Recherche d'articles
 
 
Les informations de l'immobilier neuf : tout savoir de l'immobilier neuf
Le spécialiste pour trouver un logement neuf
Où ?
  • Pour habiter
  • Pour investir
  • Terrains
  • Constructeurs
Trouver

Astuce : nos filtres en pages de résultats vous permettront d'affiner votre sélection

Conseils pratiques Edition du
Mise à jour le 18/06/2021

Investissement locatif : mode d'emploi du déficit foncier

déficit foncier en investissement immobilier
Le déficit foncier peut permettre de déduire 10 700 € de son revenu global dans le cadre d'un investissement locatif.

Tags : Investissement immobilier, investissement locatif, déficit foncier


Les loyers et autres charges d’un investissement locatif peuvent être en partie ou totalement déduits du revenu global de l'investisseur dans le cadre du déficit foncier. Mode d’emploi pour créer du déficit foncier pour réduire ses impôts.



Dans le cas d’un investissement locatif et de la constitution d’un patrimoine immobilier mis en location, il existe une méthode pour annuler tout ou partie des loyers imposables. Il s’agit du mécanisme du déficit foncier. Voici comment calculer son déficit foncier. 

 

Qu’est-ce que le déficit foncier ?

 

L’idée générale du déficit foncier est que les loyers perçus seront annulés par le montant engagé pour les travaux et autres charges locatives. Le principe général du déficit foncier consiste à générer des charges déductibles des revenus locatifs, dans le cadre d’un investissement immobilier, mis en location. Ce déficit foncier permet de diminuer son niveau d'imposition, dans la limite de 10 700 €. Ce qui reste étant reporté sur les revenus fonciers des dix années suivantes. En effet, depuis 1993, le déficit foncier est directement déductible du revenu global et n’est pas soumis au plafond des niches fiscales.

 

Le déficit foncier dans la pratique

 

Le déficit foncier est un avantage fiscal accordé au propriétaire-bailleur d'un logement mis en location lorsque les charges (frais d'entretien, changement d'équipements, intérêts d'emprunts...) sont supérieures aux loyers perçus. L’investisseur peut alors réduire de ses autres revenus ce déficit foncier, ce qui peut permettre de faire diminuer les impôts sur le revenu par exemple.

Ce principe est le plus souvent utilisé dans le cadre de l’achat d’un logement ancien à rénover et pour lesquelles les dépenses engagées pour les travaux seront déduits des revenus fonciers. Cela peut aussi s’appliquer pour acheter un logement neuf.

 

Comment fonctionne le déficit imputable sur les revenus fonciers ?

 

On peut classer en trois catégories les charges imputables pour créer du déficit foncier :

- les frais financiers créés par les intérêts d’emprunt

- les coûts liés à l’exploitation du logement loué

- les charges créées par les travaux dans le logement mis en location

C’est sur cette dernière catégorie de charges : celle créée par les travaux engagés qui permettront de construire davantage de déficit foncier.

 

Quelles sont les charges déductibles pour créer du déficit foncier ?

 

Dans le détail, le déficit imputable sur les revenus fonciers, c’est-à-dire les charges déductibles par l’investisseur, comprend notamment :

- les dépenses de réparation et d’entretien réellement réglées par le propriétaire ;

- les primes d’assurance ou la taxe foncière ; 

- les provisions pour dépenses de la copropriété, supportées par le propriétaire ;

- les intérêts de dettes contractées pour la conservation, l’acquisition, la construction, la réparation ou l’amélioration du logement, c’est-à-dire les fameux intérêts d'emprunt… 

- les dépenses d’amélioration, à l’exception des frais correspondant aux travaux de construction, de reconstruction ou d’agrandissement. Exemple : un ravalement de façade, une réfection de toiture, une mise au norme électrique… sont des frais déductibles tandis qu’à l’inverse, le remplacement d’une chaudière ou l’installation d’une cuisine équipée ne sont pas pris en compte. 

En résumé, les dépenses liées aux travaux d'entretien, de réparation et d'amélioration sont déductibles quand les frais pour agrandir, restructurer ou reconstruire ne le sont pas.

