que l'opération reste équilibrée financièrement, cela ne fonctionnera pas. Comme nous sommes toujours en sous offre, il n'y a pas de raisons économiques à ce que les prix sur le foncier baissent structurellement et donc idem pour les prix des logements neufs à terme. »

 

- Comment reste-t-on optimiste chez Emerige ?

 

« Nous restons optimiste parce que nous aimons notre métier, parce ce que l'on sait qu'il s'agit d'une crise, parce que nous avons réussi, pour ce qui nous concerne, à déstocker beaucoup d'éléments à risque. Nous sommes donc plutôt rassurés par rapport à la capacité que nous avons, en interne, de gérer par anticipation très forte, en faisant de la vente en bloc ou en faisant des soldes ; mais nous restons très inquiets. Nous restons aussi inquiets pour le sujet « bureau », qui est également complètement à l'arrêt pour les métiers du BTP. »

 

- Après le succès de l'opération Morland à Paris 4e, livrée l'année dernière, quelle est l'opération emblématique de cette année 2023 ?

 

« Juste au moment où nous livrions Morland Mixité Capitale, nous avons démarré le chantier tout aussi emblématique de notre opération sur l'île Seguin à Boulogne-Billancourt où nous sommes en train de poser les pieux et de construire la base vie. »

Découvrez notre sélection de programmes neufs

  • Investir programme neuf 4p Terrasse Golfe-Juan Vallauris

    4p Terrasse Golfe-Juan
    4 pièces
    Vallauris - 06

    Découvrir
  • Investir programme neuf Oasis Nice

    Oasis
    1, 3, 2, 4 pièces
    Nice - 06

    Découvrir
  • Investir programme neuf La Fabrik Tourcoing

    La Fabrik
    1, 2, 3, 4 pièces
    Tourcoing - 59

    Découvrir
  • Investir programme neuf La Roquette-sur-Siagne C1 La Roquette-sur-Siagne

    La Roquette-sur-Siagne C1
    2, 3, 4 pièces
    La Roquette-sur-Siagne - 06

    Découvrir
  • Investir programme neuf Villa Lucet Beausoleil

    Villa Lucet
     
    Beausoleil - 06

    Découvrir
  • Investir programme neuf Nice Imperia Nice

    Nice Imperia
    3 pièces
    Nice - 06

    Découvrir
  • Investir programme neuf Saverne M1 Saverne

    Saverne M1
    3, 4 pièces
    Saverne - 67

    Découvrir
  • Investir programme neuf Equation Tourcoing

    Equation
    3, 4 pièces
    Tourcoing - 59

    Découvrir
  • Investir programme neuf Le Domaine de Spagnol Nice

    Le Domaine de Spagnol
    4 pièces
    Nice - 06

    Découvrir
  • Investir programme neuf Les Hauts de Rimiez Nice

    Les Hauts de Rimiez
    2, 3, 4 pièces
    Nice - 06

    Découvrir
  • Investir programme neuf Marineo Saint-Laurent-du-Var

    Marineo
    3, 4 pièces
    Saint-Laurent-du-Var - 06

    Découvrir
  • Investir programme neuf Angelina Antibes

    Angelina
    2, 3, 4 pièces
    Antibes - 06

    Découvrir
  • Investir programme neuf Vintage Lille

    Vintage
    1, 2, 3, 4, 5 pièces
    Lille - 59

    Découvrir
  • Investir programme neuf Clos Cérès Wambrechies

    Clos Cérès
    2, 3, 4 pièces
    Wambrechies - 59

    Découvrir
  • Investir programme neuf La Gourmette Saint-Herblain

    La Gourmette
    2, 3 pièces, Maison
    Saint-Herblain - 44

    Découvrir

Autres Interviews

Voir toutes les interviews