Conseil en + : comme l’administration fiscale est très stricte selon la nature des dépenses à déduire ou non, il peut être préférable de bénéficier des conseils d’un expert-comptable spécialisé avant de se lancer dans un programme en déficit foncier et pour établir sa déclaration de revenus fonciers dans le cadre d’un calcul de déficit foncier.

 

Les particularités du déficit foncier

 

- les intérêts d’emprunt

Cas particulier : les intérêts d’emprunt et les charges accessoires au crédit immobilier (frais de dossier, assurance décès invalidité, assurance chômage...) ne sont pas déductibles du revenu global, mais ils sont en revanche déductibles des revenus fonciers, sans plafond.

- location nue pendant trois ans minimum

simulateur déficit foncier
Avant de se lancer dans un programme en déficit foncier, il est préférable d'effectuer des simulations auprès d'un professionnel.
Lorsqu'un déficit foncier a été déduit du revenu global, le bien doit continuer à être loué jusqu'au 31 décembre de la troisième année qui suit cette déduction. L'imputation sera également remise en cause en cas de passage d’une location nue à une location meublée.

Exemple : un propriétaire-bailleur qui a effectué cette opération en mars 2021, devra louer le bien nu et de façon continue jusqu'au 31 décembre 2024. 

 

Info en + : le régime d’imposition en microfoncier ne peut pas permettre de créer un déficit foncier, comme il permet de profiter d’un abattement fixe de 30 % pour couvrir le montant de vos charges. D’ailleurs, dans le cas de lourds travaux, cet abattement ne serait pas suffisant. Il faut donc être imposé sous le régime réel.

 

Comment déclarer un déficit foncier ?

 

Pour simuler un futur déficit foncier, il faut calculer les revenus nets fonciers de l'année fiscale concernée en faisant la somme des revenus locatifs perçus entre le 1er janvier et le 31 décembre, c’est-à-dire le revenu locatif du logement auquel on soustrait les frais, charges et intérêts d'emprunt. Si la somme est négative, le déficit foncier existe bel et bien, il faut donc reporter le chiffre dans la déclaration d’impôts sur le revenu.

Lire aussi -  Acheter pour louer : 10 conseils pour réussir son investissement immobilier


A noter que le déficit foncier est un des dispositifs pertinents de défiscalisation immobilière. Comme il s’agit de bien déclarer et repérer les charges déductibles, il est préférable de se faire assister par des spécialistes.

Gratuit, soyez alerté(e) des nouveaux programmes pour vous !

Pour vous aider dans votre projet immobilier, inscrivez-vous à notre alerte nouveautés !

 

Créer du déficit foncier en bref

 

En résumé, pour créer un déficit foncier pour les propriétaires-bailleurs en régime réel :
- le montant des charges : travaux doit être supérieur aux recettes : les loyers.
- Le déficit foncier est à notifier dans sa déclaration de revenus et permet de réduire son imposition.
- On ne peut déclarer plus de 10 700 € de déficit par an. Le surplus peut être reporté sur les prochaines années.

Par Céline Coletto

Simulation d’un déficit foncier en logement neuf 

 
L’achat d’un logement neuf pour investir génère 7 000 € d’intérêt d’emprunt et 2 000 € de frais de gestion et de taxe foncière par an, soit 9 000 € au total pour un loyer annuel de 6 000 €. Le déficit de l’année est donc de 3 000 €, dont 1 000 € d’intérêt d’emprunt. L’investisseur pourra déduire 2 000 € de son revenu global et le solde issu des intérêts d’emprunt de 1 000 € sera lui imputé sur les revenus fonciers des dix années suivantes.

NOS PARTENAIRES A VOTRE SERVICE

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Comparez gratuitement les offres de plus de 100 banques

Crédit Immobilier
Simulation loi Pinel

Réalisez une simulation d'investissement loi Pinel 2021

Simulation loi Pinel
Simulateur Prêt à taux zéro 2016

Calculez gratuitement le montant de votre Prêt à Taux Zéro 2021

Simulation gratuite PTZ
bot